Quelles raisons peuvent amener un cheval à être trop maigre ?

Pour un cavalier attentionné, constater que son cheval évolue avec un poids inférieur à la normale, n'est pas concevable. Comment faire un premier bilan ?
459

Votre cheval vit au pré et malgré toutes vos bonnes intentions vous réalisez qu’il est impossible de lui faire prendre ou reprendre du poids et qu'il reste avec des côtes saillantes. Sachant qu’un animal trop maigre est un animal plus fragile, il est important d’y remédier. De plus, il est justifié de dire que le manque de prise de poids est lié à sa santé, à son bien-être. Il y a donc un problème à résoudre et, avant d’appeler le vétérinaire, vous pouvez vérifier certaines choses.

Être à l’écoute de son cheval dans son environnement et surveiller son comportement

Tout d’abord, il faut prendre le problème par le début et reconsidérer son espace vital. Par exemple, depuis combien de temps le cheval est-il dans ce pré ? A-t-il eu le temps nécessaire pour s’y adapter car tout changement brutal peut être traumatisant. Il faut garder en tête que les équidés ne supportent pas la solitude, par conséquent, il faut les observer pour savoir si la compagnie que vous leur avez attribuée (autre cheval ou autre herbivore) leur convient. Ont-ils créé des liens ? A-t-il été récemment séparé d’un congénère ? Tout ceci permet d’écarter un mal-être lié à une solitude profonde.

Si tel est le cas et si vous ne pouvez pas modifier sa compagnie alors vous devrez passer plus de temps avec lui et lui montrer toute l’importance que vous lui accordez. Et, c'est l'occasion de mieux observer son comportement, vous semble-t-il triste, fatigué ou bien nerveux ?

Dans le pré, se sent-il en sécurité ? A-t-il un box à disposition ? Restez-vous à ses côtés pendant ses repas de manière à écarter tout vol de ration par un autre animal ? Observez sa façon de manger, le fait-il avec appétit ou dégout ? Si votre cheval vit au sein d’un troupeau qu’elle place occupe-t-il, est-il à l’écart ?

Avez-vous fait le tour de sa pâture afin d’écarter la présence de plantes toxiques qui ingérées, même en petites quantités, pourraient créer des dérèglements au niveau du métabolisme. Exemple ici .

Son environnement vous semble "conforme", vous ne détectez rien de particulier dans son comportement, alors il faut chercher ailleurs.

Vérifier l’état physique de votre cheval, quelques conseils…

Constatez attentivement les caractères généraux des crottins. De quelle couleur sont-ils ? Y voyez-vous des parasites, du sang ou bien des débris alimentaires ou de l’environnement (bois, plastique) ? A-t-il la diarrhée ou juste des coliques ?

A quand date, la dernière vermifugation ? Même si votre cheval semble à jour de ce côté, et s’il a passé tout l’été dans un "petit" paddock où les crottins se sont accumulés, alors il est peut-être à nouveau infesté. Ce qui peut se manifester par des coliques, une base de queue très abimée (signe de démangeaisons), un poil plus terne et bien-sûr, une perte de poids ! Parlez-en à votre vétérinaire, il vous proposera peut-être une analyse coproscopique, analyse d’un crottin frais, qui n’est pas très onéreuse, plutôt que d’effectuer un traitement inutile et c’est mieux aussi pour l’environnement.

Par cette même méthode, vous pourrez écarter la présence d’un parasite qui est la cause de la douve, maladie qui touche occasionnellement nos amis. Elle est souvent transmise par les moutons et qui plus est, prolifère plus vite en terrains humides. Elle altère le foie et les canaux biliaires d’où l’amaigrissement et des muqueuses qui jaunissent. Donc, votre vigilance combinée à l’analyse et l’expérience de votre vétérinaire, vous permettra de régler ce problème.

Assurez-vous également qu’une boiterie, même légère, ne serait pas la cause d’un manque d’appétit ou d’une mauvaise assimilation causés par la douleur. Par exemple, palpez votre cheval, passez fermement avec votre pouce et votre index de chaque côté de la colonne vertébrale et s'il se dérobe, c’est le signe d’un problème de dos. Vérifiez-le donc jusqu’au bout des pieds car un problème plus un autre, et tout va de travers !

Les dents, dont les défauts sont moins apparents, puisque l'accès à l'intérieur de la bouche est difficile, poussent en permanence. Il arrive que le cheval souffre à cause d’une surdent ou d’une dent de loup. Elles peuvent couper une joue ou créer des douleurs favorisant des zones (souvent au niveau des cervicales) de compensation. De plus, une mauvaise mastication peut entrainer des coliques, voir un amaigrissement. Donc, il faut faire contrôler les dents de son cheval pour éviter tout ces désagréments. Voici les explications d'un dentiste équin .

Avec toutes ces observations, vous ferez gagner du temps à votre vétérinaire pour établir un diagnostique. Il est souvent plus rassurant pour le cheval de se laisser palper ou de se faire manipuler par son cavalier que par le vétérinaire. Assurez-vous également, s’il est plutôt de nature "chaude" ou inquiète, qu’il ne soit pas sujet à un ulcère gastrique. Ceci arrive particulièrement chez les chevaux récupérés après une carrière sportive intense. Ceci est souvent dù au stress et à une alimentation trop riche en avoine.

Vous trouverez des idées pour faire grossir un cheval ici .

Vous l’aurez compris, il ne faut pas penser que certains chevaux sont maigres de nature et qu’ils le resteront, ils sont tous capables de reprendre du poids lorsque les aléas dus à une mauvaise santé ou à un déséquilibre sont écartés. Un travail raisonné, des jeux, un bon suivi et une alimentation adaptée vont venir à bout de la maigreur d’un cheval et il faut veiller par la suite à ce qu'il ne devienne pas trop gros !

Sur le même sujet