FMI : pourquoi la France ne soutient pas Christine Lagarde ?

Officiellement, Christine Lagarde est candidate à la succession de DSK à la tête du FMI. L'Europe la soutient, pas la France. Pourquoi ?

Alain Juppé , le ministre des Affaires Étrangères l’a dit dès le début de l’affaire DSK : à travers ce scandale, c’est l’image de la France qui est abîmée , non seulement en Europe et aux États-Unis, mais aussi partout dans le monde. Dès lors, il est nécessaire pour les représentants de notre pays de rester modeste en cette période où les cartes sont rebattues au Fonds Monétaire International. Et de ne pas paraître soutenir Christine Lagarde qui a présenté officiellement sa candidature mercredi 25 ma i. D’autant que les Européens se chargent de faire sa promotion à la place du gouvernement français.

Éviter le piège de l’affaire Tapie

  • Christine Lagarde bientôt poursuivie ?
Jean-Louis Nadal Cour de justice de la République «abus d’autorité»

  • Un rapport de la Cour des Comptes.
Cour des Comptes le député Charles de Courson Consortium de réalisation François Fillon avait répondu le 19 janvier

  • Coïncidence des calendriers?
sa décision le 10 juin

Laisser faire les Européens

  • Christine Lagarde est la favorite.
Le Figaro pays membres du FMI Didier Reynders

  • L’Europe a besoin du FMI.

  • Réunir 50% des voix.
Le directeur général adjoint du FMI John Lipsky

-La France soutient en sous-main.

  • Sarkozy préfère se taire.
appuyé ouvertement la candidature de Dominique Strauss-Kahn apparaître comme impartial alors qu’il préside pour un an le G20 et le G8

  • Le gouvernement pousse discrètement.
Claude Guéant

  • L’opposition est plutôt pour.
Le Figaro François Bayrou

Ne pas choquer les pays émergents

  • Les pays émergents en ordre dispersé.
Jiang Yu, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères

  • Des partisans en dehors de l'Europe.
Guido Mantega l’Afrique du Sud et l’Australie ont lancé un appel commun

On le voit, Christine Lagarde a toutes ses chances de décrocher le FMI pour le cas où l’affaire Tapie ne deviendrait pas un handicap insurmontable. Reste à savoir, en cette période de crise où la France a besoin d’ un vrai patron à Bercy , qui serait capable de la remplacer.

Sur le même sujet