Tour de France : comment Cadel Evans a pulvérisé Andy Schleck !

Cadel Evans a écrasé son concurrent direct, Andy Schleck, qui n'aura été en jaune qu'une journée. Tony Martin a remporté le contre-la-montre.

Un contre-la-montre pour les costauds! Ça monte et ça descend pendant près d'une heure et 42,5 kilomètres pour la 20e étape du Tour de France autour de Grenoble. Il faut être capable de rouler vite, régulièrement, et sans équipier pour se protéger du vent. Alors, l'épreuve exige de la forme, de la technique, du muscle bien sûr mais aussi de la hargne, une volonté presque surhumaine pour remporter l'étape. C'est l'Allemand Tony Martin qui gagne le grand chelem, après sa victoire sur le même parcours dans le Dauphiné. Et le Tour? C'est l'incertitude jusqu'à ce que s'élance Cadel Evans, qui ne laisse aucune chance à Andy Schleck.

Quatre ou cinq prétendants pour le Tour 2011

D'habitude, à la veille des Champs-Élysées, la course est «pliée» et l'homme en jaune est assuré de la victoire. Mais pas cette fois, le suspense est total. On ne peut s'empêcher de penser à Laurent Fignon disparu voici juste un an : en 1989, il avait, comme Andy Schleck, enfilé le maillot jaune dans l'Alpe d'Huez mais, contre toute attente, il avait dû le donner à son rival, Greg Lemon, sur les Champs-Élysée pour 8 petites secondes. Alors, difficile de s'avancer et de dire qui va remporter le Tour de France 2011 alors que les premiers coureurs sautent du tremplin jaune.

Ils sont quatre ou cinq à pouvoir y prétendre: Cadel Evans, l'Australien spécialiste du contre-la-montre qui pointe à 57 secondes seulement du leader mais qui s'est contenté de limiter la casse en attendant son épreuve fétiche. Bien sûr, le Luxembourgeois Andy Schleck en jaune depuis la veille , vraiment digne de porter la tunique depuis sa 18e étape «dantesque», quand, à la surprise générale, il s'est envolé dans l'Izoard, pris par la fièvre jaune . Frank Schleck lui aussi, son frère, fait partie des vainqueurs possibles: il n'est qu'à 53 secondes mais il a paru moins en jambes ces derniers jours. A-t-il gardé des forces pour la fin?

Pour le plaisir et les remercier d'avoir fait preuve de tant de panache, à défaut d'avoir les forces nécessaires, citons enfin Alberto Contador , à la 6e place avec 3mn55 de retard, qui a secoué ses rivaux dans les 17e et 18e étapes et Thomas Voeckler, le Français qui a roulé en jaune dix jours , pour la deuxième fois de sa carrière (4e à 2mn10).

Tony Martin, temps de référence

Le temps de référence, c'est d'abord celui du quadruple champion du monde de la spécialité, Fabian Cancellara (57mn15), qui fait beaucoup moins bien que l'Allemand Tony Martin, le vainqueur du Dauphiné (55mn28) un mois plus tôt sur le même parcours. Mais le Suisse a trois semaines de course dans les jambes; de plus, il se bat sur une route mouillée. De quoi relativiser, donc, même s'il est rapidement battu par deux ou trois coureurs. Plus tard, Tony Martin (47e au général), tout en puissance, haut du corps immobile, sur une route parfaitement sèche, montre ses talents de rouleur. Il dépasse le Suisse Steve Morabito parti deux minutes avant lui, arrache 50 secondes d'avance au temps intermédiaire, flirte avec les 105km/h dans la descente d'Uriage et explose le chronomètre pour la seconde fois cette saison à l'arrivée sur ce bitume: 55mn33! Une performance impossible à battre!

La palme du courage, c'est Johnny Hoogerland (1h01) qui la décroche en résistant pour le dixième jour d'affilée à la souffrance, après qu'il a été renversé par une voiture (33 points de suture!). Celle de l'émotion, c'est Thor Hushovd qui l'obtient, pour ses deux victoires de Lourdes (13e étape) et de Gap (16e), bien sûr, mais aussi en raison de sa nationalité: il vient de Norvège, ce pays victime d' un carnage provoqué par un fanatique d'extrême droite .

16h09, Thomas Voeckler s'élance

A 15h45, l'Estonien Rein Taaramae s'élance pour tenter de reprendre le maillot blanc du meilleur jeune à Pierre Rolland, le Français vainqueur de l'Alpe d'Huez qui possède 1mn33 d'avance sur lui. Quelques minutes plus tard, les Français Jean-Christophe Péraud (11e pour son 1er Tour!) et Pierre Rolland (10e), puis l'Italien Ivan Basso (8e) et l'Espagnol Samuel Sanchez, avec son maillot à pois de meilleur grimpeur (7e à 4mn22) partent à leur tour.

Voilà maintenant Alberto Contador, le matador aux trois victoires sur le Tour, le plus combatif sur l'Alpe d'Huez, l'extraterrestre redevenu humain, mais aussi digne et courageux, qui rate son départ à l'image de toute la course (6e)! Pour ne pas partir trop tôt par rapport au starter, il met pied à terre et perd son impulsion au point de devoir relancer au bas du tremplin. Damiano Cunego attaque à son tour. Soudain, la «voecklermania» se réveille: la rumeur enfle et bientôt se déchaîne sur la ligne: Thomas Voeckler (4e à 2mn10), en justaucorps vert, couleur de l'espérance, le héros français, achève son échauffement. Il prend place sur la rampe. Cinq, quatre, trois, deux, un! À 15h09, c'est l'ovation dans la foule des spectateurs quand il donne son premier coup de pédale pour un ultime tour d'honneur.

16h45, Evans passe devant Schleck

Deux minutes plus tard, avec le départ de Cadel Evans en rouge (3e, à 57 s), c'est le maillot jaune qui se joue, d'autant que les frères Schleck, Frank en bleu (53s), puis Andy, en jaune pour la première fois, (1er), s'envolent sur ses talons. Cette fois, l'histoire du Tour 2011 est en marche!

Au bout de dix minutes, Evans reprend 15 s à Andy Schleck au classement général virtuel. Contador passe deuxième au premier temps intermédiaire, juste derrière Tony Martin (à 21 s). Au kilomètre 15, l'Australien a récupéré 34 secondes sur Frank Schleck et 36 sur son frère Andy, toujours en jaune. Le suspense est incroyable!

Pendant ce temps, Thomas Voeckler fait un bon chrono, régulier, sur les mêmes bases que le premier Luxembourgeois. Dans la deuxième bosse du contre-la-montre, à 16h46, Cadel Evans passe virtuellement devant Andy Schleck! S'il continue, il sera le premier Australien maillot jaune. Au même instant, Pierre Rolland passe la ligne avec 35 s d'avance sur Rein Taaramae et le Français enfile le maillot blanc.

Au deuxième temps intermédiaire, les jeux sont faits: Cadel Evans conforte sa tunique jaune en pulvérisant Andy Schleck (1mn 40 d'avance) tandis qu'Alberto Contador en termine avec panache à 1mn05 de Tony Martin.

Le podium se fige: 1-Cadel Evans, 2-Andy Schleck à 1mn34, 3-Franck Schleck. Thomas Voeckler s'arrache et termine 4e du général, après avoir battu son record d'une minute sur la même étape du Dauphiné. Chapeau Monsieur Voeckler! Cadel Evans manque, à 6 s, de gagner le contre-la-montre et il arrache le maillot jaune aux deux Luxembourgeois. Un très beau Tour de France!

Sur le même sujet