user_images/288723_fr_portraitvi.jpg

VINCENT ESTASSY

Publié dans : Les articles Culture de Vincent Estassy

Quand Linda aime l'art

Subversif, érotique, Linda aime l'art est une bd culte des années 80 signée Philippe Bertrand. Une réédition préfacée par Fréderic Begbeider.

Trop subversif pour le magazine Pilote, dans lequel il a été édité, la BD Linda aime l’art de Philippe Bertrand annonce le tournant artistique et graphique des années 80. Linda aime l’art est un choc visuel, un hommage à la mode le graphisme et la publicité des années 80, A chaque page le sordide suit la cruauté. Des dialogues minimalistes, des personnages énigmatiques aux moeurs plus que dissolues. Il constitue une sorte de passerelle entre l'érotisme et la pornographie.

Linda est une salope !

Linda vit seule au 25 e étage d’un immeuble, elle aime les tomates en salade, lire, et surtout est une (assidue) abonnée à un réseau câblé spécialisé. Elle passe son temps à observer la vie intime d’autres abonnés à ce même canal. Seul devant son visioscope, elle pratique l’onanisme. Peu de vie sociale, sauf ce détraqué qui la harcèle au téléphone en vociférant Linda est une salope. On pense à notre époque où tout un chacun peut exhiber son existence sur le net et s'épancher sur les réseaux sociaux.

Les tranches de vie qu’elle observe présente des personnages fort peu attachants appartenant à la haute société. ( sauf une pauvrette rousse qui se retrouvent souvent par naïveté et on ne le sait comment dans des situations aussi fâcheuse qu’incongrues).

Ce petit monde sans complexe et souvent libéré du tabou de l’argent n’agit qu’en fonction de ses propres pulsions. Il règne un sentiment de totalitarisme et d’oppression. De quoi nous renvoyer en même temps à nos propres pulsions voyeuristes. A trop observer par le petit trou de la serrure attention au revers de la médaille.

Philippe Bertrand, une oeuvre érotico-chic

La force de Linda aime l’art, est aussi celui de Philippe Bertrand né près d'Orléans en 1949 qui a l’art de laisser au lecteur le choix d’interpréter les situations.

Il a construit une oeuvre essentiellement faite d’illustrations érotique. Il a publié aux Editions La Musardine deux romans illustrés. 18 meurtres pornos dans un supermarché ( 2007), La baronne n'aime pas pas que ça refroidisse ( 2009).

Dessinateur dans la presse alternative ( L'idiot international, Partisans) dans les années 60 , Philippe Bertrand a publié dans le magazine Charlie Mensuel (Edition du Square) lequel a été racheté par le groupe Dargaud. Il s’est retrouvé propulsé au magazine Pilote, ayant une autre culture d’entreprise et qui envisage la BD de manière plus consensuelle.

Linda aime l’art a été publié en 4 volumes reliés (chez Dargaud en 1985) , Linda aime l'art vol 1, et en 1987) Linda aime l'art vol 2, La vie moderne ( Dargaud 1989) et Magazine : (1992) Humanoïdes associés).

La Musardine réédite le volume 1, préfacé par son ami Frédéric Beigbeder. Il ont commis avec Philippe Bertrand, Rester normal, et Rester normal à Saint Tropez ( 2004) un ouvrage sur la jet set de l'Hexagone. Bertrand a aussi illustré des ouvrages pour le Seuil jeunesse et Acte Sud junior

Une bande dessinée certes bien dans son époque qui a même fait l’objet d’une version télévisuelle sur Canal plus.

À propos de l'auteur

user_images/288723_fr_portraitvi.jpg

VINCENT ESTASSY

merci  à Nos lecteurs pour ce moment passé avec vous, je m'envole pour
  • 103

    Articles
  • 16

    Séries
  • 0

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!