Michel Magrez, créer le rêve à partir du réel

Cet orfèvre de la photographie nous convie à une promenade visuelle onirique, à travers une redécouverte des objets de notre quotidien.

Michel Magrez naît en 1948 à Cantin, dans le Nord de la France. Après des études à l’Ecole des Beaux-Arts de Douai, puis à l’école d’architecture de Lille, il travaille pendant huit ans dans une agence d’architecture. En 1977, il crée un studio photographique spécialisé dans le travail publicitaire et de catalogue et, en 1993, il s’initie à la technologie numérique, qu’il exploite exclusivement depuis. Michel Magrez se consacre à partir de 1998 à la prise de vue de petits objets à des fins publicitaires. Ce thème sert également en 2002 de point de départ à une recherche créative personnelle, dans laquelle le photographe porte un regard neuf sur l’univers qui l’entoure.

Un orfèvre de la photographie

Tel un orfèvre, s’imposant des contraintes techniques extrêmement précises (cadrage horizontal, symétrie, vue rapprochée …), l’artiste poursuit un travail lent et minutieux mais toujours empreint de sensibilité, parvenant à ne pas tomber dans la répétition froide et mécanique. Les sujets sont très variés, végétaux ou produits manufacturés. Peu importe pour Michel Magrez qu’il s’agisse d’éléments d’origine naturelle ou industrielle, l’important résidant dans les potentialités qu’ils semblent receler. Pour Michel Magrez, tout sujet est digne d'intérêt et notre environnement regorge de choses dont la beauté intrinsèque nous échappe, faute pour nous, dans cette société de sur-consommation et d'accélération permanente, de prendre le temps de les regarder et de les apprécier.

Un dialogue avec les objets, pour une redécouverte du monde

Michel Magrez engage un véritable dialogue avec les modèles qu’il choisit. Les images obtenues sont parfois d’une grande sobriété et d’une lecture aisée, encore clairement ancrées dans la réalité ; d’autres fois les compositions deviennent presque baroques. Les mondes de l’infiniment petit s’ouvrent à nous, doux paysages abstraits où il fait bon se perdre rêveusement ou univers fantastiques étrangement attirants. La beauté naît de la patine du temps, des irrégularités, des contrastes de matière, entre rugosité et douceur, toutes choses indiscernables à l’œil nu, cachées sous l’apparente perfection de la surface.

La lumière révélatrice de beauté

La lumière est le révélateur de cette beauté inattendue, elle sculpte les formes, révèle des profondeurs insoupçonnées, les fait vibrer d’une vie intérieure. Elle est presque un sujet en elle-même. Contrejours ou lumières rasantes, qui révèlent l’infinie subtilité des matières, (dé)voilent les formes, créent une atmosphère de poésie latente.

Créer le rêve à partir du réel

Aimant à « découvrir à quoi les choses ressemblent, en amenant à la surface ce qui est au fond », Michel Magrez nous propose donc par ses photographies une promenade visuelle à la fois onirique et fermement inscrite dans notre quotidien. A travers ses images, il espère inciter le spectateur à une relecture d’un environnement dont on oublie souvent la richesse, oblitérée par la force de l’habitude. Une invitation à dépasser notre appréhension directe des choses pour accéder à un monde d’émotions inconnues et pourtant à portée de mains.

Sur le même sujet