user_images/selfie_pour_scribium.gif

STÉPHANIE LEBLANC

Publié dans : Les articles Famille & Relations de Stéphanie LeBlanc

Que peut cacher le refus d'un enfant d'aller à l'école?

Votre enfant refuse d'aller à l'école? Est-ce un simple caprice ou son attitude cache-t-elle un problème plus sérieux?

Même s’il rechignent souvent à y aller, la plupart des enfants vont à l’école sans se faire prier.  Il arrive cependant qu’un enfant déclare brusquement qu’il n'aime plus l'école et ne veut plus y aller.  Malgré les apparences, ce n’est pas toujours un caprice.


Problème d'intimidation


Certains enfants développent une aversion pour l’école parce qu’ils y sont victimes d’intimidation.  Leurs parents doivent souvent insister pour qu'ils se confie à eux car la peur des représailles peuvent leur faire garder le silence sur ce qu‘ils subissent.  Isolement, moqueries, insultes, harcèlement, menaces, taxage ou agressions physiques, l’intimidation peut prendre de nombreuses formes.  De plus, avec la cyber-intimidation, les brimades ne sont plus limitées à l'école.  


L'intimidation n'est pas traité de la même façon partout.  Certaines écoles ont mis sur pied des programmes d’intervention mais dans d'autres établissement, le sujet est tabou et la direction met davantage d'efforts à préserver l'image de l'école qu'à aider les victimes d'intimidation.  Les parents devraient être attentifs aux bleus inexpliqués, aux effets personnels "égarés" à répétition ou aux demandes supplémentaires d'argent de poche.  Parfois, une bonne discussion avec la direction et l'enseignant s'avère nécessaire.


Problème d'apprentissage, de concentration ou du développement


Certains enfants cessent d’aimer l’école parce qu’ils éprouvent des difficultés à exécuter les tâches demandées.  Dans certains cas, le problème peut s'expliquer par la présence d'un problème neurobiologique comme le trouble du déficit de l’attention (avec ou sans hyperactivité) ou encore la dyslexie.  L'enfant a beau faire des efforts, il ne parvient pas à surmonter les difficultés qu'il éprouve, il se décourage et son estime personnelle s'en ressent.


Il est cependant très important de prendre garde au diagnostic hâtif. Un enfant remuant n’est pas nécessairement hyperactif tout comme un enfant un peu lent en lecture n’est pas obligatoirement dyslexique.  Un problème personnel ou un changement brusque survenu dans la vie de l’enfant peuvent favoriser les difficultés scolaires.  Il peut s’agir d’un problème de sommeil, de violence familiale, d'un déménagement, du divorce des parents, de la mort d’un animal domestique ou de la naissance d’un autre enfant dans la famille.  Seul un professionnel de la santé est en mesure de diagnostiquer un problème neurobiologique et prescrire une médication s'il y a lieu.  


Problème de vision ou d'ouïe.


Parfois, les difficultés à l’école s’expliquent tout simplement par un simple problème de vision ou d’ouïe.  Même si la vue et l'ouïe des enfants est évaluées à l'école, certains problèmes n'apparaissent pas tout de suite et il faut être attentif à certains signes.  Est-ce que l’enfant plisse constamment les yeux, se plaint de voir embrouillé ou d’avoir mal à la tête?  Vous demande-t-il de répéter ce que vous venez de dire et écoute-t-il la télévision à plein volume?  


Une bonne hygiène de vie permet de prévenir une aggravation de certains problèmes de vision et d'ouïe.   Ainsi on encouragera l'enfant qui lit ou fait ses devoirs à prendre régulièrement des pauses de quelques secondes pour regarder à quelques mètres de lui afin d'entraîner ses cristallins à faire une mise au point au loin.  De même on lui apprendra à mettre le volume de la télévision et de son lecteur mp3 à un niveau raisonnable.  À ce sujet, un casque d'écoute de bonne qualité permettant de "supprimer" les bruits ambiants est un achat judicieux.


Des problèmes à prendre au sérieux


Les enfants n’ont pas tous les mêmes forces ni les mêmes faiblesses mais ils sont tous naturellement curieux et désireux d’apprendre.  Dans un milieu de vie sain et épanouissant, il n’y a pas de raison pour qu’ils se mettent à détester l’école mais lorsque des difficultés surviennent, on ne doit pas sous-estimer l'impact qu'elles peuvent avoir sur leur développement et leur estime personnelle.  On n'a qu'à s'imaginer quelques instant être confrontés aux même difficultés au travail pour réaliser qu'il faut les prendre au sérieux même lorsqu'elles concernent des enfants.

À propos de l'auteur

user_images/selfie_pour_scribium.gif

STÉPHANIE LEBLANC

Résidant au Québec, j'ai fais des études en Arts plastique et en photographie mais l'écriture demeure l'un des modes d'expression que je préfère.
  • 49

    Articles
  • 12

    Séries
  • 2

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!