Berlinale 2011 Jafar Panahi : un absent remarqué

La 61e Festival international du film de Berlin a rendu du 10 au 19 février un hommage mérité au cinéma iranien. Jafar Panahi et Asghar Farhadi.

Les organisateurs du festival international du film de Berlin ont pour la 61 e édition décidé de mettre à l'honneur Jafar Panahi, un cinéaste iranien condamné à une lourde peine de prison. Six ans requis pour avoir soutenu l'opposition au président Mamoud Ahmadinejad lors de sa réélection en 2009 . Jafar Panahi a été arrêté le 1er mars 2010 à son domicile de Téhéran parmi 16 autres personnes. Cette arrestation a soulevé une vague de protestation internationale et des appels à sa libération.

Son absence en tant que membre du jury du festival de Cannes a été fort remarquée le 12 mai 2010, (les organisateurs du Festival de Cannes ont laissé symboliquement une chaise vide en protestation contre cet emprisonnement). Le 15 mars il rédige de sa prison une lettre remerciant la France et le festival de Cannes pour son soutien. Missive lue par le Ministre de la Culture français Frédéric Mitterrand. Après une grève de la faim de 10 jours il est libéré le 25 mai moyennant le versement d'une caution de 2 milliards de rials (164 000 euros).

Au jury du 61 e Festival international du film de Berlin

En décembre 2010, il est condamné ainsi que son confrère réalisateur Mohamad Rasoulof à 6 ans de prison pour participation à des rassemblements et propagande contre le régime . En outre il lui est interdit d' exercer la profession d'artiste pendant 20 ans (réaliser aucun film et de quitter le pays pendant 20 ans). La justice lui reprochant la réalisation d' un film sur les manifestations anti-gouvernementales après la réélection du président Ahmadinejad en 2009.

Plusieurs films de Jafar Panahi dont Hors Jeu (prix du jury et Ours d'argent 2006) et Le Cri seront présentés dans les différentes sections du festival (Forum, Panorama, Generation, Berlinale shorts). H ors Jeu ayant fait l'objet d'une projection au Berliner Palast le 11 février. Une date qui célèbre l'avènement de la révolution iranienne. Comme à Cannes en 2010 une chaise sera laissée volontairement vide. Jafar Panahi sera membre d'honneur du jury au Festival des droits de l'homme de Genève le 4 et 13 mars prochain.

Arte soutient Jafar Panahi

Arte consacrera une soirée à ce cinéaste iranien. Une soirée sera dédiée à l'œuvre de ce cinéaste qui continuera toujours à tourner en Iran. Le mercredi 16 février. La chaîne franco-allemande diffusera le film Le Cercle. (vie des femmes à Téhéran où la ville est filmée comme une prison ). La diffusion de Le Cercle sera suivi d'un entretien réalisé par les journalistes d'Arte journal lors de sa sortie de prison en mai 2010. La soirée se terminera vers 23 h 45 par la diffusion de son dernier court métrage : l'Accordéon. Jafar Panhahi filme des enfants démunis qui jouent de l'accordéon pour survivre.

Berlinales 2011 : le cinéma iranien récompensé

Le festival de Berlin a fermé ses portes le 20 février dernier. Le jury a récompensé de l'Ours d'Or le cinéaste iranien Asghar Farhadi pour le film Ader et Simin : un divorce. Prix du meilleur acteur et meilleur actrice, décerné collectivement aux acteurs et actrices du film. Le film est sorti le 8 juin sur les écrans français. Casting impécable, maîtrise de la narration, jamais la ville de Téhéran aura semblé si occidentale.

Une Séparation : le coup de poing cinématographique de l'année 2011

Le 13 et 27 juillet prochain sortira A propos d'Elly et La Fête du Feu, deux précédent films du réalisateur sortie en 2006 et 2009.

Sur le même sujet