Cynan Jones, Longue sècheresse: un livre sensible et saisissant

D'une écriture magnifique, l'auteur nous fait découvrir la cruauté du monde rural ainsi que toute sa beauté.

Longue sécheresse est le premier roman de Cynan Jones traduit en français. L'auteur est né aux Pays de Galles en 1975. Outre son métier d'écrivain, il est aussi exploitant agricole et viticole. Dans cet ouvrage, il nous livre une fine observation du monde rural dans une écriture sobre et poétique.

L'histoire

Gareth est fermier. Peu de temps avant le lever du jour, il constate la disparition d'une de ses vaches, qui est sur le point de vêler. Il part aussitôt à sa recherche. Durant cette marche silencieuse, il plonge peu à peu dans une introspection. Ses pensées, ses souvenirs s'entremêlent. Il songe à sa femme et ses migraines, au terrain qu'il voudrait acheter, à l'avenir, aux mémoires de son père, à ses enfants, à son vieux chien Curly.

Tour à tour dans le récit, les temps se mélangent et le lecteur se laisse absorber par les différents tourbillons de pensées des divers personnages. Dans ce flux d'observations et de descriptions, le paysage et la ferme deviennent des personnes à part entière. Chaque élément a son importance et fait partie d'un tout. Le monde évolue, il change. Le fermier doit accepter de s'adapter afin de ne pas perdre tout ce qu'il a.

La mort, un thème omniprésent

Les pertes liées à la mort et la fragilité de l'existence sont les thèmes récurrents du roman, touchant aussi bien la faune et la flore que les êtres humains. Mais la mort, conséquence inéluctable de la vie, engendre aussi des naissances: "Un pissenlit qui meurt donne mille nouvelles fleurs".

Avec beaucoup de force, les descriptions suggèrent la dureté de la vie sur un ton de sécheresse. Les mêmes mots reviennent pour décrire les humains et la terre, "fertile et affamée". Ce rapprochement est renforcé par l'évocation des couleurs. Avec la vieillesse, des "plaques violacées" apparaissent sur chaque être vivant dont la fin est proche. Un vieux prunellier, des porcs, les murs d'une cuisine. "La vieille maison a ses plaques, comme un arbre a les siennes".

La couleur blanche est aussi très présente. D'aspect angélique, cette couleur est annonciatrice de mort. Un beau champignon blanc s'avère toxique et mortel. Les apparences sont trompeuses et on ne peut s'y fier. Les larves et les insectes ne se nourrissent-ils pas des dépouilles des bêtes?

Par une écriture simple et clairvoyante, Cynan Jones nous fait part d'une réalité dure et cruelle. C'est par sa poésie que cette cruauté nous devient supportable, et par son écriture magnifique qu'il nous transporte au delà de cette journée de sécheresse.

Pratique

Cynan Jones, Longue sècheresse , traduction de Mona de Pracontal, éditions Joëlle Losfeld, Paris, 2010. 15,90€

Sur le même sujet