user_images/IMG_0528.JPG

VIRGINIE CADOT

Publié dans : Les articles Culture de virginie cadot

Et si la poésie sauvait l'idéologie de ses extrêmes ?

L’idéologie rassemble les gens sous une même idée de départ pour atteindre un objectif précis. Les risques de dérives sont nombreux. Le rôle du poète est alors primordial

L’idéologie dans toutes ses dimensions n’est pas condamnable en elle-même car elle est plus ou moins inévitable et humaine. C’est justement là que poète entre en jeu, car il est habilité à en neutraliser les dérives. En effet, par définition, le poète, philosophe inné, garde sa part de rêve, en général ouvert sur le bonheur de l’homme, il le partage car il observe et analyse en permanence, telle une éponge, le ressenti des autres. Il digère toutes les informations qui divisent ses compatriotes et y apporte une ouverture. Il peut casser la paroi qui étouffe. Il peut percer le mur pour que nous puissions voir. Il absorbe les faits, les analyse et en crée une version imagée, littéraire, plus humaine. Il dénonce, il caricature, il se moque et s’insurge. C’est l’indicateur émotionnel des actes de ses contemporains. S’il le désire, c’est la mémoire analytique du passé en rapport avec le présent.  

La nature et le rôle du poète dans la Société

Le poète écoute ses intuitions contrairement au scientifique qui les met à l'épreuve, mais sa connaissance générale et la sagesse de sa nature, équilibre ses émotions. Il écrit pour les autres en tant que filtre pour la société. Il est proche de la nature, il met l’homme en son sein et vice et versa. Sa vision des choses, sensible et intelligente, les images qu’il utilise, les règles poétiques qu’il maîtrise, les rimes ou les mots qu’il choisit soigneusement ou intuitivement, sont le reflet de notre conscience profonde globale, celle que la science redécouvre et ne ridiculise plus, parce qu’elle peut enfin l’expliquer. Elle a découvert par exemple que nous avons un deuxième cerveau, les intestins. Elle a découvert la force mentale pour guérir, la place des émotions sur notre santé, l’art thérapie, la musicothérapie. Mais que de temps perdu ! Le sensible et le rationnel sont compatibles et ne doivent absolument pas être séparés car ils se complètent. Ainsi le poète est-il le messager qu’il faut écouter. 

Ce n’est pas un prophète, c’est un moyen de communication nécessaire à toute société équilibrée. C’est d’ailleurs bien pour cela que l’on n’en trouve pas dans les dictatures où ils n’ont pas de place, car le degré de dangerosité par rapport à l’idéologie a bien été évalué. Le poète est une force, mais sa place est fragile. L’Arabie Saoudite, pour ne citer qu’elle, met à mort des poètes, car ils osent remettre en question le système de pensée imposée. La théocratie n’aime pas les poètes, elle leur préfère les prophètes. Or, le prophète contient le mot poète, car le poète ne peut être tué, il fait partie du monde, il est intégré au système universel. Tuez-en un, et dix le remplaceront. Le poète est sacré, il est l’humanité. Et dans chaque homme dort un poète.

Des exemples  de poètes Orientaux

MAHMOUD DARWICH

Si les poètes occidentaux ont eu la voix forte et provocatrice, on note une nette différence dans les propos tenus par Mahmoud Darwich, poète Palestinien soumis à un rapport de force écrasant ressenti dans nombres de ses poèmes. 

« En poésie on ne réplique pas à une voix extérieure tonitruante par une voix de même volume. Mais par la confidence intime et le chuchotement. (…) Le poète ne peut barrer le chemin de ces armées pour les questionner. Il ne peut que regarder l’Histoire, pour méditer sur sa marche. (…) La poésie est cette petite créature qui n’a pas la force qu’on lui supposait. Sa force, c’est son extrême fragilité.  Dans le poème « Je parcourrai cette route », du recueil Plus rares sont les roses, (1986), il écrit "Je parcourrai cette longue route, cette si longue route jusqu’au bout, Jusqu’au bout du cœur, je parcourrai cette route longue, si longue. Je n’ai plus rien à perdre que la poussière et ce qui est mort en moi. La rangée de palmiers Indique ce qui s’absente. Je franchirai la rangée de palmiers. La blessure a-t-elle besoin de son poète pour dessiner une grenade à l’absence ?"    

Puis dans le poème « Le dernier train s’est arrêté » du même recueil, dans son chuchotement de craintes et d’angoisses, le pouvoir de la poésie lui semble très réduit lorsqu’il dit « Nulle colombe pour se poser sur une femme en chair de parole. Le temps s’est achevé. Le poème ne peut guère plus que ce que l’écume a pu. »    

Dans « Ici, s’achève la migration des oiseaux », il demande aux vents de souffler pour que le poème vive, et dans « Près de la muraille » où il pose des questions relatives à la possibilité de pouvoir être et de bâtir des murailles près d’une vieille muraille, autrement dit, celle de Jérusalem en tant que symbole, il clos son questionnement par ce vers,  « J’ai interrogé le poème, et les nuages lui montèrent aux yeux. »    Cette dernière phrase, très bien rendue dans notre langue française, exprime plusieurs choses si on l’analyse. « Interroger un poème », comme on interroge un oracle, c’est faire appel à la notion de croyances, où l’on trouve ici le désespoir, de façon général quand les hommes se tournent vers lui pour avoir des réponses à leurs interrogations. Les nuages, porteur de pluie, sont l’image des larmes qui montent aux yeux de ceux qui savent pleurer. La simplicité des vers écrits ici ne cache pas l’impuissance du poète devant les faits.    

ADONIS (Ali Ahmad Saïd)

C’est pour cela que même au sein des gouvernements les plus endurcis, il est possible d’inverser le processus "d’auto-destruction", car comme le dit si justement le poète Adonis, "toute civilisation qui se coupe de la créativité et de l’énergie créative, qui se coupe du reste du monde et se replie sur un mode de pensée unique, est vouée à mourir". 

Lors d'une interview donnée en 2006 à Dubaï, il explique que la liberté fait peur parce que c’est un lourd fardeau à porter. « La liberté nous place en face de la réalité, du monde dans sa globalité. » Lui aussi exprime le fait qu’être esclave peut-être rassurant dans la mesure où la question n’est pas à notre portée et que de par notre position, nous n’avons pas à prendre position, à nous dévoiler, à prendre des décisions personnelles avec les conséquences qui pourraient en découler. « De même qu’Allah résout tous les problèmes, de même un dictateur résout toutes les questions. »  Ne comprenant pas ce qui arrive au monde arabe, il soulève l’hypothèse qu’à l’étranger, l’individu arabe parvient à devenir un grand penseur, un scientifique ou un grand médecin, mais qu’il ne peut le faire dans sa propre société. Il déclare même que si l’on compare ce que les arabes dans leur ensemble ont apporté à la société les cent dernières années par rapport aux autres nations, les arabes sont en voie d’extinction. Il précise sa pensée par le fait que la société arabe telle qu’elle est aujourd’hui n’est plus génératrice de créativité et qu’un peuple qui perd son énergie créatrice st voué à s’éteindre. « Tant que les arabes appréhenderons un monde nouveau avec des idées révolues dans un cadre dépassé, ils ne pourront apporter une solution à leur crise identitaire et intellectuelle ». Il termine en revenant sur le fait religieux en disant que l’interprétation du Coran, telle qu’elle est encouragée aujourd’hui, tue l’Islam et que sa vitalité intérieure est malheureusement mieux reconnue par les « infidèles » et les non-croyants que par les dirigeants religieux eux-mêmes.

Toute civilisation en condamnant une autre, en faisant souffrir une autre, se fait souffrir elle-même. Toute civilisation qui souffre ne peut pas vivre, car elle déclenche les révoltes, la rébellion, le chaos, parce que tout homme garde au fond de lui, ce petit bout de poésie qui le sauve de l’acceptation, quelle qu’elle soit et ad libitum.    


À propos de l'auteur

user_images/IMG_0528.JPG

VIRGINIE CADOT

Historienne de l'art, auteur, j'ai écrit mon premier roman en 2008, et mon second en 2015, sur Victor Hugo et Juliette Drouet.
  • 22

    Articles
  • 7

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 1

    Abonnements

Poursuivez la discussion!