Flambée des prix de l'essence : payer moins, mieux comprendre

Les prix du carburant ont battu leur record historique de 2008. Pourquoi, et surtout, comment faire pour payer moins cher ?

Le prix du carburant connaît une envolée inégalée depuis le mois de juin 2008. Selon les statistiques officielles , le super sans plomb 98 a battu son record d’il y a 3 ans (1,5326 euro le litre) à 1,5417 tandis que le sans plomb 95 connaissait la même flambée avec 1,5067 euro par litre (contre 1,4971 euro en 2008). Le gazole, quant à lui, connaît également une poussée formidable avec 1,3513 euro le litre, même s’il demeure encore 10 centimes moins cher qu’il y a 3 ans.

Pourquoi une telle hausse du prix des carburants?

Il y a d'abord une hausse du baril de pétrole brut qui a dépassé les 90 dollars , alors qu'il était encore à 76 dollars au début de l'année. Les pays de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) n’ont pas augmenté les quotas.

Or, la demande n’a jamais été aussi forte avec notamment les besoins nouveaux des pays émergents comme la Chine et l’Inde . Et qui dit demande forte, dit malheureusement toujours une hausse du prix du baril par les pays producteurs.

Il ne faut pas oublier la spéculation, écrit Le Télégramme dans son édition en ligne du 10 mars qui évoque non seulement celle des grossistes français réalisée sur le dos des consommateurs mais aussi celle des banques: «Dès que les deux grandes banques qui opèrent sur ce marché ont annoncé que le baril dépasserait 100 dollars en 2011, les fonds spéculatifs ont acheté des millions de tonnes (virtuelles) d'or noir à 95dollars pour les revendre 105 dollars en février. Cette spéculation est la deuxième cause de la hausse».

Les révolutions arabes et l’arrêt des exportations libyennes ont provoqué une tension sur les marchés même si l’Arabie Saoudite a compensé en augmentant sa propre production.

Une augmentation des prix au pire moment

Voilà une très mauvaise nouvelle alors que la facture énergétique des Français est particulièrement lourde, en raison de cet hiver qui n’en finit pas et qui, déplore Nathalie Kosciusko-Morizet, touche au portefeuille plus de 6 millions de Français démunis . Cela n’empêche pas les hausses, comme celles du prix du gaz de 5% qui interviendra le 1er avril (+20% en un an), de l’électricité en janvier qui a succédé à l’explosion des tarifs d’août 2010 et qui précède sans doute une prochaine augmentation, annoncée pour le second semestre. Si l’on ajoute la flambée de la cuve de fuel , il y a de quoi s’inquiéter. Au point qu’Yves Cochet, le député vert, a demandé au gouvernement de plafonner, le temps de cette flambée, le prix de l’essence à 1,50 euro le litre pour les 20% des Français les plus modestes.

Le gouvernement ne veut pas de tarif social

Que peut faire l’État français ? Pas grand-chose, si l’on en croit Christine Lagarde. La ministre de l’Économie vient de répondre non sans équivoque à ceux qui lui demandaient un «tarif social» de l’essence pour les plus démunis. Cette idée aurait pu s’appuyer sur le projet de la ministre de l’Énergie qui vient d’annoncer la mise en place automatique d’une telle mesure par Gaz de France, sur le modèle de ce qui existe déjà pour l’électricité. «On ne peut pas prendre des mesures de ce type-là à une époque où l'on doit impérativement tenir les finances publiques (…) Il faut que la croissance reparte et que les finances publiques soient assainies», a déclaré jeudi 10 mars, Christine Lagarde sur France Info , en estimant que notre pays «doit restreindre la dépense» et ne pas «faire couler le déficit» en prenant «des positions qui nous mettraient vraiment en danger sur la scène internationale et financière».

Pas de baisse à attendre de la TIPP ou de la TVA

Pas question non plus, dans ces conditions, de baisser la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP) ou la TVA. «Sur la TVA, il y a eu des tentatives dans le passé, a encore déclaré Christine Lagarde, ça a été de peu d'effets, car ça a entraîné des baisses du prix extrêmement réduites pour en revanche des baisses de recettes fiscales pour l'Etat très fortes.»

A propos, comment se décompose le prix d'un produit pétrolier, et quelle est la part des taxes ? Voici la réponse de l’UFC-Que Choisir ?:

  • le prix du baril de brut (pour la France la cotation Brent est la référence)
  • la marge de raffinage
  • la marge de distribution
  • la première taxe « la TIPP », fixée au litre et dont le montant varie selon les produits (de 0,43 euro à 0,66 euro par litre)
  • la deuxième taxe « la TVA » est un pourcentage exercé sur « le prix hors taxe + la TIPP ». Elle est de 19,6 % pour les carburants et de 5,5 % pour le fioul.
25 milliards par an réduire sa dette

«Faire jouer la concurrence»

Alors, la ministre, en chantre du libéralisme et de la régulation naturelle du marché, demande aux consommateurs de «faire jouer la concurrence» entre les stations-services. Et d’évoquer un renforcement des contrôles dans les stations-services pour tenter d’éviter les abus.

Ainsi, Frédéric Lefebvre , le secrétaire d’État au Commerce, a annoncé mercredi 9 mars que «l'Observatoire des prix et des marges va s'intéresser aux prix des carburants», alors qu’il effectuait un contrôle des tarifs dans une station-service parisienne avec Christine Lagarde et des agents de la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation, et de la répression des fraudes). Cet organisme veillera «à ce qu'il n'y ait pas d'abus dans la répercussion entre les prix de raffinerie et les prix à la pompe(...) Les contrôles sont là pour veiller à ce que toutes les informations qui sont données aux consommateurs soient transparentes et vérifiables».

Comparer les prix sur internet

Le gouvernement a mis en place un comparateur de prix sur internet , qui suit le même principe que des sites privés alimentés quotidiennement par les internautes. Ainsi, après avoir par exemple tapé «Doué-La-Fontaine», petite commune du Maine-et-Loire pour connaître les tarifs du diesel, cliqué sur la carte de France, coché la case «diesel», on découvre les trois tarifs suivants à la date du 10 mars 2011 : SuperU : 1,335 (à jour); Intermarché : 1,349 (à jour le 8 mars); Total : 1,44 (à jour le 5 mars). Une précision qui laisse à désirer. On le voit, rien ne vaut de se déplacer pour avoir la comparaison en temps réel… A moins de se rendre sur d’autres sites, communautaires, ceux-là (1) et … de comparer les comparateurs.

Réduire ses coûts en roulant autrement

Citant l'exemple de l'Espagne, qui a abaissé la vitesse maximum de 10 km/h sur les autoroutes pour limiter la consommation de carburant, Christine Lagarde estime que cette mesure n'est pas à l'ordre du jour. «Nous ne l'envisageons pas, nous ne l'excluons pas non plus à ce stade. Mais chacun individuellement peut réduire», a-t-elle déclaré. Une manière de renvoyer au site gouvernemental , qui, en page d’accueil, propose une liste de conseils pour économiser du carburant:

  • Adopter une conduite souple et sans à coup. Une conduite agressive en ville augmente ma consommation de 40 % soit 4 € de dépense inutile pour 100 km.
  • Eviter de pousser les vitesses. La route n’est pas un circuit de compétition ! Je peux économiser ainsi jusqu’à 20 % de carburant.
  • Diminuer sa vitesse de 10 km/h sur autoroute. C’est bon pour ma sécurité et je gagne 7 € sur un trajet de 500 km.
  • Limiter les petits trajets urbains. Je prends les transports en commun quand je peux ou j’y vais à vélo ou à pied.
  • Entretenir son véhicule. Un filtre à air encrassé consomme 3 % de plus et un moteur mal entretenu, encore plus. Je pense aux pneus “basse consommation”: jusqu’à 5 % d’économie.
  • Gonfler correctement ses pneus. Rouler sous gonflé, c’est dangereux et ça consomme plus.
  • Ne pas abuser de la climatisation. C’est jusqu’à 4 € d’économisés par 100 km.
  • Utiliser les équipements permettant de mieux maîtriser sa consommation. Indicateur de consommation, régulateur limiteur, système de navigation et info trafic.
  • Ne pas oublier d’enlever sa galerie. Même à vide, elle fait consommer 10 % de plus.
  • Penser aux véhicules économes en carburants lors de l’achat de sa prochaine voiture.
les conseils de Suite 101

Le paradoxe, c’est qu’aujourd’hui, les pompes à essence n’ont jamais été aussi bien approvisionnées.

(1) http://www.zagaz.com/ ; http://www.carbu.fr/ ; http://www.prixcarburants.com/

Sur le même sujet