La Maison Hermès de Ginza, Tôkyô

Ce très célèbre édifice de Ginza, œuvre de Renzo Piano, abrite boutique, galerie d'art, petit musée et salle de cinéma.
32

Edifié en 1981, ce célèbre édifice a marqué le début de l’installation dans le quartier élégant de Ginza des grandes marques occidentales de luxe, chacune rivalisant d'originalité et de prestige avec des bâtiments novateurs dûs aux plus grands noms de l’architecture. Un mouvement qui se poursuit encore activement aujourd’hui .

Une lanterne magique

Le bâtiment Hermès, proche voisin du non moins célèbre Sony Building, a été imaginé en 1981 par l’architecte italien Renzo Piano (1937), star mondiale de l’architecture, à qui l’on doit notamment le Centre Pompidou à Paris ou la Fondation Beyeler à Bâle. Piano souhaitait évoquer avec la Maison Hermès une « lanterne magique », inspirée par les lanternes traditionnelles japonaises. Signifiant le début de la vogue de ce matériau, la façade est composée d’une superposition de rangées de briques de verre plein. Plus de 13000 briques ont ainsi été assemblées et vernies à la main sur leur face externe, les jointures ayant également été teintes uniformément. L'alignement des briques pleines est ponctué de loin en loin par une petite vitrine carrée permettant de présenter les produits maison, et deux vitrines de format classique encadrent la porte. Dans la journée, les briques de verre donnent à la fois une sensation de transparence et une certaine opacité, laissant juste deviner ce qui se passe derrière les murs. La nuit, le bâtiment semble illuminé de l’intérieur et n’être plus qu’une source de lumière, à la fois spectaculaire et douce, comme peut l’être la lumière filtrée à travers les parois de papier d’une lanterne japonaise.

Des innovations techniques

Le bâtiment était novateur également en son temps au niveau technologique, en prenant en compte les impératifs antisismiques du Japon et en utilisant les solutions les plus abouties pour prévenir toute secousse. La construction consiste en une structure métallique flexible, articulée avec des amortisseurs élastiques à partir desquels les niveaux posés en porte-à-faux supportent la façade de verre suspendue ; le bâtiment peut ainsi bouger avec souplesse et s’ajuster en fonction des mouvements qui lui sont imposés.

Plus qu’une boutique, un lieu de culture qui témoigne de l’activité de mécénat de la célèbre marque française

Constituée en réalité de deux tours hautes et étroites, réunies autour d’un vide où a été suspendue une sculpture mobile, la Maison Hermès de Ginza est bien plus qu’une simple boutique et met en avant l’action de mécène de la célèbre marque française. Outre les espaces boutique proprement dits, et le salon de thé (comme on en trouve dans la plupart des boutiques japonaises), l’édifice renferme des bureaux, des ateliers de réparation pour les petites pièces de maroquinerie, un intéressant petit musée, un cinéma et une superbe galerie, sans oublier un petit jardin (non accessible au public).

Le musée (où l'on vous revêt d'une blouse blanche pour la visite) à été aménagé par Hilton Mc Connico et retrace l’histoire de Hermès à travers l’exposition d’objets rares fabriqués par la marque depuis sa création.

La galerie Le Forum est devenue l’une des plus reconnues de Tôkyô, en proposant des expositions de grande qualité, dans un vaste et lumineux espace. Le choix pointu des expositions, souvent très conceptuelles, est en tous cas toujours intéressant et présente à la fois des artistes déjà reconnus et des créateurs "émergents", dont on entend généralement ensuite beaucoup parler. Lors de la rénovation de la galerie, en 2006, l’artiste Tatzu Nishi a créé une spectaculaire installation sur le toit de l’édifice, périlleuse construction d’échafaudages menant à une cabane qui abritait le cavalier symbole de la maison Hermès. La cabane et les échafaudages ont disparu, mais le cavalier au drapeau surplombe toujours les rues de Ginza.

La petite salle de cinéma propose les samedi une sélection de films et documentaires français, autour d’une thématique annuelle. L’accès aux projections est gratuit mais la réservation est obligatoire.

Sources:

hermes.com/index_jp.html?lesailes=jp/jp/392-GINZA

Sur l'installation de Tatzu Nishi : http/search.japantimes.co.jp/cgi-bin/fa20060817b2.html

http://www.studio-international.co.uk/reports/tatzu_nishi.asp

Sur le même sujet