Contestations, obstructions: les primaires PS auront-elles lieu ?

L'UMP veut faire interdire le scrutin du PS qu'il juge illégal. Des mairies et des préfectures ne jouent pas le jeu. Les primaires sont-elle compromises ?

Alors que se rapproche la date du dépôt des candidatures aux primaires (du 28 juin au 13 juillet), le Parti socialiste doit affronter les attaques de l’UMP. Le parti majoritaire conteste la légalité du mode de désignation du candidat socialiste à la présidentielle et demande son interdiction à la Commission nationale informatique et libertés (Cnil). Enfin, certaines communes refusent de prêter leurs salles pour le scrutin tandis que des préfectures affirment ne pas disposer des listes électorales électroniques. Est-ce suffisant pour remettre en cause la tenue des primaires socialistes, prévues les 9 et 16 octobre prochains ?

L’UMP saisit la CNIL et demande l’interdiction de la primaire

  • Un conseiller de l’Élysée.
Franck Louvrier Jean-François Copé

  • Le responsable des fédérations UMP.
Edouard Courtial

  • Un fichier des électeurs de gauche.

La réponse du PS : «Un processus conforme au droit»

  • Les précautions ont été prises.

  • Un fichier accessible à tous.
article L 28 du code électoral son site

  • Le fichier sera détruit.

  • La possibilité d’ôter son nom de la liste.
la possibilité de voir votre nom retiré des listes électorales constituées pour les primaires citoyennes,

  • Une procédure constitutionnelle.

  • Une participation aux frais «légale».

Le PS dénonce une obstruction des préfectures

  • Une lettre à Claude Guéant.

Il rappelle que depuis décembre 2010 «tel que le prévoit l'article L28 du code électoral, les fédérations départementales du Parti socialiste ont contacté les préfectures pour récupérer les fichiers électoraux de l'ensemble des communes de France sous format informatique». «Or, les premières relances des préfectures effectuées depuis plusieurs semaines laissent percevoir, dans dix-sept départements (...) des oppositions à la transmission des listes électorales ou tout simplement une absence totale ou partielle de listes électorales sous format électronique».

Le député-maire dénonce également les «multiples déclarations ou initiatives de M. Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, visant à dénigrer le processus des primaires citoyennes et incitant les élus de sa formation à empêcher ce scrutin (…) Il serait dommageable à l'idée de neutralité des institutions républicaines que les problèmes que nous rencontrons avec ces préfectures puissent être amalgamés avec les pratiques de la principale formation politique de la majorité», ajoute-t-il.

  • La liste des communes et préfectures récalcitrantes.
son site, le PS

Sources: Le Figaro , franceinfo.com , afp , lesprimairescitoyennes.fr , partisocialiste.fr .

Sur le même sujet