Le poids des émotions

Peur, tristesse, colère ou autres, les émotions nous submergent parfois. Apprendre à les connaître, c'est aussi apprendre à les maîtriser.
15

En se manifestant par des réactions physiques et psychologiques, les émotions peuvent troubler les actes et les pensées, à différents degrés selon les moments et les personnes. Pourquoi et comment se déclenchent-elles? Au delà du trouble qu'elles provoquent, comment est- il possible d'apprendre à les maîtriser et les utiliser?

Les émotions, origine et manifestations

Déclenchées par un sentiment vif de peur, de surprise, de joie, de colère, ou autre ressenti lié à un événement extérieur, les émotions s'expriment par une réaction affective passagère. Une situation extérieure à un individu se trouve confrontée à son interprétation de la réalité à un instant précis.

Se manifestent alors des réactions physiques: le cœur s’accélère,les mains deviennent moites, on n'arrive plus à parler.

Les émotions agitent aussi l’esprit: elles font penser différemment ou bloquent le raisonnement.

Enfin, les émotions ont une composante comportementale: elles influencent les actions. Les réactions d’adaptation à un événement s'en trouvent modifiées, perturbées.

Les émotions primaires et les émotions dérivées

Les émotions primaires, par opposition aux émotions secondaires,se définissent par leur présence dans toutes les cultures humaines, et ce depuis la nuit des temps.

De multiples auteurs en ont dressé la liste mais il existe une grande variabilité des items d'une liste à l'autre. Certaines émotions sont citées par tous (la colère et la peur) alors que d’autres ne le sont que par certains (la joie, la satisfaction, etc.).

En se conjuguant aux émotions de base, les émotions dérivées, ou secondaires, ont une fonction complémentaire. Descartes comptabilisait trente-quatre émotions secondaires qui pouvaient se composer à partir des six émotions de base( l'admiration, l'amour, la haine, le désir, la joie et la tristesse) ou en être des espèces.

La fonction des émotions

Malgré la variabilité des répertoires selon les auteurs, toutes les émotions ont en commun le fait d'avoir une fonction.

Prenons l''exemple de la "tristesse" liée à une perte. En se manifestant, elle permet d'attirer le soutien moral des autres. Ce soutien aide alors à supporter l'épreuve vécue.

La "honte"offre un autre exemple. Déclenchée par un échec social, elle engendre une attitude permettant de se faire oublier. Se faire oublier des autres permet d'échapper à ces regards qui sont un puits sans fonds pour celui qui est envahi par la honte. Dès lors, face à lui -même, il peut l'affronter.

Au delà de l'aptitude à se faire oublier, la honte peut provoquer une émotion secondaire: la culpabilité. Se sentant coupable, un individu évitera de se trouver à nouveau confronté à des situations identiques à celle à l'origine de sa honte.

Les troubles émotionnels

On a pris la mesure de l'utilité des émotions. Cependant certaines personnes ressentent des activations intenses et nombreuses de leurs émotions fondamentales. Dans ce cas, nous sommes face à des troubles émotionnels entravant la dimension adaptative de la réaction émotionnelle.

Pour éviter que les émotions ne perturbent démesurément nos actes et nos pensées, il faut apprendre à les ressentir. Il ne s'agit pas de les étouffer mais d'apprendre à identifier de quelle manière et dans quelles circonstances elles s'expriment. En apprenant à les identifier et les connaître, il devient possible de les maîtriser.

Mais comment y parvenir dans la mesure où elles ont tendance à envahir l'individu et à lui faire perdre son objectivité?

Connaître et maitriser ses émotions

Vous avez tous probablement déjà été en présence d'un ami triste ou en colère. Dans ce cas, bien souvent, vous laissez tout d'abord votre ami pleurer ou s'énerver. Vous l'écoutez. Ensuite vous discutez avec lui des raisons de sa tristesse ou de sa colère. Vous l'aidez à analyser les causes, de ses réactions, de ses ressentis, de ses sentiments. Enfin , vous lui conseillez de prendre de la distance avec les sources de ses tourments.

Soyez donc votre propre ami:

- dans un premier temps, quand une émotion nait en vous, ne la refoulez pas. Interrogez vous sur les raisons qui l'ont faite émerger. Il est souvent plus facile de faire ce travail d'analyse avec du recul que dans l'immédiateté de l'expression de ses émotions. Il faut se poser la question du pourquoi de ses réactions.

- Après avoir identifié la situation, acceptez l'idée de ce qu'elle éveille en vous et qui peut être perturbant. Ce n'est pas en étant dans le déni que l'on résout une situation problématique.

- Vous pourrez alors agir sur les paramètres de la situation: vous pourrez modifier les données environnementales qui déclenchent cette réaction, par exemple en vous éloignant d'une personne dont la présence déclenche en vous de l'énervement, de la colère. Ou bien, lorsque l'émotion se manifestera, malgré tout, dans un même type de situation, vous serez plus attentifs à vos réactions et à même de les maîtriser.

Citation s

"Dans le palais des émotions, il y a beaucoup de chambres", Antoine Audouard

"Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l’apathie en mouvement",Carl Gustav Jung

Lien vers un article sur le sentiment de culpabilité:

http://suite101.fr/article/culpabilite-et-sentiment-de-culpabilte-a33122

Sources:

Mensuel "Sciences Humaines" n° 171 de mai 2006

http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Emotions

"Les Émotions", Robert Dantzer, PUF, Coll. Que sais-je?

Sur le même sujet