Voyage militant sur les traces d'Amnesty International

Dans son livre publié par De La Martinière Jeunesse, Anne-Marie Thomazeau sensibilise les enfants aux combats menés par Amnesty International depuis 50 ans.

A l'occasion de son 50ème anniversaire, Amnesty International s'associe aux éditions De La Martinière Jeunesse , à la journaliste Anne-Marie Thomazeau et à l'illustratrice Alice Gravier pour expliquer son action aux enfants âgés de 10 ans et plus. Publié récemment, Les enfants du monde racontent Amnesty International et la défense des droits humains donne ainsi la parole à ceux dont les droits sont compromis dans différents pays.

Une approche documentaire

Bien que les témoignages des personnes en situation critique soient fictionnels, ils sont inspirés de faits réels observés par les militants du mouvement sur le terrain et légitimés par l’approche documentaire et le style journalistique de l’ouvrage. A titre d'exemple, le livre présente le récit d'une jeune Chinoise qui raconte comment son père, « ni gangster ni criminel, simplement avocat », a été emprisonné par la police du gouvernement pour avoir défendu « les personnes privées de droits et de libertés par les autorités de [son] pays ». Finalement libéré après l’intervention d’Amnesty International, il est « assigné à résidence », n’a plus le droit d’exercer son métier et est continuellement espionné. Chacune des histoires est par ailleurs accompagnée d’explications contextuelles et historiques, pour permettre aux enfants de prendre conscience de l’ampleur des problèmes pointés du doigt. Sans oublier les focus réguliers sur les actions d’Amnesty International pour y remédier.

De la peine de mort à la cybercensure

Quand un enfant soldat de République démocratique du Congo raconte comment il a été envoyé sur le front, c’est le phénomène à l’échelle internationale qui est décrit et dénoncé : on estime ainsi à 250.000 le nombre d’enfants soldats dans le monde. De même, le récit d’une tuerie dans une école finlandaise permet notamment de rappeler que 200 millions d’armes à feu seraient détenues par des personnes privées aux Etats-Unis.

Sont tour à tour abordés la peine de mort, la situation des réfugiés, la drogue dans les favelas, le statut de demandeur d’asile, la cybercensure, les violences contre les femmes... Evidemment, la lecture n’est pas gaie, mais elle a le mérite d’interpeller.

Des conseils pour s'engager

C’est d’ailleurs l’objectif puisque tout un volet de l’ouvrage dispense des conseils aux jeunes lecteurs pour s’engager de façon concrète, en devenant par exemple délégué de classe, conseiller municipal ou député junior, et en informant les autres enfants via l’organisation de rencontres ou la création d’un mur d’expression.

On regrettera tout de même l’absence d’interviews des militants d’Amnesty International pour compléter la chronologie finale consacrée aux« 50 ans de [sa] lutte pour la défense des droits humains ».

A noter que pour chaque livre acheté (15,90€), 1€ est reversé à l'organisation.

Sur le même sujet