Le sablage des jeans : usure de vie

Depuis vingt ans, les jeans "vintage" sont les vedettes de la mode mais les ouvriers qui les fabriquent, risquent leur vie.
26

Le 2 mars 2011, dans une rue commerçante parisienne du quartier Haussman, un homme en blouse monte dans un caisson vitré et de petites billes de polystyrène sont déversées sur sa tête, ces petites billes symbolisent le sable, elles s'amassent très rapidement en petite montagne autour de son corps jusqu'à sa tête. Les militants et journalistes sont présents, ils assistent à l'ensablage de cet homme afin de dénoncer le danger que représente cette technique pour tous les ouvriers mais aussi pour l'environnement...

Une campagne choc pour faire réagir les consommateurs

Des tracts, une vidéo , organisé par le collectif " Ethique sur l'étiquette " : tout pour sensibiliser les gens qui regardent la forme, la couleur, le détail fashion, mais ne s'intéressent pas aux procédés de fabrication quand ils s'achètent un vêtement.

" Il est mortel ce jean " , " Stop au sablage " sont les slogans utilisés pour interpeller les consommateurs, explique Nayla Ajaltouni, coordinatrice du projet. La technique du sablage permet de délaver le jean sur des zones bien précises comme au niveau des cuisses ou des genoux, mais les ouvriers la pratiquant sont touchés par des maladies pulmonaires telles que la silicose.

La technique du sablage manuel a provoqué 47 morts en Turquie

Grâce à la pression des médecins turcs, la Turquie a fait interdire le sablage en avril 2009 car 5000 ouvriers soit 50 % de leur main d'œuvre nationale de ce secteur serait touchée par la silicose, maladie incurable due à l'inhalation de poussières de silice cristalline (seuls 3 à 24 mois d'exposition à ces poussières toxiques sont nécessaires pour contracter la maladie).

Les malades sont généralement des jeunes hommes souvent immigrés des pays de l'Est. Ils travaillent pour la plupart dans des ateliers sans fenêtres. Les fabricants se sont donc retournés vers des pays moins regardant sur les conditions de travail tels que la Chine, le Cambodge, le Pakistan, le Mexique, l'Inde, l'Indonésie ou le Bangladesh. Cette technique est très rentable car le sable est l'abrasif le moins onéreux, la technique est réalisée à la main sans la moindre protection par une main d'oeuvre bon marché alors que le prix du jean fini peut atteindre 300 euros !

D'autres méthodes, même si elles sont moins précises, existent pour vieillir la toile denim : le ponçage ou le délavage à la pierre ponce ou au papier de verre, le brossage, les traitements chimiques ou le laser. Elles coûtent plus cher mais sauvent des vies.

Certaines grandes marques ont banni la technique du sablage mais d'autres font la sourde oreille. Pour les faire réagir, une pétition en ligne est à la disposition de tous. Il suffit de faire changer la mode !

Sur le même sujet