Rencontre avec une mampreneur

Élever ses enfants et créer son entreprise, une idée qui se développe et qui fait mouche. Rencontre avec Malika Partaud, une mampreneur...

Jeune maman au foyer passionnée par les travaux manuels et les loisirs créatifs, elle découvre par sa meilleure amie la création de boucles d'oreilles et c'est un gros coup de cœur pour elle. "On peut tout utiliser, des perles, du tissu, du métal... Il faut réussir à mélanger les couleurs avec goût, déclare-t-elle. Elle m'a alors montré les bases et j'ai fait des recherches sur internet, sur des livres et dans les boutiques de perles."

Dans un premier temps, son idée était de faire des bijoux fantaisie pas trop chers pour que tout le monde puisse se faire plaisir. Le principal problème a donc été de trouver des matières premières de bonne qualité à faible coût. Ensuite, elle a dû trouver de nouvelles idées pour faire des choses qu'on ne trouve pas partout : "Quand on débute ce n'est pas un exercice évident."

Une mampreneur autodidacte

Malika s'est donc formée sur le tas : "J'ai commencé par faire des bijoux pour moi et les femmes de ma famille pour me faire la main et essayer les différentes techniques de montage de perles."

Elle pioche ses idées un peu partout, directement chez ses fournisseurs en regardant les perles, des associations se font toutes seules. Dans la rue, elle regarde beaucoup les bijoux des personnes qu'elle croise, sur internet, dans des livres... Elle note ce qu'elle voit et les modifie à sa façon pour que ses créations lui conviennent complètement. Ses clientes les plus fidèles lui donnent aussi des idées en lui conseillant tel ou tel changement.

"Auto-entrepreneur ? Une évidence pour moi"

Elle voulait une petite entreprise facile à gérer et à monter. Elle ne voulait pas que ça lui prenne tout son temps : "Ma priorité reste quand même mes enfants."

En auto-entreprise, elle se dit tranquille, "administrativement ce n'est pas prenant, une fois que tout est lancé il y a peu de paperasses."

C'est un statut facile mais elle reconnait qu'elle a été tout de même un peu perdue, au début. "On ne trouve pas beaucoup d'explications au même endroit. Il faut chercher et aller partout pour avoir une bonne idée des contraintes, des obligations et de tous les frais que ça engendrera de monter son auto-entreprise. J'ai encore quelques surprises alors que je me suis bien renseignée avant de me lancer."

Une boutique tout public

Malgré cela, elle est heureuse de son petit atelier qui s'adresse à tout le monde. Elle fait des bijoux pour les femmes et les filles de 7 à 77 ans et tente de s'adapter à tout les budgets. Elle met, en effet, un point d'honneur à faire des pièces qui ne dépassent pas les 20 euros. Et ça n'empêche pas le client de trouver des parures complètes, des colliers et sautoirs, des bagues, des bracelets et sa spécialité, des boucles d'oreilles. Cela pour tous les styles : classique, mode, simple, classe... "Certaines pièces sont uniques et d'autres reproductibles tant que je trouve les perles chez mes fournisseurs, ajoute-t-elle".

Afin de débuter sans apport, elle a fait le choix de travailler uniquement sur internet. Elle a ainsi une boutique en ligne : www.lillyperles.kingeshop.com et une page sur Facebook : Le p'tit atelier de Lilly .

Quant à ses projets : "Quand la boutique sera bien rodée, j'aimerais mettre en place des ateliers bijoux à thème à domicile (le mien ou celui de la cliente) où j'accueillerai 4 à 5 personnes qui souhaitent faire un bijou de leur propre main."

Une petite entreprise pleine d'avenir donc.

Sur le même sujet