Rugby - 6 Nations: le XV de France reconduit face à l'Angleterre

Après deux succès, le XV tricolore est toujours en course pour conserver son titre. Pour affronter l'Angleterre, les 23 sélectionnés sont reconduits.
7

Dans le nouvel antre Irlandais de l’Aviva Stadium, les Français ont remporté leur deuxième rencontre dans ce Tournoi des Six Nations 2011. De ce fait, les hommes de Marc Lièvremont sont bel et bien en course pour conserver leur titre, mais pour cela il faudra faire un sans-faute lors des trois prochains rendez-vous. Cela débutera samedi 26 février à 18 heures, à Twickenham, face à des Anglais qui possèdent actuellement la meilleure attaque et qui comptent bien mettre en échec les Tricolores. Il faudra également passer l'Italie (12 mars, 15h30), avant de clôturer au Stade de France face au Pays de Galles le 19 mars (20h45).

En Irlande, les Bleus ont obtenu un succès important (25-22) et rassuré sur leurs capacités à gagner à l'extérieur. Mais la défense reste encore friable. Car si nos Français se sont imposés, un seul essai a été marqué, par Maxime Médard, tandis que les joueurs du Trèfle ont été en terre promise à trois reprises, tout comme les Écossais il y a une semaine. Ce talon d'Achille peut se retourner contre les bleus rapidement et les joueurs en sont bien conscients.

Réactions à chaud des joueurs après Irlande-France

Morgan Parra, demi de mêlée du XV de France: «On avait besoin d’une victoire à l’extérieur pour se relancer après le mois de novembre. Il y avait une très belle équipe d’Irlande, mais on a vu qu’en tenant le ballon, on pouvait être récompensés par des pénalités ou un essai. L’essai d’entrée nous a compliqué la tâche. On sait qu’on peut rivaliser avec des équipes à l’extérieur. Maintenant, on sait aussi qu’avec l’Angleterre chez elle, il faudra être plus présent. Si on commence à -7 en Angleterre, ce sera très compliqué. Les victoires, ça se construit aussi dans un climat hostile, ça a été compliqué. On a su le faire et le groupe va se construire là-dessus.»

Imanol Harinordoquy, N°8 du XV de France : «Ça a été un gros, gros combat. Il n’y avait pas énormément de rythme, on est tombés dans un faux rythme et en face, il y avait un mur. En tenant le ballon, on a pu les mettre à la faute et l’emporter. On ne retiendra pas la manière mais le résultat. Pour la suite, il faudra arrêter de prendre des essais comme ça. On a fait une entame catastrophique, on a pris une énorme pression. On aurait pu s’effondrer, sombrer, au lieu de ça on s’est retrouvés sur ce qu’on savait faire. Ça a été du jeu assez simple mais par moments on a vu de bonnes choses, il faut travailler là-dessus. Il va falloir mettre le curseur un cran au-dessus pour l’Angleterre. Ce sera sûrement le match le plus important du Tournoi.»

Julien Bonnaire, troisième ligne du XV de France: «On est contents mais on sait qu’on a eu chaud, qu’on n’a pas tout fait pour maîtriser ce match. Il y a encore du travail. Ça a déjà été délicat contre l’Écosse, là c’est encore passé mais ce sera autre chose face à l’Angleterre. Il va falloir rectifier le tir rapidement. On a fait des fautes bêtes qui ont permis aux Irlandais de revenir dans le match. On prend beaucoup trop d’essais, on n’est pas assez montés les chercher.»

Damien Traille, centre du XV de France: «On s’attendait à un gros combat, une grosse entame et on a pris un essai très vite. On aurait pu gagner avec beaucoup plus de sérénité, surtout en fin de match. C’est une victoire importante, ça prouve que ce groupe a une grosse solidarité. On s’est précipités, on n’a pas su regarder leur défense, on est allés taper dans le mur alors qu’il y avait des espaces, mais on a su trouver quelques solutions.»

Aurélien Rougerie, centre du XV de France : «Cette victoire va nous permettre de travailler dans la sérénité parce qu’il y a encore pas mal de travail! Ce soir encore, on a vu des Irlandais performants, durs au contact. Ils sont montés haut.»

Nicolas Mas, pilier du XV de France: «Gagner ici n’est pas une chose facile, on a eu du mal mais on n’a jamais lâché, on s’est remobilisés. C’est positif. Tout le monde s’est envoyé.»

Lionel Nallet, deuxième ligne du XV de France: «Je suis content. On l’a gagné dans la douleur, mais ce sont de belles victoires. Après l’essai, il n’y a eu aucune panique. On a accepté cet essai et on est repartis de l’avant et ça a été comme ça tout le long du match. On n’est pas tombés dans le n’importe quoi pour remonter, on a continué à vouloir faire notre jeu. Le collectif a bien marché. Sur le dernier essai, leur jeu au pied c’est de la loterie, ça rebondit favorablement. Ce que je retiens, c’est qu’on a bien tenu sur cette phase de jeu qui a été longue.»

Le sélectionneur des Bleus Marc Lièvremont l'a annoncé dès la fin du match, il reconduit ce groupe de 23 joueurs pour faire un nouveau voyage outre-Manche dans 15 jours.

La liste des 23:

Avants (13): Nicolas Mas (Perpignan), Thomas Domingo (Clermont), Luc Ducalcon (Castres), Sylvain Marconnet (Biarritz), William Servat (Stade Toulousain), Guilhem Guirado (Perpignan), Lionel Nallet (Racing-Métro), Julien Pierre (Clermont), Jérôme Thion (Biarritz), Thierry Dusautoir (Stade Toulousain, cap.), Julien Bonnaire (Clermont), Imanol Harinordoquy (Biarritz), Sébastien Chabal (Racing-Métro)

Arrières (10): Morgan Parra (Clermont), Dimitri Yachvili (Biarritz), François Trinh-Duc (Montpellier), Yannick Jauzion (Stade Toulousain), Aurélien Rougerie (Clermont), Vincent Clerc (Stade Toulousain), Yoann Huget (Bayonne), Maxime Médard (Stade Toulousain), Damien Traille (Biarritz), Clément Poitrenaud (Stade Toulousain).

Sur le même sujet