François Mitterrand, l'homme qui a révolutionné la télévision

30 ans après son arrivée au pouvoir, la télévision rend hommage au président Mitterrand. Nostalgie d'un homme politique qui a bouleversé les médias.
13

L’arrivée de François Mitterrand à l’Élysée retentit comme un coup de tonnerre dans une France acquise à la droite depuis 23 ans. Le peuple de gauche se réveille, crie sa joie place de la Bastille à Paris. Ariane Chemin et Patrick Cohen racontent ce 10 mai 1981 où la France, après avoir hésité jusqu’au bout avec Valéry Giscard d’Estaing, bascule dans le camp du leader socialiste (1). Serge Moati, qui a été le conseiller audiovisuel de Mitterrand, montre dans un docu-fiction les deux premières années de pouvoir de son mentor, et le regarde passer de l’espoir à la rigueur (2). Jean-Michel Djian enfin, recueille des témoignages intimes qui parlent de la fin de la vie de Mitterrand, de ses interrogations sur le pouvoir et la mort (3). À travers des films hommages mardi 10 mai 2011, et des numéros spéciaux dans les quotidiens et les magazines, la nostalgie s’installe parmi les médias. Est-ce parce qu’ils lui doivent beaucoup?

«Le gouvernement dans la salle à manger»

«La télévision, c’est le gouvernement dans la salle à manger de chaque Français», disait le général de Gaulle qui a su s’en servir lors de ses célèbres conférences de presse. Alain Peyrefitte, son ministre de l’Information, et Michel Droit, «son» journaliste de droite, veillaient à ce que les deux chaînes de télévision propagent la «voix de la France». Or, la France, c’était lui.

FR3 est né sous Pompidou mais c’est Giscard qui a divisé l’ORTF en sept établissements autonomes, Radio France, TF1, Antenne 2, FR3, TDF, la SFP et l’Ina. Il revendiquait ses amitiés avec les premiers journalistes politiques au point de rendre ces derniers suspects à la gauche, parmi lesquels Jean-Pierre Elkabbach et Alain Duhamel .

En arrivant au pouvoir après 23 ans d’absence de la gauche, François Mitterrand trouve des médias (presse écrite, télévision) plutôt «à droite». Pour contrebalancer le poids du Figaro, il va ainsi demander à des amis riches de lancer «Le Matin de Paris» , de financer «Globe» et de soutenir Libération, le journal de Serge July.

Naissance d’un nouveau Paf

«Les deux septennats de François Mitterrand sont marqués, dans le domaine de l’audiovisuel, par un certain nombre de ruptures», écrit en 2004, Agnès Chauveau , maître de conférence à l’Université Paris X. «Sous les coups de boutoir conjugués des innovations techniques et de l’évolution des mentalités, l’histoire paraît brusquement s’accélérer, le changement l’emporte pour donner naissance à un nouveau Paf ».

La première révolution est la fin du monopole d’État sur les ondes. La loi du 29 juillet 1982 affirme que «la communication audiovisuelle est libre». 1500 «radios libres» fleurissent dans les années 80 sur la bande FM tandis qu’à la télévision, apparaît une «quatrième chaîne», privée, cryptée et à péage: Canal Plus que va diriger le patron d’Havas et ami de François Mitterrand, André Rousselet. Paradoxalement, le chef de l'État crée au même moment la Haute Autorité de la communication audiovisuelle (le futur CSA) destinée à protéger la télévision du pouvoir.

«Cette politique connaît une brusque inflexion au début de l’année 1984, écrit Agnès Chauveau. Sous la pression d’une vague libérale et pour parer à toute accusation sur le thème des libertés, le gouvernement, dont le regard est désormais fixé sur les élections législatives de mars 1986, cherche à s’assurer, dans la perspective d’une cohabitation qui semble inévitable, des positions de repli dans l’audiovisuel». Le 31 juillet 1985, Georges Fillioud annonce la naissance de deux chaînes commerciales privées. C’est d’abord La Cinq , généraliste, qui est confiée à un groupe hétéroclite comprenant Seydoux et Riboud, mais aussi… Berlusconi, l’homme politique italien si controversé qui tient entre ses mains toute la télévision de son pays. Au même moment, la chaîne musicale TV6 est concédée à un groupe qui réunit Publicis, NRJ et Gaumont. Un plan de chaînes câblées se met aussi en place.

TF1 privatisée pendant la cohabitation

Ces bouleversements, qui arrivent juste avant la cohabitation, connaissent une accélération avec l’arrivée de Jacques Chirac à Matignon. Le 30 septembre 1986 est votée la loi autorisant la concurrence entre les chaînes. Robert Hersant est prié de s’associer à Berlusconi et Seydoux pour La Cinq. A la demande du ministre des Finances, Édouard Balladur, la CNCL (qui a succédé à la Haute autorité et deviendra le CSA) choisit Francis Bouygues comme opérateur de TF1 pour 10 ans.

Mais les chaînes commerciales dominent le service public. Pour tenter de rééquilibrer le Paf, François Mitterrand renforce l’indépendance du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) et institue une présidence commune des deux chaînes publiques, A2 et FR3. «Seule la création d’ARTE en 1992, note Agnès Chauveau, et son installation sur le réseau hertzien apparaissent comme le sursaut culturel du service public. La même année, les chaînes publiques sont rebaptisées sous la présidence commune de la société France Télévision : Antenne 2 devient France 2 et FR3, France 3».

Pour le reste, les chaînes thématiques fleurissent sur le câble, tandis que les reality-shows et les feuilletons américains à bas coût envahissent les chaînes privées. Mais la concurrence apporte aussi un vent de liberté. On est alors bien loin du temps de l’ORTF, quand le Paf était sous contrôle de l’Élysée.

Des changements et des dates

  • 1984: lancement de la chaîne francophone TV5 et de la chaîne privée à péage Canal Plus.
  • 1985 et 1986: naissance des chaînes câblées telles que Canal J et Paris Première ou TV Sport; beaucoup d’autres apparaissent dans les années qui suivent.
  • Février 1986, lancement de la chaîne commerciale privé, la Cinq, dirigée par Silvio Berlusconi et de TV6, la chaîne musicale qui ne durera qu’un an, création de La Sept.
  • Mai 1986, privatisation de TF1 et rachat de 50% par Francis Bouygues pour 3 milliards de francs (500 millions d’euros).
  • 1987: lancement de Métropole Télévision M6.
  • 1989: présidence commune d’Antenne 2 et FR3.
  • 1992: lancement d’Arte, la chaîne culturelle franco-allemande sur le réseau hertzien
  • 1994: lancement de La Cinquième, la chaîne du savoir, de la formation et de l’emploi.

1) Le 10 Mai 1981 de François Mitterrand , dimanche 8 mai, 22h55, France 3.

2) Changer la vie. Mitterrand, 1981-1983 , mardi 10 mai, 20h35, France 2.

3) François Mitterrand à bout portant, 1993-1996 , mardi 10 mai, 22h05, France 2.

Sur le même sujet