Journée internationale de l'alphabétisation

Chaque année, à l'initiative de l'Unesco, la journée du 8 septembre est consacrée au problème sensible de l'alphabétisation dans le monde.

La journée de l’alphabétisation a pour but d’attirer l’attention du public international sur l’importance pour tous les hommes et femmes à travers le monde de savoir lire, écrire et compter. Ce savoir "de base" est nécessaire d'une part pour comprendre le monde dans lequel nous vivons et, d’autre part, pour pouvoir y prendre une place active (se former, travailler, se cultiver, être en relation avec les autres). L’alphabétisation est un droit universel, indépendamment de toute considération de sexe, de religion, de lieu géographique, de tradition, de politique ou encore de moyens financiers.

Qu’est ce que l'alphabétisation ?

L’alphabétisation se définit généralement comme l’enseignement de la lecture et de l’écriture ( dictionnaire Larousse ). Le plus souvent, on parle d’alphabétisation pour les adultes. Être alphabétisé c’est à la fois :

  • disposer des compétences de bases pour comprendre le monde qui nous entoure (lire un journal, naviguer sur internet, comprendre la notice d’un médicament, etc.)
  • être dans la mesure de se faire comprendre (écrire un courrier, remplir un formulaire administratif, rédiger son agenda, etc.).

Les chiffres

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, aujourd’hui encore dans le monde l'Unesco (Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture) recense près de 800 millions d’adultes analphabètes , ce qui signifie qu’un adulte sur cinq ne sait ni lire ni écrire. Il faut ajouter à ce chiffre 67,4 millions d’enfants qui ne sont pas du tout scolarisés, sans compter ceux qui fréquentent l’école de manière irrégulière ou qui l’abandonnent en cours de scolarisation.

Parmi les 800 millions d’analphabètes, deux tiers sont des femmes. Un chiffre alarmant qui s’explique en partie par le statut précaire des femmes encore victimes de préjugés sociétaux ou religieux dans de nombreux pays. L’Unesco recense onze pays qui comptent plus de 50% d’adultes analphabètes : le Bénin, le Burkina Faso, l’Ethiopie, la Gambie, la Guinée, Haïti, le Mali, le Niger, le Sénégal, le Sierra Leone et le Tchad.

Pour en savoir plus sur ces chiffres, télécharger ce document (en anglais).

Encourager l’alphabétisation à travers le monde

Chaque année, à l’occasion de la journée internationale de l’alphabétisation, l’Unesco récompense différentes initiatives en faveur de l’alphabétisation. Les pays retenus reçoivent un prix de 20 000 dollars US, une médaille et un diplôme. Cette année, la cérémonie officielle aura lieu en Inde, à New Delhi et récompensera le Burundi, le Mexique, les Etats-Unis, la République démocratique du Congo, le Pakistan et les Philippines .

Télécharger la brochure sur les lauréats des prix internationaux d’alphabétisation de l’Unesco 2011.

L’alphabétisation comme droit fondamental de l’humain

Dans un rapport sur l’éducation des adultes daté de 1997, l’Unesco définit l’alphabétisation comme un droit fondamental de la personne humaine. Ce droit est d’ailleurs définit dans l’article 26 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme . Cet article stipule que "toute personne a droit à l'éducation » et que « l’éducation doit viser au plein épanouissement de la personnalité humaine et au renforcement du respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales". L'éducation "doit favoriser la compréhension, la tolérance et l'amitié entre toutes les nations et tous les groupes raciaux ou religieux, ainsi que le développement des activités des Nations unies pour le maintien de la paix".

Alphabétisation, économie et politique

Hommes et femmes doivent savoir lire et écrire pour être capable de prendre part activement aux sociétés dans lesquelles ils vivent. L’alphabétisation est le premier pas vers l’autonomisation des individus. Le savoir, les connaissances, sont nécessaires à la vie de tous les jours : comprendre les informations qui nous entourent, faire des choix en toute connaissance de causes.

Au-delà de la sphère privée, l’alphabétisation est aussi un pré-requis pour fonder une économie dynamique, pour promouvoir la démocratie, et pour garantir une bonne entente entre les peuples. Seule l’alphabétisation peut permettre de réduire la pauvreté et la mortalité infantile , de freiner la croissance démographique, d’instaurer l’égalité entre les sexes et de garantir durablement le développement, la paix et la démocratie.

Dans un récent communiqué de presse , la directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova, a affirmé la nécessité d’"un engagement politique accru en faveur de l’alphabétisation", et a encouragé "les gouvernements, les organisations internationales, la société civile et le secteur privé à faire de l’alphabétisation une priorité politique, pour que chaque individu puisse développer son potentiel et participer activement à l’élaboration de sociétés plus durables, plus justes et plus pacifiques".

L’alphabétisation garante de la paix

En 2011, la journée du 8 septembre met l’accent sur le lien entre l’alphabétisation et la paix . L’alphabétisation est un préalable à la paix. L’Unesco rappelle "qu'une paix durable repose sur le respect des droits de l’Homme et de la justice sociale" et que "l’alphabétisation constitue l’un de ces droits". Selon Irina Bokova, dans nos sociétés contemporaines "la sous-alphabétisation est plus que jamais synonyme d’exclusion et de marginalisation" ( message du 8 septembre 2011 ). Selon elle, un pays ne peut vivre durablement en paix que s'il garantie de bonnes conditions d'éducation et d’alphabétisation à ses citoyens.

Sur le même sujet