DSK: l'affaire du Sofitel de New York se clôt... avec une chanson

Au moment où DSK trouve un accord financier au civil avec Nafissatou Diallo, une chanson qui cartonne en boîte évoque avec humour l'affaire du Sofitel.
Advertisement

Petit quizz pour terminer la semaine: connaissez-vous le rapport qui existe entre Dominique Strauss-Kahn, le DSK qui s'est tristement illustré dans l'affaire du Sofitel de New York et le «Dancehall Reggae», cette musique jamaïcaine qui fait bouger les «night clubbers» depuis le 12 novembre dernier, date de la sortie du dernier single de Keen V?

Hé bien, c'est la chanson «Fatoumata elle t'a maté!» qui s'en prend directement à l'ancien patron du FMI (sans le citer) et qui raconte comment Nafissatou Diallo a «maté» l'un des hommes les plus puissants du monde.

Le plus extraordinaire dans tout ça, c'est que cette histoire à la fois lamentable est grotesque trouve sa conclusion en chanson, mais aussi dans la réalité puisque Dominique Strauss-Kahn et l'ex-employée du Sofitel de New-York sont parvenus à un accord avant le procès civil la semaine prochaine. Pour autant, DSK n'en a pas encore fini avec l'autre affaire, celle dite du «Carlton de Lille» . Une dernière décision qui conditionne tout l'avenir de l'ancien leader socialiste aujourd'hui déchu.

Des paroles dures et de l'humour

Keen V commence sa chanson avec une ironie prudente en précisant que «toute ressemblance avec une personne existant ou ayant existé serait purement fortuite». Puis, il balance carrément: "Fatoumata, elle t'a maté, dès que t'as tenté de la tâter! Toute la planète en a parlé de cette nuit à l'hôtel, celle où tu n'as pas pu résister à te jeter sur elle! Et c'est donc menottes aux poignets que l'on te voit faire du zèle. Cela aurait dû rester perso, ohohoh, mais là, c'était le coup de trop, hohoho!"

Cette chanson n'a sans doute pas de quoi faire sourire DSK ni sa victime après les dix-huit mois de rebondissements de cette affaire d'agression sexuelle dans la suite 2806 du Sofitel de New York. D'une part, Nafissatou Diallo n'a jamais repris son travail dans le palace, elle a également perdu son procès au pénal face à celui qu'elle accusait de viol et se terre quelque part en Amérique pour échapper à la médiatisation. D'autre part, Dominique Strauss-Kahn a lui aussi détruit sa vie: il a perdu son poste prestigieux de directeur général du Fonds monétaire international, abandonné la vie politique au moment où il s'apprêtait à se lancer dans la course à la présidentielle française et il s'est séparé d'avec la journaliste Anne Sinclair.

La maison new-yorkaise vendue 8 millions de dollars

Pour autant, DSK verra dans cette chanson, certes sans concession, l'un des signes que «son affaire» est peut-être en train d'être digérée en France, au moment où, autre hasard étonnant, la prestigieuse «maison-prison» qu'il occupait à Manhattan pendant le procès vient de trouver un acquéreur pour... 8 millions de dollars .

On se souvient que le 23 août 2011, DSK a été relaxé de toutes poursuites pénales , sa victime ayant été en partie décrédibilisée par des mensonges, mais ce n'est que dans quelques jours, quand lui-même et Nafissatou Diallo auront signé leur accord financier au civil (sans doute des centaines de milliers de dollars ) que les ennuis judiciaires américains de DSK seront définitivement terminés.

Carlton de Lille: l'enquête pour viol abandonnée

Il reste l'affaire du Carlton de Lille qui plombe aussi l'avenir de Dominique Strauss-Kahn, mais qui semble devoir prendre une tournure plus favorable. Début octobre dernier, l'enquête pour viol portant sur des faits remontant à décembre 2010, lors de parties fines avec des prostituées à Washington a été classée sans suite .

Mais DSK devra attendre le 19 décembre prochain pour savoir si les poursuites engagées contre lui pour «proxénétisme aggravé» sont abandonnées comme l'ont demandé ses défenseurs.Si tel était le cas, la justice concèderait alors que DSK ignorait que les jeunes femmes qui lui avait été présentées par un policier et des entrepreneurs lillois étaient des prostituées. Il deviendrait alors simple témoin assisté.

Dans la course aux municipales de Sarcelles?

C'est sans doute de cette décision que dépend le futur de Dominique Strauss-Kahn. Va-t-il pouvoir redevenir en France un personnage public ou au contraire, devra-t-il continuer à se cacher, et continuer de préserver sa nouvelle vie privée en lançant des procédures judiciaires aux journaux «people» pour des photos volées ?

Récemment, «Le Figaro» relayait une rumeur selon laquelle l'ancien leader socialiste envisagerait de se lancer dans la bataille des municipales dans sa ville de Sarcelles. Une information démentie depuis par son ami, le maire socialiste François Pupponi, mais qui n'empêche pas les Sarcellois, qui l'apprécient toujours, au point d'avoir longtemps mis en doute ses «affaires» , de rêver à son possible retour.

Bientôt un citoyen comme les autres?

En janvier 2012, «le Parisien» évoquait son «retour aux sources» en racontant qu'il «claquait des bises» aux habitants et qu'il était accueilli «comme avant». Depuis, on l'a revu dans les rues de la ville en mai et en septembre.

Pour l'instant, DSK poursuit, comme Sarkozy, ses conférences à travers la planète sur l'économie mondiale. Il s'autorise même, de temps en temps, quand il l'estime nécessaire, à donner quelques conseils à ses anciens amis socialistes pour tenter de sortir la France et l'Europe de la crise.

Pourra-t-il bientôt, à défaut de refaire une carrière politique assez compromise, redevenir un citoyen comme les autres? Les Français vont-ils tourner la page de ses ennuis judiciaires? La justice va-t-elle lui donner la possibilité de refaire sa vie? On peut s'interroger et DSK avec nous: et si, après tout, cette chanson «Fatoumata elle t'a maté!» qui fait danser dans les night clubs était finalement un premier signe positif?

Advertisement