Pentecôte : pour ou contre une deuxième journée de solidarité ?

Faut-il travailler une journée de plus pour financer la dépendance ? Le débat est relancé ce lundi de Pentecôte dédié aux personnes âgées.

Comment financer la dépendance dont les dépenses vont sans cesse croissantes? Jean-Pierre Raffarin, le « père » du lundi de Pencôte de solidarité, a relancé la polémique en évoquant samedi 11 juin, sur Europe 1 , « la solution la plus simple » : créer une deuxième journée de solidarité qui, selon lui, serait facile à mettre en œuvre puisque les Français bénéficient de « beaucoup de RTT », une critique à peine voilée des 35 heures de Martine Aubry.

Pourquoi une première journée de solidarité ?

  • Créée en 2004 pour financer la dépendance.
15 000 personnes âgées

  • Combien ça rapporte ?

  • Une journée à la carte.
journée de solidarité

Pourquoi la polémique sur cette première journée ?

  • Seulement les salariés.

  • Est-ce constitutionnel ?
Me Bertrand Salquain

  • L’argent détourné ?

  • La critique du PS.

Vers une deuxième journée de solidarité ?

  • De nouvelles dépenses.

  • Une idée qui ressurgit.
es conclusions du groupe de travail animé par Bertrand Fragonard

  • Les autres pistes.
rapport Rosso-Debord

  • Le président Sarkozy décidera.

Sources : letelegramme.fr , lefigaro.fr , lefigaro.fr , lci.tf1.fr , francesoir.fr , leparisien.fr , europe1.fr ,

Sur le même sujet