Zone euro: l'Allemagne veut-elle un mur contre les pays endettés?

L'Allemagne est-elle prête à financer la dette des «pays du Sud» en émettant des euro-obligations? Ou va-t-on vers une partition de fait de la zone euro?

Il y a comme cela des rendez-vous historiques qui, au regard de l'actualité, prennent une valeur symbolique. Alors que l'Allemagne célèbre les 50 ans de la construction du «Mur de la honte» qui a séparé l'Allemagne en deux nations ennemies pendant toute la guerre froide, elle est tentée d'ériger un nouveau rempart, non plus politique mais économique cette fois, entre les nations fortes de l'Europe, peu endettées et bénéficiant des trois «A» des agences de notation , et les «pays du Sud», la Grèce, le Portugal, mais aussi bientôt l'Espagne, l'Italie (et peut-être un jour la France).

Angela Merkel est-elle prête à établir une frontière entre les nations qui travaillent, gagnent de l'argent et celles qui «sont toujours en vacances» et qui alourdissent la charge de l'euro? On aura un début de réponse mardi 16 août, lors de la visite de la chancelière à Paris. Nicolas Sarkozy devrait lui proposer un pacte franco-allemand pour renforcer la gouvernance économique européenne en pleine crise de la zone euro. Mais jusqu'où Mme Merkel acceptera-t-elle d'aller?

L'Allemagne, locomotive économique de l'Europe

  • La «contagion fasciste».
Mur à Berlin

  • Elle absorbe l'Allemagne de l'Est.
chute du Mur de novembre 1989 «Erfolgsgeschichte»

  • Un leadership économique incontestable.
la quatrième du monde

Pourtant, l'Allemagne refuse le leadership en Europe

  • L'Allemagne veut le statu quo.
Edouard Husson sur son blog

  • Les Allemands ne veulent pas «banquer».
ressenti comme un putsch par l'opinion allemande l'accord arraché à la chancelière au terme de sept heures de discussions

Que faut-il espérer de la réunion franco-allemande à Paris?

  • Le couple franco-allemand marche encore.
les marchés ont besoin d'être rassurés

  • Les objectifs français.
au plus bas dans les sondages toujours volontariste d'euro-obligations afin de mutualiser la dette une taxe Tobin

  • Les objectifs allemands.
«davantage confiance à la chancelière qu'à son propre président pour résoudre la crise»

  • Le plan B français.
Herman van Rompuy «au charisme de serpillière»

  • Pas de «Mur» de la honte.
la zone euro, déjà menacée d'éclatement

Sur le même sujet