LOSC Lille Métropole : quel avenir pour l'équipe de Rudi Garcia ?

Après une saison historique, l'équipe lilloise fait aujourd'hui pâle figure en ligue des champions autant qu'en nationale. Carton rouge pour les dogues ?
14

Avant de maudire le jeu actuel plutôt médiocre des lillois, il est de notre devoir de revenir sur la saison historique qui a déchaîné autant les équipes concurrentes et les foules que les politiques régionaux. Un seul mot pour symboliser la réussite de 9 mois de labeur ? Doublé. Le Graal. La victoire une même saison à la fois du championnat et de la Coupe de France. En un siècle de football, seize doublés ont été remportés, dont deux par l’équipe lilloise. Le premier en 1946, le second il y a à peine 6 mois.

Une saison 2010/2011 historique

Le LOSC a brillé tout d'abord en Ligue 1. Malgré un début de parcours médiocre il faut l’avouer. Aller jusqu’à atteindre la 16e place reste toujours un coup dur à surmonter. Stagner entre la 7e et 8e est mieux mais toujours pas suffisant. Puis déclic chez les dogues, une tripotée de matchs intéressants, une victoire (5-2) contre Caen qui débouchent sur l’atteinte d’une deuxième place. Et c’est la petite marge de victoire contre l’AS Monaco (2-1) qui achève le travail en plaçant le LOSC à la première place en 14e journée. Un bonheur sans nuages jusqu’à cette fatidique 32e journée où Lille est relégué en deuxième place, laissant l’avantage à l’Olympique Marseillais.

Les deux équipes semblaient alors aux coudes à coudes. Mais les nordistes en ont décidé autrement. Menés majoritairement par Rio Mavuba et l’espoir belge Eden Hazard, leur meilleur buteur, ils reprennent les rennes et la première place en écrasant l’AC Arles Avignon (5-0). Une place qu’ils ne quitteront plus jusqu’à la fin du championnat, s’offrant même de luxe d’être proclamés vainqueurs avec 8 points d’avance sur Marseille.

L’avantage footballistique est clairement au LOSC, un fait confirmé par leur victoire à la Coupe de France, pour la sixième fois dans l’histoire du club. Après un quart de finale remporté aux tirs au but – pourtant jamais prometteur - , les dogues s’imposent 2-0 face à l’OGC Nice, rejoignant ainsi en finale les tenants du titre et déjà 8 fois vainqueurs, le Paris Saint Germain. Et c’est devant des centaines de milliers de téléspectateurs ainsi que les 25 000 supporters lillois au Stade de France que Ludovic Obraniak offre la victoire à son équipe sur un coup franc à la 89e minute.

C’était le 14 mai, il y a à peine plus de 6 mois. Le LOSC est alors à son apogée, les joueurs accueillis en héros par population et politiques lors de leur retour triomphal à Lille. Comment expliquer donc la situation actuelle qualifiable de "critique" ?

Pourquoi le LOSC ne tient-il pas dans la durée ?

Une équipe peut-elle vraiment perdre de vitesse à un tel niveau en seulement 6 mois ? Certes, les données chiffrées ne sont pas reflets d’une chute vertigineuse. Le club se place actuellement en troisième place de la ligue, à 2 points derrière le Paris saint Germain et 5 points des leaders, Montpellier Hérault SC .

Mais dans le cas actuel, le classement ne reflète pas certainement pas le niveau de jeu lillois, qui s’avère décevant. Est-ce la pression de taper aussi fort que la saison dernière ou le fait de s’être « reposée sous ses lauriers » qui pousse l’équipe de Rudi Garcia à enchaîner matches nuls ou de temps à autres, victoires pas bien glorieuses ?

En ligue des champions, le LOSC Lille Métropole est resté jusqu’à la semaine dernière en queue de peloton. A la traîne d’un groupe B qui inclut certes l’Inter Milan mais également Trabzonspor et Moscou, deux équipes dont on pensait que les dogues n’auraient fait qu’une bouchée. Après 2 matches nuls et deux défaites, Rudi Garcia et son équipe se sont enfin imposés face aux russes de Moscou la semaine dernière (2-0).

Où sont passés les dogues de mai dernier ?

Malgré cette victoire, le doute reste dans les esprits : Où est passée la Lille victorieuse de la saison dernière ? Réponse : disséminée aux quatre coins de l’Europe. Car des dogues de l’équipe triomphale de mai 2011, il n’en reste plus beaucoup. Le récent mercato a été fatal pour le club. Après le départ entre autres de l’international Adil Rami pour Valence, Gervinho pour Arsenal ou encore Yohan Cabaye pour Newcastle, elle est loin l’équipe gagnante du doublé. Et malheureusement pour Rudi Garcia, les choses ne vont pas en s’améliorant. Eden Hazard, son meilleur élément, est courtisé par les meilleures équipes européennes du Real Madrid à l’Inter Milan en passant par une longue liste de clubs anglais prestigieux tels Chelsea, Manchester City, Arsenal, Manchester United ou plus récemment Tottenham qui serait prêt à allonger 42 millions pour s’offrir l’espoir belge. De même pour Moussa Sow, autre leader des dogues qui semble pour l’instant frisquet à l’idée de renouveler son contrat avec l’équipe lilloise.

Il est maintenant idée conçue en France et même en Angleterre, que Lille est une bonne équipe de football. Du moins l’était, lors de sa composition de la saison dernière. Le mercato actuel et les potentiels bons joueurs que Lille va s’offrir vont-ils permettre à l’équipe de redresser la barre rapidement ?

Sur le même sujet