Gagner de l'argent grâce à ses talents de cuisinier

Et si cuisiner en trop grande quantité pouvait vous faire gagner quelques euros? C'est possible grâce au premier réseau social de gourmands ! Présentation.
311

Vos fins de mois sont difficiles, vous aimeriez bien gagner facilement un peu d'argent en plus ? Il existe une solution, à une condition, que vous sachiez cuisiner et que vous vous inscriviez sur super-marmite.com, le premier réseau social géolocalisé pour les gourmands. Et même si vous ne cuisinez pas, ce site peut vous intéresser et vous faire faire des économies. Explications

De quoi s'agit-il ?

Le site internet super-marmite.com a vu le jour en septembre 2010 et a été présenté au StartUp Weekend à Paris. Il s'agit d'un réseau social d'un genre nouveau autour du thème de la gastronomie et des repas quotidiens. Cela ne vous paraît pas très nouveau ? En effet, les sites autour de la cuisine sont très nombreux mais celui là est complètement différent. Il met en relation ceux qui ont des marmites pleines et ceux qui ont le ventre vide !

Il s'adresse à ceux qui aiment bien cuisiner, en plus c'est à la mode, et ceux qui ne savent pas, ou qui n'ont pas le temps.

L'idée de ce site est simple mais franchement maligne : vendre ses petits plats sur internet.

Vous aimez cuisiner ? Vous avez tendance à toujours en faire trop ? Vendez les parts excédentaires à des personnes qui habitent dans votre quartier, grâce à la géolocalisation, et vous ferez plaisir à tous ceux qui en ont assez des plats du traiteur, des surgelés ou de la restauration rapide ou qui veulent tout simplement manger sain avec des plats traditionnels et familiaux.

Comment ça marche ?

Tout d'abord, il faut s'inscrire, gratuitement, sur le site que vous soyez cuisinier ou acheteur.

Si vous proposez des plats à la vente, vous devez décrire votre plat, indiquer à quelle heure il sera prêt, le prix de la part (rien ne vous empêche de le proposer gratuitement, pour faire plaisir). Ensuite, il est posté et est accessible en ligne à la consultation à tous les gens qui sont dans le quartier qui peuvent consulter la liste de tous les plats disponibles selon les différents créneaux horaires. Si un plat intéresse quelqu'un, il ne lui reste plus qu'à prendre contact avec celui qui le propose et ensuite venir le récupérer au domicile du cuisinier à l'heure convenue. Reste alors à payer directement au vendeur le prix fixé, indiqué avec la présentation du plat.

Le prix de la part est librement fixé par le vendeur en fonction par exemple du coût des matières premières, du temps passé à le confectionner... le ticket moyen d'une part est de quatre euros, mais c'est très variable en fonction du plat et du vendeur.

Quels plats ? Quand ? Où ? On trouve toute sorte de plats: régionaux, exotiques, traditionnels, entrées, viande, légumes, desserts, pain... Vous pouvez céder à toutes vos envies : découvrir de nouvelles saveurs, de nouvelles préparations, des recettes typiques. Par exemple, aujourd'hui : Shogayaki Bento (plat japonais), beignets de piments farcis à la réunionnaise, galette des rois à la frangipane, petits pots de bébé bio, cassoulet, lasagnes aux deux saumons, pain cuit au feu de bois, cookies, madeleines, terrine de foie gras, filet de lotte au gingembre, velouté de lentilles...

Cela fonctionne tout au long de la journée (déjeuner, dîner mais aussi goûter et pourquoi pas pour le petit déjeuner, brunch par exemple, tout dépend de l'offre des cuisiniers) et particulièrement le week-end.

Il existe, pour guider le choix des acheteurs un système de notation et de critiques laissées par des gens qui ont déjà expérimenté le cuisinier, ainsi un acheteur peut savoir à l'avance si les plats sont bons, le vendeur fiable.

Enfin, une possibilité de dialogue existe entre l'acheteur et le vendeur en cas d'imprévu (repas brûlé) ou de retard par exemple.

Dans les prochains mois, les fondateurs du site prévoient de développer cette offre sur mobile pour faciliter l'utilisation du site.

A l'heure actuelle, le système fonctionne surtout dans les grandes villes (Paris, Lyon) mais il est appelé à se développer dans toute le France voir même au delà des frontières, tout est fonction du nombre d'inscrits (2400 à cette date).

Voir tous les articles du même auteur

Sur le même sujet