Hong Kong: la 3D peut-elle sauver le cinéma porno ?

À Hong Kong, vient de sortir le premier film pornographique en 3 D. De quoi relancer une industrie menée à la faillite par le porno gratuit sur le web.

C’est une «première mondiale» dans son domaine. Un film érotique en 3D est sorti sur les écrans à Hong Kong vendredi 15 avril. Il s’appelle Sex & Zen : Extreme Ecstasy , et c’est un remake du long métrage pornographique éponyme qui a connu un succès foudroyant en 1991 , le record du film hongkongais pour adultes. La nouvelle version, réalisée en relief est, aux dire de ses producteurs, une prouesse technique qui connaît un succès phénoménal sur la Rivière des Perles, dans cette région de la Chine au statut si spécial. Au point que les producteurs de porno, au bord de la faillite, s’interrogent: et si la 3D allait sauver leur industrie en perte de vitesse?

Le cinéma porno est en faillite

«Ce nouveau style de film érotique intervient au meilleur moment, écrit RTL.be le 13 avril, dans un secteur sinistré par la profusion de contenus gratuits et des téléchargements sur le web. Surfant sur la vague 3D, amorcée par James Cameron et son film à succès Avatar , l'industrie X a bien compris que le salut de celle-ci pourrait passer par cette innovation, reste à voir si la technologie amènera de nouveaux "fans" du genre».

Il est vrai que Sex and Zen-extreme ecstasy a battu le record de fréquentation tenu par Avatar, en attirant près de 30 000 spectateurs dès jeudi 14 (la veille de la sortie générale). La correspondante du journal Le Monde , Florence de Changy a mené l’enquête et recueilli des témoignages: «On m'a dit que c'était très drôle. Il y aurait une scène avec un chien qui se trompe d'os» , raconte une jolie Hongkongaise en veste couture, minishort en jean effiloché et sandales plates-formes, pendant un vernissage en ville le soir de la sortie du film.«Les hommes du bureau veulent y aller aux frais de la société sous prétexte que la publicité aussi va devoir se mettre au 3D ! Tout le monde en parle», ajoute Chung Ling, employée du grand cabinet de publicité JWT».

Le succès est tel que, comme l'écrit RTL.be le 14 avril, dans un nouvel article consacré au phénomène, «le film est sorti sur un nombre record de 236 copies. Des gérants de cinéma assez malins proposent des projections "réservées aux femmes", et certains ont même mis en place des offres pour les "cinéphiles" de Chine continentale comprenant le voyage et le billet de cinéma car la censure chinoise ne devrait pas accepter ce genre de films dans les salles du continent».

D’autres films en préparation dans le monde

«Un film porno comme si vous y étiez !», affirment les directeurs de salle. D’ailleurs, Stephen Shiu Jnr, le président de One Dollar Production (…) a expliqué selon France-Soir : «Grâce au procédé 3D, les spectateurs, équipés de lunettes spéciales, ont l'impression que les actrices se trouvent à quelques centimètres d'eux.»

De quoi redonner le sourire aux producteurs sinistrés des films pornographiques. Dans plusieurs pays occidentaux déjà, des metteurs en scène s’attellent à réaliser des films en 3D. «D'autres films érotiques en 3D doivent être tournés prochainement, confirme France-Soir . Le réalisateur italien Tinto Brass, maître du genre, a annoncé la production d'un remake de Caligula , son grand succès sorti en 1979. Le groupe américain Hustler prévoit de son côté de sortir une parodie porno en 3D du film de science-fiction Avatar» .

Sex and Zen-extreme ecstasy «a été projeté dans plus de dix salles "secondaires" de Hongkong, avec entre six et dix séances par jour», explique de son côté Le Monde . «Les salles les plus prestigieuses n'ont visiblement pas osé. Les touristes chinois continentaux devraient gonfler le box-office, tant à Hongkong qu'à Taïwan, où le film est sorti sur les écrans le vendredi 15 avril. Plusieurs agences chinoises de voyages organisés ont inscrit le film à leurs programmes de visites, en plus des boutiques de luxe à Hongkong ou du Musée national du palais à Taïpeh».

Inspiré d’un récit érotique du XVIIe siècle

Selon 20 minutes , le réalisateur ne veut pas que l’on classe son film dans la catégorie des pornos: «Ce que nous attendons, ce n'est pas que les spectateurs considèrent ce film comme un film érotique ou grossier mais comme un film divertissant pour adultes», espère Christopher Sun, réalisateur de ce Sex & Zen tridimensionnel».

Sauf que le film n’est pas très original et multiplie les scènes d’orgies. Il a cependant coûté beaucoup plus cher qu’unlong métrage de ce type, 3 millions de dollars, et «il a pris presque deux fois le temps d'un tournage conventionnel, avec un budget plus élevé et nécessitant des équipements bien plus avancés», explique RTL.be . Pour le reste, il utilise les recettes classiques du genre, comme le précise encore Le Monde : «Vaguement inspiré d'un roman érotique chinois du XVIIe siècle, dont l'action se situe au cœur de la glorieuse dynastie Ming (…), avec des acteurs peu connus, des costumes de cour impériale en acrylique et de nombreuses scènes explicites dans des décors en carton-pâte, l'exercice sera une très bonne affaire pour les producteurs si l'engouement des premiers jours au box-office et sur les blogs se maintient».

Et l’histoire dans tout ça ? Elle n’a que peu d’importance et n’est que prétexte à multiplier les scènes «hot», selon Le Monde qui déroule le scénario: «Y sont décrites les tribulations d'un jeune érudit assez porté sur la chose mais pauvrement équipé, qui cherche à initier sa fraîche et prude épouse aux plaisirs de la chair à l'aide d'un manuel type Kama-sutra chinois. En entrant au service du plus grand voleur de tous les temps (qui l'incite à se faire greffer un attribut de cheval), le héros pousse beaucoup plus loin découvertes et déconvenues, alors qu'abandonnée et nostalgique de ses débuts sexuels, sa chère et tendre devient l'une des courtisanes les plus prisées de l'époque...»

Tout un programme... Voici, pour se faire une idée, un extrait du tournage .

Sur le même sujet