Démission de MAM: les arguments pour et les contre

Michèle Alliot-Marie va-t-elle être limogée et payer ses nombreuses gaffes dans le dossier tunisien? Voici la plaidoirie et le réquisitoire.
11

La ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, est sous le feu des projecteurs depuis plusieurs jours. Voici les faits qui lui sont reprochés:

  1. Un voyage et des excursions en Tunisie alors que plusieurs villes du pays étaient déjà en révolte, dans l’avion privé d’un homme d’affaires, proche de Ben Ali.
  2. De manière moins personnelle, de ne pas avoir anticipé, contrairement aux Américains, la chute particulièrement rapide du régime du dictateur Ben Ali, «ami de la France».
  3. D’avoir soutenu, avec des mots jugés irresponsables, et alors que la révolution du peuple tunisien était en marche, le dictateur en lui proposant le savoir-faire des CRS français en matière de répression mesurée des manifestations.

Les raisons de limoger Michèle Alliot-Marie

  • Elle symbolise la coupure avec la vie réelle des Français.
l’affaire du yacht de Bolloré sa période bling bling qu’il s’efforce de faire oublier

  • Un couple au gouvernement, c'est beaucoup.
un couple au gouvernement

  • Elle a multiplié les gaffes.
efficace aux trois postes régaliens

  • Elle n’a aucun sens de la diplomatie.
elle s’enfonce en reconnaissant ses erreurs l’affaire Woerth Martin Hirsch

  • Sarkozy sur TF1 face aux Français.
ce qui pouvait arriver de pire à Nicolas Sarkozy qui s’efforce de démontrer, par un dialogue direct avec les Français Paroles de Français «cette semaine»

Les raisons de garder Michèle Alliot-Marie

  • L’affaire est désormais politique.
Jean-Marc Ayrault Arnaud Montebourg, candidat aux primaires, et Benoît Hamon

  • Le président lui a ordonné de se taire.

  • Les Français apprécient cette ministre.
sondage

  • Elle n’a pas utilisé d’argent public.
l’affaire des cigares de Christian Blanc ou celle de l’avion d’Alain Joyandet

  • Les services secrets français ont été dépassés.
l’Union pour la Méditerranée

  • Une simple remontrance en conseil des ministres.

CONT 12

Sur le même sujet