Les îles Miyako, à Okinawa

Les îles Miyako, dans le sud du Japon, offrent des paysages contrastés, de superbes plages de sable blanc, et constituent un paradis pour les golfeurs.
30

Les îles Miyako font partie de la préfecture d’Okinawa, appelée aussi archipel des Ryûkyû, au Japon. Leur climat subtropical garantit des températures agréables presque toute l’année. L’humidité moyenne de 80% est atténuée l’été par le vent, évitant à cette région la chaleur moite qui sévit alors dans le reste du pays.

Un paradis pour les golfeurs

L'île de Miyakojima donne son nom au petit groupe d’îles qui l'entoure ; y arriver en avion est assez époustouflant. Encore relativement préservée du tourisme de masse qui s’est développé en d’autres endroits des Ryûkyû, Miyakojima, quatrième île d’Okinawa en superficie, recèle pourtant des sites de grande beauté baignés par une mer turquoise, et attire les golfeurs avec ses superbes greens.

Le cap de l’Est

Le cap de l’Est (Higashi-Hennazaki) s’étale sur deux kilomètres entre mer de Chine et océan Pacifique. Avec son phare et ses faux-airs bretons, il est souvent considéré comme l’un des plus beaux panoramas du Japon. La légende parle d’une célèbre beauté qui s’y serait suicidée après un chagrin d’amour…

De longues plages de sable blanc

La plage de Maehama, aux interminables étendues de sable blanc, est célèbre pour ses couchers de soleil. Elle est très courue l’été, comme celle de Sunayama, à la caractéristique arche de pierre. Ces plages sont appréciables aussi hors saison, lorsque les baigneurs ont déserté les lieux mais que le climat reste encore doux. La plage de Maehama prend alors des allures de bout du monde.

De Maehama, on voit le pont en dos d’âne qui mène à la minuscule île de Kurima. Les locaux aiment venir y pêcher ou regarder les étoiles. Un arrêt en journée permet d’y admirer l’extraordinaire bleu de l’eau sur lequel se détache la silhouette des shiisaa . Ces figures entre chien et lion protègent les habitants des forces maléfiques et ornent par paires les toits des maisons ou l’entrée d’édifices publics ou religieux.

Une population en baisse

Malgré la présence de ces gardiens, la population de Miyakojima, actuellement d’environ 56000 habitants, décroît rapidement. Les jeunes quittent l’île pour des régions plus dynamiques. L’arrivée de retraités venus passer dans l’archipel des années ensoleillées et paisibles ne parvient pas à rétablir l’équilibre. Certaines entreprises courageuses tentent de donner un nouveau souffle à l'île en développant l'accueil des touristes. Un couple franco-japonais a ainsi décidé de tenter l'aventure et propose des studios à louer, non loin du port des ferries pour les îles d’Irabu et Shimoji (un grand pont reliera bientôt ces deux îles à Miyakojima). Les renseignements sur ces locations sont disponibles ici .

A deux pas de la plage, la piste d’entraînement des pilotes japonais

Irabu et sa petite sœur Shimoji donnent l'une des pêches les plus riches des Ryûkyû. Elles valent largement la visite, même si, là aussi, on est de prime abord frappé par l’air d’abandon qui règne. Construites en béton pour résister aux fréquents typhons, les maisons sont comme des vaisseaux fantômes, d’une infinie mélancolie. Mais la beauté de la nature et la gentillesse des habitants ont tôt fait de balayer ce sentiment. Irabu et Shimoji, bien que nettement plus petites que Miyakojima, regorgent de sites magnifiques comme la plage de Toguchi, qui n’a rien à envier à Maehama. L’étang naturel de Toriike s’est formé par l’érosion de la pierre; son eau douce, reliée à la mer, en fait un lieu très couru des amateurs de plongée.

Une autre curiosité est la piste où les pilotes des compagnies japonaises JAL et ANA s’entraînent et passent leurs examens. Unique en son genre au Japon, de la même longueur que la piste principale de l’aéroport de Haneda (Tôkyô), elle voit décoller et atterrir les avions en un ballet incessant, un spectacle impressionnant pour les baigneurs de la plage toute proche de Sawada. Cette dernière est également réputée pour ses coraux apparaissant et disparaissant au gré des marées et pour son étrange paysage de pierres, charriées il y a fort longtemps par un puissant tsunami.

Un jardin botanique aux allures de forêt vierge

De retour à Miyakojima, on peut encore visiter les 120 000 mètres carrés du jardin botanique aux 40 000 plantes et arbres. Créé sur l’emplacement d’une forêt dévastée par la guerre (l’armée ayant massivement utilisé son bois), le lieu ressemble plus à une forêt vierge qu’à un parc aménagé! Cependant, à l’entrée, des maisonnettes proposent diverses activités liées à la culture locale.

L’archipel des Miyako regorge donc de trésors naturels et offre soleil et exotisme, à seulement trois petites heures de vol de Tôkyô.

Sur le même sujet