Photoquai : le monde à travers l'objectif de 46 photographes

Jusqu'au 11 novembre, Photoquai invite les visiteurs à découvrir gratuitement, au musée du quai Branly, des photographies issues de 29 pays non-occidentaux.

Plus qu'une succession de photographies, ce sont de véritables récits qu'offre cette 3e biennale des images du monde Photoquai . Des récits de quotidiens lointains d'abord, comme celui de prostitués éthiopiennes dans la série Working Girls de Michael Tsegaye, d'une milice d'extrême droite colombienne via les clichés percutants de Julián Lineros récompensé en 2002 par le prix Simón Bolívar du journalisme, ou d'albinos tanzaniens à travers les portraits de Mwanzo Millinga.

Des récits qui ont parfois suscité la polémique, à l'image de celui de la Russe Irinia Popova, dont les photos présentent la vie de deux toxicomanes élevant leur fille de 2 ans au milieu de marginaux. Arguant du droit à protéger ses sources, elle a ainsi fermement refusé de divulguer aux services sociaux les coordonnées de cette famille lorsqu'une enquête a été ouverte pour que la garde de l'enfant soit retirée à ses parents, et s'est attirée les foudres d'un public indigné.

Des récits plus intimistes aussi, parmi lesquels celui délivré par les autoportraits de la Togolaise Hélène Amouzou.

Une exposition tous publics

Les témoignages se succèdent, accompagnés de panneaux explicatifs relatant à la fois le parcours, la technique et la démarche des 46 photographes mis à l'honneur cette année. Une façon de rendre accessible la photo à tous, professionnels, amateurs ou non-initiés, et d'ouvrir une fenêtre atypique sur le monde.

Même sans être sensibles à l'ensemble des travaux, voire un peu réticents ou sceptiques parfois, les badauds sont tour à tour touchés par le message d'un reportage, heurtés par la force ou la beauté d'un cliché, admiratifs devant la prouesse technique. Un beau voyage donc.

Des clichés dans une dizaine de lieux parisiens

Accessible gratuitement, l'exposition est installée en bord de Seine, sur le quai Branly, et dans les jardins du musée. Certaines œuvres sont cependant visibles dans une dizaine d'autres lieux partenaires, notamment la Tour Eiffel, la Maison européenne de la photographie, le Petit Palais, ou l'ambassade d'Australie. En parallèle, des rencontres, projections et conférences sont également organisées. Pour ceux qui le souhaitent, des visites guidées sont programmées régulièrement, dont certaines adaptées aux familles et au jeune public. Les dates et horaires sont consultables sur le site Internet de l'événement.

Créée à l'initiative du musée du quai Branly , la biennale Photoquai a pour vocation de faire découvrir au grand public des artistes dont l'œuvre est inédite en Europe. Ses deux premières éditons, en 2007 et 2009, ont déjà permis de mettre en avant le travail de 116 photographes. Pour ceux qui manqueront ce cru 2001, rendez-vous est donc pris dans deux ans.

Sur le même sujet