user_images/220068_fr_photovalmt.jpg

VALÉRIE DOUNIAUX

Publié dans : Les articles Culture de Valérie Douniaux

The tenth sentiment, une installation poétique de Ryôta Kuwakubo

L'artiste japonais Ryôta Kuwakubo a enchanté les visiteurs de Lille 3000 avec son théâtre d'ombres animé par un train miniature

Fantastic vient de s’achever. Cette nouvelle édition de Lille 3000 aura été l’occasion de faire de surprenantes découvertes, dont la superbe installation The Tenth Sentiment de l’artiste multimédia japonais Ryôta Kuwakubo.

Un artiste qui réconcilie avec succès arts plastiques et technologie

Ryôta Kuwakubo est né en 1971 dans la préfecture de Tochigi et réside désormais à Tôkyô. Diplômé en design, arts plastiques et multimédia de la prestigieuse université de Tsukuba, il explore des mediums variés, joue de façon ludique avec les outils digitaux et électroniques, mettant ses compétences de programmeur au service de la création artistique.

Créer de la poésie avec les outils les plus simples

Son installation The Tenth Sentiment avait déjà été présentée avec succès au Japon, où elle a même été récompensée par le prix d’excellence du quatorzième Japan Media Arts Festival, et avait également été montrée à l’étranger avant de captiver les visiteurs de l’exposition Phantasia, qui s’est tenue du 15 octobre 2012 au 13 janvier 2013 au Tri Postal de Lille, dans le cadre de Lille 3000. Parmi les œuvres spectaculaires des divers artistes internationaux invités pour la manifestation, The Tenth Sentiment paraissait modeste de prime abord, mais se révélait au final la plus touchante, la plus propice à l’émerveillement, et apportait une touche de fraîcheur et de simplicité bienvenues face à l’ambition et au gigantisme des autres œuvres exposées.

Une lanterne magique de notre temps

Dans cette installation qui parait telle une réinterprétation du concept de lanterne magique, les spectateurs sont invités à entrer dans une pièce plongée dans l’obscurité. Au sol sont disséminés divers objets du quotidien, tout au long du parcours d’un train miniature équipé d’un LED. Le train évolue lentement, éclairant progressivement chacun des groupes d’objets et projetant leur ombre démultipliée sur les murs, comme dans un théâtre d'ombres chinoises. Des miniatures de figures humaines grandissent jusqu’à devenir presque grandeur nature, des pinces à linges se transforment en pylônes électriques, des tabourets et passoires en plastique sont métamorphosés en d’impressionnantes et majestueuses architectures. Alliant les outils les plus triviaux, des objets d’une grande banalité, aux procédés multimédia contemporains, l’artiste réunit avec humour l’art et la technologie, qu’on a encore souvent tendance à opposer. Dans cette œuvre, les techniques multimédia se débarrassent de la froideur dont on les accuse souvent, elles se teintent d’une touche d’humanité, expriment une indéniable sensibilité, et pas mal de drôlerie aussi.

Face au dessin animé composé par les différentes étapes du périple du train, les spectateurs peuvent s'interroger sur leur rapport au quotidien, sur la façon dont une chose ou un être en apparence insignifiants peuvent prendre une nouvelle dimension, tantôt touchante et amusante, tantôt inquiétante. Le petit train de Kuwakubo égrène au fil de son parcours des images d’une grande poésie et fait surgir la magie là où l’on ne l’attend pas, permettant aux adultes de retrouver leur âme d’enfant.

En savoir plus

Le site de l’artiste (http://www.vector-scan.com/ en japonais) propose un court film montrant une partie du parcours du train (qui prend en réalité environ douze minutes), et de nombreuses photographies qui permettent de se faire une petite idée de l’atmosphère unique de l’installation : http://www.vector-scan.com/the_tenth_sentiment/index_e.html

À propos de l'auteur

user_images/220068_fr_photovalmt.jpg

VALÉRIE DOUNIAUX

Docteur en Histoire de l’Art, spécialisée en art
  • 93

    Articles
  • 7

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!