Sida, cancer, hommages... Des causes, un ruban, des couleurs

Le ruban rouge associé au Sida est connu de tous. Mais quelle est la couleur du ruban représentant le cancer? Le sens du ruban jaune? Pourquoi des rubans?
118

Naissance aux Etats- Unis

Le premier ruban de l’histoire considéré comme objet signifiant fut un ruban jaune. Au début du siècle, il apparaît dans le titre d’une chanson de l’armée des Etats-Unis: « Autour de son cou, elle porte un ruban jaune ». Cette chanson inspira Penney Laingen, femme d’un otage en Iran: elle attachait des rubans jaunes autour des arbres afin d’attirer l’attention de l’opinion publique sur la situation de son mari. Accessible aux yeux de tous, le ruban devint un moyen d’expression. Il fut repris pour honorer les soldats américains pendant la guerre du Golfe.

Des Etats-Unis à l'Europe

En 1991 Franck Moore, un peintre new-yorkais, souhaita créer un symbole pour évoquer le souvenir des personnes décédées du Sida et soutenir la lutte contre cette maladie. Surpris de voir le succès du ruban jaune, il choisit de produire des rubans rouges. En 1992, ceux-ci arrivent en Europe: pendant le "Freddy Mercury AIDS Awareness Tribute Concert" au stade de Wembley, à Londres, 100 000 rubans rouges sont distribués. Les fonds recueillis lors de ce concert serviront à la recherche et à des campagnes d'information.

Depuis 1988, le 1er décembre est la journée mondiale de lutte contre le SIDA.

L'espoir inversé

Le ruban représente l’espoir et la couleur rouge figure le sang. La forme donnée au ruban évoque l'infini qui est coupé. Ce ruban rouge se porte comme un "V" inversé... jusqu'au jour où un remède sera découvert. Alors le "V" signifiera victoire. Les traitements arrivés depuis 1998 ne font que ralentir l'évolution du virus, la recherche n'ayant trouvé à l'heure actuelle aucun vaccin. Le combat continue.

Première cause de mortalité en France

Nettement moins connu que le rouge, le ruban rose est pourtant associé à la première cause de mortalité en France : le cancer. Il est devenu le symbole international des campagnes de sensibilisation au cancer du sein.

Son introduction date des années 90. La fondation « Suzan G Koment Breast Cancer » remettait des visières roses aux personnes ayant survécu à un cancer du sein et participant à la course « Race for the cure ». Puis, en 1991, la visière fut remplacée par un ruban.

Dans le même temps une dame de 68 ans, Charlotte Hayley, luttait contre le cancer du sein. Elle produisit des rubans couleur pêche qu’elle vendait accompagnés d’un message adressé aux législateurs américains. Elle leur demandait une implication financière réelle. Ce message s’est répandu comme une trainée de poudre.

En 1992, la vice-présidente de la marque de cosmétiques Estée Lauder et la rédactrice en chef d’un magazine consacré à la santé des femmes ont souhaité reprendre le concept. Mme Hayley refusa tout d’abord cette proposition voyant là un intérêt trop commercial. Mais, finalement, un accord fut trouvé et une nouvelle couleur retenue : le rose. Depuis le géant des cosmétiques s'est lancé dans des campagnes de soutien et de prévention du cancer.

Octobre rose

Octobre est devenu le mois international de sensibilisation à la lutte contre le cancer du sein et l’Institut national du cancer a choisi le ruban rose pour sa campagne nationale sur le dépistage organisé. Cette sensibilisation s’accompagne de nombreuses manifestations à travers le monde dont le but est de rappeler que la prévention et le dépistage sont des démarches d’espoir. De nombreuses courses « les foulées des gazelles» reprennent le principe de la «New York City race».

Un V comme "voir la vie en rose "

Un jour peut-être, les multiples actions associées aux rubans rouge et rose ne seront plus que la commémoration de maladies qui auront été enrayées et les rubans seront portés comme un « V »... Pour que ce souhait devienne réalité, à chacun de mettre en œuvre les moyens à sa portée. Les dons pour les campagnes de sensibilisation et pour la recherche sont importants bien évidemment. Mais il est tout simplement possible de s’investir en prenant soin de sa santé, en adoptant des mesures de précaution, en n’oubliant pas de prendre rendez-vous chez son médecin pour des diagnostics préventifs réguliers . Le combat contre la maladie passe aussi par le dialogue et la lutte contre les préjugés.

Sources:

http://www.over-blog.com

http://jmsida.chez.com

http://www.cancerdusein.org

Sur le même sujet