Les Nouragues, forêt des pluies

Dans 10 ans, les forêts primaires tropicales auront disparu. Un botaniste et un cinéaste se sont associés pour faire un film.
16

Les Nouragues, c'est l'une des six réserves naturelles de forêts tropicales humides, créées par l'État français en Guyane.

Nourague est le nom d'une ethnie disparue qui vivait dans cette région au XVIIIe siècle (les indiens Nouragues, dont les derniers membres seraient à cette époque partis vers la région de Camopi). Le CNRS et le Muséum national d'histoire naturelle de Paris y ont, en 1986, installé un site provisoire qui est finalement devenu permanent dit "station des Nouragues" pour accueillir sur le terrain des chercheurs et thésards venant de métropole ou d'autres pays que la France, voire quelques amateurs de tourisme scientifique ou naturaliste.

Une zone écotouristique a été également créée à l'entrée de la réserve, avec une petite capacité d'hébergement, à proximité de l'embouchure de l'Arataye dans l'Approuague. Cette activité vise notamment à diffuser les connaissances acquises dans la réserve.

Une réserve en danger

Mais cette réserve est vouée à une mort certaine, selon les botanistes. En effet, les forêts guyanaises ne se renouvellent plus. Les causes ? La déforestation et le réchauffement climatique. On connaît tous les campagnes pour la sauvegarde du poumon de la terre, la forêt amazonienne, mais cela a été insuffisant. Sur la surface étudiée par les chercheurs, la moitié des espèces rares ont ainsi disparu en dix ans.

Les Nouragues, c'est un monde à part où vivent des espèces insoupçonnées. Il faut plusieurs heures pour y aller, c'est à une centaine de kilomètres de Cayenne, la capitale et pourtant, ça ne décourage pas ceux qui veulent l'étudier et les autres.

Un projet de film pour se souvenir

La biodiversité de la Guyane est très importante tant au niveau floristique que faunistique. Aussi, des travaux scientifiques sont menés depuis de nombreuses années pour connaître et protéger cette diversité. En effet, celle-ci est menacée par l'exploitation forestière, le développement urbain et routier, la chasse, l'orpaillage et le tourisme de masse.

Pour tenter de sauver les données et les connaissances de cette région, un botaniste, Francis Hallé a décidé de faire un film "pour raconter aux générations futures ce qu'étaient ces forêts".

Un cinéaste a décidé de s'associer au projet pour lui donner vie, Luc Jacquet. Ensemble, ils espèrent également trouver les fonds nécessaires à sa création.

Francis Hallé est un spécialiste de l'écologie de ces forêts, de l'architecture des arbres, et grand défenseur des forêts primaires (c’est-à-dire les forêts jamais exploitées par l'homme qui ne représenteraient plus aujourd'hui que 5 à 10 % des forêts de la planète). Créer ce film est pour lui un objectif absolu.

Sources: Wikipédia, http://www.vimeo.com/20065588

Sur le même sujet