Burano, l'île multicolore de la lagune de Venise

Vouée à la pêche et réputée pour ses maisons colorées et sa dentelle, Burano est facilement accessible depuis Venise pour une balade de quelques heures.

Moins connue que l’île voisine Murano qui doit sa notoriété à ses verreries, Burano est également située dans la lagune de Venise, à moins d’une heure de la Cité des Doges. Pourtant, son atmosphère est très différente de celle des quais vénitiens. Les touristes et les magasins de souvenirs sont toujours là, même si les ruelles animées sont un peu moins bondées qu’aux alentours de la place Saint-Marc ou du Rialto, mais l’ambiance est plus tranquille.

Du linge sèche aux fenêtres ou devant les portes, on peut parfois voir des habitants repeindre leur maison au soleil, et en s’écartant du canal central, certains petits quartiers totalement déserts permettent de profiter d’une accalmie reposante après l’agitation de Venise, où même les gondoliers sont régulièrement confrontés aux embouteillages.

Le décor aussi change. Contrairement aux bâtiments à l’architecture riche du centre de la Cité des Doges, les maisons de Burano sont plus simples, parfois modestes, mais offrent aux promeneurs une étonnante palette de tons vifs, faisant de l’île la plus colorée de la lagune. Jean Cocteau disait d’ailleurs de Burano qu’elle avait "les couleurs d’un printemps fou". On ne peut que lui donner raison en découvrant des façades allant de l’orangé au vert en passant par le rose bonbon, pastelles ou criardes, même dans les passages les plus étroits du centre.

Autre curiosité locale: le clocher de l’église San Martino Vescovo, si penché que l’on peut s’étonner de sa stabilité.

Des rues imprégnées des traditions locales

Se rendre à Burano, c’est aussi découvrir les traditions du lieu. D'abord, les nombreuses barques flottant sur les canaux témoignent de son fort lien à la pêche, essentiellement aux mollusques. On raconte d’ailleurs que les maisons étaient dans le passé peintes de couleurs vives afin de permettre aux pêcheurs de mieux se repérer et de reconnaître leur domicile par temps brumeux.

Surtout, l’île est connue pour sa dentelle à l’aiguille depuis le XVIe siècle. Aujourd’hui encore, de belles pièces de dentelle sont exposées au regard des visiteurs sur les devantures de nombreuses petites boutiques. Evidemment, le travail artisanal des dentellières demande du temps… qui est ensuite facturé aux touristes, mais le point local est considéré comme l’un des plus beaux et des plus exigeants du monde. Burano a même son Musée de la dentelle – Museo di Merletto -, qui se visite de 10h à 16h l’hiver et jusqu’à 17h l’été, tous les jours sauf le lundi.

Le vaporetto, transport économique

Pour aller faire un tour dans la lagune, plusieurs choix s’offrent aux visiteurs. Le plus économique reste le transport public, soit le vaporetto - qui ne dessert pas toutes les îles mais qui s’arrête bien à Burano. Différents forfaits permettent de circuler de façon illimitée durant une période préétablie et les réservations sont possibles, même en amont du voyage. Pour ceux qui préfèreraient la barque traditionnelle, des excursions passant notamment par Burano sont également proposées.

Sur le même sujet