Y aura-t-il des coupures d'électricité cet hiver ?

Froid rime avec surconsommation électrique. Les températures ayant déjà fortement chuté, il faut craindre d'éventuelles coupures dans le réseau électrique.
3

Les hivers étant de plus en plus rudes, les pics de consommation électrique deviennent fréquents alors que notre production énergétique diminue. Le résultat est l'apparition de coupures de l'alimentation dans les foyers.

Une consommation croissante Au fil des années, les besoins en électricité des Français augmentent progressivement avec le nombre toujours plus important d'appareils électriques énergivores, tels que électroménager, ordinateurs, écrans plats, etc...

De plus, près de 70% des constructions neuves sont équipées d'un système de chauffage électrique et le nombre de foyers augmente aussi au vu du nombre croissant de familles monoparentales.

L'hiver, plus les températures baissent, plus la population augmente le chauffage. Le soir, vers 19 heures, lorsque les Français rentrent chez eux, c'est le moment le plus critique concernant la consommation électrique.

Ainsi, alors que les industriels tendent à limiter leur consommation (-2,6% en 2008), les ménages français augmentent leur demande en électricité (+3% la même année).

Les causes de la baisse de production électrique

Cependant, la consommation n'est pas la seule responsable des problèmes électriques. La production électrique a baissé : de 5,5 % en 2009 par rapport à l'année précédente. Et la même année, la France a importé plus d'électricité qu'elle n'en a exportée.

Un constat qui peut s'expliquer par l'état des centrales de notre pays qui connaissent de plus en plus de pannes et de phases d'entretien, provoquant un nombre croissant de coupures dans les foyers, ceci même sans problème climatique.

Manque de personnel, crédits financiers non-utilisés et abandon des centrales jugées trop polluantes constituent les causes d'une diminution de la production électrique.

Des équipements insuffisants dans certaines régions

Face aux besoins, toutes les régions ne sont pas à égalité concernant la distribution électrique.

Ainsi, les réseaux en région Paca et en Bretagne insuffisamment importants risquent la surchauffe de leur unique ligne à haute tension en cas d'augmentation brusque de la consommation.Sans compter le peu de centrales électriques qui rendent ces deux régions dépendantes du reste du pays.

Dans le Centre et le Sud-Ouest , les poteaux électriques vétustes le long des routes n'étant plus suffisamment solides, une simple tempête peut provoquer une rupture de l'alimentation du réseau.

Quand les températures baissent Selon l'article paru dans le magazine Capital (Novembre 2010), jusqu'à cinq degrés en dessous des moyennes saisonnières, notre production électrique suffit à alimenter le pays.

De cinq à sept degrés en dessous de ces moyennes de température, les centrales d'appoint fonctionnant au charbon démarrent et de l'électricité est importée de l'étranger.

Si les températures diminuent encore de deux degrés, les centrales les plus coûteuses sont utilisées (fuel et turbines à combustion).

De neuf à 10 degrés en dessous des moyennes, la situation devient inquiétante. Toutes les centrales sont alors mises en marche, le fonctionnement de certaines usines est stoppé et il est demandé à la population de réduire sa consommation.

A plus de 10 degrés sous les moyennes saisonnières et si le froid atteint toute l'Europe, limitant ainsi les importations d'électricité, il devient nécessaire de pratiquer volontairement des coupures d'une durée limitée dans les différentes régions françaises.

Si cette dernière solution devait être mise en place durant cet hiver, 20% de la population serait concernée tour à tour pendant une à deux heures.

Sur le même sujet