Voile route du Rhum 2010 : Lionel Lemonchois à Pointe-à-Pitre

Le vainqueur de la précédente édition Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne) est arrivé ce lundi, une semaine plus tard que sa traversée record de 2006.
6

Après Roland Jourdain (Veolia Environnement) auteur du premier doublé en monocoque Imoca dimanche, Lionel Lemonchois a remporté à son tour lundi après-midi la Route du Rhum pour la deuxième fois consécutive.

Après son triomphe en 2006 à la barre de Gitana 11, Lionel Lemonchois http://www.princedebretagne-mer.com/ s’est imposé cette année en catégorie Multi 50 sur Prince de Bretagne. En passant la ligne d'arrivée en Guadeloupe à 17 heures 52 minutes 48 secondes (heure de Paris), Lionel Lemonchois s'est adjugé la victoire en catégorie Multi50 dans la Route du Rhum - La Banque Postale 2010. Le temps de course de Prince de Bretagne est de 15 jours 04 heures 50 minutes 48 secondes, sa vitesse moyenne sur l'eau est de 13,10 nœuds, sur une distance totale parcourue de 4 776 milles sur les 3 539 milles théorique soit une vitesse moyenne de 9,70 nœuds. Il est suivi de peu de Lalou Roucayrol (Région Aquitaine - Port Médoc), 2e de la flotte Multi50, qui avait franchi la bouée de Basse-Terre à 20h40'43'. Il lui restait alors 25 milles à parcourir pour rejoindre la ligne d'arrivée. Le skipper Girondin http://www.lalou-multi.com/ de 46 ans peu nourrir quelques regrets après avoir été leader durant quelques jours.

Le classement se complète rapidement

Les arrivées s’enchaînent à Pointe-à-Pitre sur un rythme de plus en plus soutenu. Après Marc Guillemot (Safran), Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3) et Vincent Riou (PRB), arrivés cette nuit respectivement 3e, 4e et 5e en monocoque Imoca, c’était au tour de Philippe Monnet (La Boîte à Pizza) de terminer lundi matin (en Guadeloupe) en 5e position de la catégorie Ultime. Il ne reste plus que deux concurrents en mer dans cette catégorie, Gilles Lamiré (Défi Cancale) et Servane Escoffier (Saint-Malo 2015) qui devraient otucher au but mardi.

Class 40 : Thomas Ruyant (Destination Dunkerque) en route directe

Cette fois, Thomas Ruyant a décidé de faire route directe sur la Guadeloupe et dans son sillage, les 12 premiers du classement tente de le suivre. Dans cette catégorie rien ne change, les places sont bien définies Le leader est satisfait " Les conditions sont super agréables ; il était temps ! La nuit n'a pas été facile. J'ai longé une ligne de grains avec un vent d'Ouest qui était juste derrière, beaucoup de pluie, pas mal d'éclairs, le vent qui changeait beaucoup de direction et de force donc ce n'était pas simple. Je n'ai pas trop dormi cette nuit mais là ce matin c'est vraiment agréable.

Ce n'est pas un soulagement parce que la situation sur les trois quatre derniers jours était assez claire. Mais attention, ce n'est pas fini du tout parce que devant moi il y a une zone avec très peu de vent, que je vais toucher en premier et que les autres n'auront pas parce que le vent arrive par derrière. Donc ça risque encore un peu de faire l'élastique et se détendre encore un petit peu. La fin n'est pas faite du tout. Je vais butter dans une zone de sans vent à partir de ce soir et toute la journée de demain certainement avant de retrouver un peu de vent. Donc derrière ça va encore recoller et a priori l'arrivée sera de nuit sur la Guadeloupe. Ca n'arrange pas non plus mes affaires parce que la nuit autour de la Guadeloupe il n'y a pas beaucoup de vent je crois ! Tant que j'ai du vent j'essaie de faire avancer mon bateau au maximum pour arriver avec un peu de gras en Guadeloupe. Je sais qu'il reste un peu plus de deux jours. C'est la fin, on se rapproche".

L'arrivée n'est pas encore en ligne de mire

Catégorie Rhum : Luc Coquelin (Pour le rire médécin) : "En pleine forme"

Toujours derrière le Sarde Andrea Mura (Vento di Sardegna), Luc Coquelin (Pour le rire médécin)

essai de rattraper le temps perdu sur une route diamétralement opposée au leader ,"la mer est un peu dure car il y a une houle dans tous les sens. Le vent, par moment, est fort. Il y a jusqu’à 20-30 nœuds mais là, ça a molli après un grain donc je suis un peu plus paisible. Mon écart avec Andrea Mura est stable mais j’espère que ça va changer un petit peu. Je me décale un peu dans l’ouest, par rapport à lui, pour essayer d’avoir un peu plus de vent par la suite." Durant sa vacation avec le PC course il a rajouté

" Je n’ai pas croisé de Class40 mais j’ai remarqué, sur les positions qu’il y en a plusieurs autour de moi. Il va falloir les surveiller un peu… Je pense que quand on pourra partir tribord amure, on pourra descendre un peu et au fur à mesure ça mollira et ça deviendra un peu plus confortable à naviguer. Là, on est au plus fort au niveau du vent et de la mer et ça secoue pas mal. Tous les objets ont tendance à voler facilement et il faut faire attention de ne pas se blesser ou de se cogner, que ce soit à l’intérieur ou sur le pont. Parfois c’est brusque et ce n’est pas évident de se retenir. Je ne barre pratiquement pas, le bateau est bien équilibré. J’arrive à dormir et je suis en pleine forme. J’ai hâte d’aller jouer autour de la Guadeloupe, c’est une partie que je connais bien mais d’ici là, il reste de la route, des choses à faire. C’est sympa de passer sous la barre des 1 000 milles, c’est synonyme de la fin de course. A ce stade, on sait qu’on a bien avancé, qu’on tient le bon bout. » le 3e larron Julien Mabit (monopticien.com) tente de refaire un peu son retard mais en vain.

Les classements lundi 15 novembre à 19 h 50

Classe Ultime (multicoques géants) :

1. Franck Cammas (Groupama 3) 9 jours 3 heures 14 min 47 sec

2. Francis Joyon (IDEC) 9 jours 13 heures 50 min 48 sec

3. Thomas Coville (Sodebo) 10 jours 3 heures 13 min 11 sec

4. Yann Guichard (Gitana XI) 11 jours 11 heures 56 min 38 sec

5. Philippe Monnet (La boîte à pizza) 15 jours 1 heure 8 minutes 50 sec

6. Gilles Lamiré (Défi Cancale) à 131.8 milles de l'arrivée

7. Sevanne Escoffier (Saint-Malo 2015) à 204.5 milles de l'arrivée

Classe IMOCA (monocoques de 60 pieds/18,28 m) :

1. Roland Jourdain (Veolia Environnement) 13 jours 17 heures 10 min 56 sec

2. Armel Le Cleac'h (Brit Air) 14 jours 1 heure 6 min 7 sec

3. Marc Guillemot (Safran) 14 jours 12 heures 28 min 02 sec

4. Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec) 14 jours 15 heures 11 min 13 sec

5. Vincent Riou (PRB) 14 jours 18 heures 3 minutes 52 sec

Classe Multi 50 (trimarans de 50 pieds/15,24 m) :

1. Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne) 15 jours 4 heures 50 minutes 48 sec

2. Lalou Roucayrol (Région Aquitaine-Port Médoc) à 26.3 milles de l'arriivée

3. Loïc Fequet (Maître Jaques) à 38.2 milles de l'arriivée

4. Philippe Laperche (La mer révèle nos sens) à 41.9 milles de l'arrivée

5. Erwan Le Roux (FenetreA - Cardinal) à 85 milles de l'arrivée

Classe 40 (monocoques de 40 pieds/12,18 m) :

1. Thomas Ruyant (Destination Dunkerque) à 480.4 milles de l'arrivée

2. Nicolas Troussel (Crédit mutuel de Bretagne) à 72.4 milles du premier

3. Jorg Riechers (Mare.de) à 131.8

Catégorie Rhum (bateaux de tailles et types différents) :

1. Andrea Mura (Vento di Sardegna) à 782 milles de l'arrivée

2. Luc Coquelin (Pour le rire médecin) à 173.4 milles du premier

3. Julien Mabit (monopticien.com) à 331.8

Site officiel : http://www.routedurhum-labanquepostale.com

Sur le même sujet