Voile route du Rhum 2010 : Roland Jourdain proche du but

Après la 4e arrivée d'un Ultime, jeudi soir, ce week-end cela va être au tour des " Imoca" et Roland Jourdain en tête de gouter à la douceur antillaise
6

C'est dans nuit de jeudi à vendredi, peu avant une heure du matin, Yann Guichard s’est adjugé la quatrième place de la catégorie Ultime dans cette 9e édition de la Route du Rhum – La Banque Postale. Après trois jours de pétole et quatre nuits passées sans dormir, le skipper de Gitana 11 a vécu son arrivée comme un immense soulagement.

Il faut dire que son tour de l’île a été interminable puisqu’à 20 h (heure française), il était à hauteur de Basse terre et Il espérait rejoindre Pointe-à-Pitre avant la nuit. Mais au contraire, le vent ne soufflait plus et, les dernières heures se sont étirés en longueur. Des heures durant, son trimaran est resté scotché à quelques milles de l’arrivée. La météo ne l’aura décidément pas épargné. C’est seulement à 0 h 56 qu’il a pu couper la ligne d’arrivée… une délivrance pour lui.

Dans cette catégorie les écarts sont creusés, le prochain à arrivé doit être Philippe Monnet, La Boite à Pizza qui était ce vendredi soir encore à 600.3 milles de l’arrivée

Imoca : Jourdain aperçoit les lumières

Bilou a augmenté durant la nuit son avance sur Armel Le Cléac’h, désormais à 83 milles du leader. Armel, parti vers le sud, a concédé pas mal d’avance sur ses poursuivants, notamment Marc Guillemot qui lui a repris 75 milles dans la nuit grâce à son option ouest. Le skipper de Safran ne pointe plus que 4 milles derrière celui de Brit Air. Les premiers sont attendus entre samedi après-midi et dimanche matin.

Encore 151,2 milles à parcourir pour Roland Jourdain (Veolia Environnement) vendredi soir contre 222, le matin, autant dire que le chemin parcouru est minime alors que dans les alizés, un monocoque 60 pieds avale cette distance en une demi-journée.

Malheureusement, les alizés sont aux abonnés absents. Par conséquent, c’est plutôt un jour et demi à deux jours de mer qu’il reste encore aux marins solitaires partis de Saint-Malo depuis douze jours. La route est longue et sinueuse cette année pour rejoindre la Guadeloupe. Mais Roland Jourdain tient toujours la corde et conforte son avance.

En empannant au sud, Bilou contrôle Armel en restant exactement entre son premier adversaire et l’arrivée. Cela entrouvre une petite porte pour les poursuivants décalés dans le nord-ouest et qui tentent une option pour arriver en Guadeloupe par le nord.

Dans cette zone où le vent brille par son absence, le moindre ralentissement peut se transformer en passage à niveau. Quand Marc Guillemot reprend 75 milles sur Armel Le Cléac’h en une nuit, difficile de certifier que les 84 milles d’avance de Roland Jourdain sont une assurance tous risques la veille ou l’avant-veille du dénouement. La tension va monter crescendo à l’approche de la Guadeloupe dont le tour pourrait jouer les juges de paix. La victoire se jouera peut-être sur la ligne d’arrivée…

Multi 50 se rapproche de l’arrivé

Tout comme les "Imoca" 60 pieds, les Multi50 se rapprochent des côtes guadeloupéennes. Lionel Lemonchoix, Prince de Bretagne pointait à 370 milles de l’arrivée et Lalou Roucayrol, Région Aquitaine – Port Médoc à 54,3 derrière lui et ne compte pas abdiquer si prêt du but. La course entre les deux hommes est serrée, les deux battent se suivent alors que le 3e de la flotte Philippe Laperche tente un pari audacieux et déprimant en remontant un peu plus au nord. " Ca glisse vers le sud, ça bouge pas mal. la nuit dernière et aujourd’hui on dû contre-border dans l’ouest pour éviter une zone de calme et mieux négocier la fin. Là, ça glisse plein sud. Il y a des bons grains tropicaux qui rincent bien le bateau. J’ai fait la rencontre de poissons volants dans le cockpit, c’est tranquille ! On ne pouvait pas aller plus ouest, on est au nord de la Guadeloupe. A l’inverse, Erwan Leroux pourrait difficilement être plus au sud. Ce sont les extrêmes avec des conditions météo particulières. J’ai navigué sous gennaker jusqu’à 50 milles après Ouessant. Depuis, je l’ai rangé et je ne l’ai jamais plus ressorti. Le vent va tourner, faiblard. Il y a des moments où ça devient long. Tous les jours, les routages prennent une journée de plus. Ce n’est pas qu’on n’aime pas être sur l’eau, mais quand ça traine, on se fait des films et on voudrait que ça se déroule comme on voudrait. Hier je faisais cap sur New York, c’était quand même désespérant. Les écarts sont si faibles que tout peut être chamboulé avant l’arrivée en Guadeloupe. Je reste vigilant. " Les suivant sont au sud et ont également de la peine a avancer dans les meilleures conditions.

Class40 : Un danger arrive sur les leaders Thomas Ruyant, Destination Dunkerque poursuit sa domination devant Yvan Noblet, Appart City et Samuel Mansardé, Vecteur Plus. Depuis plusieurs jours rien ne bouge en tête de la course, malgré des conditions météo bien différentes suivant les options. Actuellement Nicolas Troussel (Crédit Mutuel de Bretagne) est en train de revenir sur le trio de tête par la route du sud et pourrait bien créer la surprise en passant devant tout ce beau monde à l’entame de la seconde semaine.

Catégorie Rhum : On prend les mêmes

Peu ou pas de changements, ce vendredi dans la catégorie Rhum. Andrea Mura (Vento di Sardegna) maintient une avance de 130 milles sur Luc Coquelin (Pour le Rire Médecin) qui lui-même conserve une trentaine de milles d’écart avec Julien Mabit (Monopticien.com). Ce trio de tête, comme les deux petits trimarans de Charlie Capelle (Acapella) et d’Etienne Giroire (ATNinc.com), font route poussés par un vent de sud assez fort et très instable ce vendredi en subissant la pluie et parfois les orages. Plus à l’arrière, Yves Ecarlat (VALE Nouvelle-Calédonie) se trouve pour sa part dans un système radicalement différent. S’il est, ces dernières 24 heures, le plus rapide de la flotte avec plus de 210 milles parcourus entre hier à 12 heures et aujourd’hui à la même heure grâce à un bon flux de sud-est, le plus petit bateau de la meute va être progressivement ralenti ce week-end en marge de l’anticyclone progressant vers Madère.

Classement du 12 novembre à 19 h 40

1, Franck Cammas, Groupama 3, Arrivé le 9 novembre à 16 h 16 mn 47s. En 9 jours, 3 h 14 min 47 s. à la vitesse moyenne de 16.14 noeuds

Ultimes:

2, Francis Joyon Idec Arrivé le 10/11/2010 à 02:52:48,en 9 jours, 13 heures, 50 minutes et 48 secondes à la vitesse moyenne de 15.40 noeuds.

3. Thomas Coville, Sodebo Arrivé le 10/11/2010 à 16:15:11, en 10 jours, 3 heures, 13 minutes et 11 secondes à la vitesse moyenne de 14.55 noeuds.

4. Yann Guichard ; Gitana 11 : Arrié le 12/11/2010 à 00:56:38 en 11 jours, 11 heures 56 minutes et 38 secondes à vitesse moyenne de 12,83 noueuds

5. Philippe Monnet, La Boite à Pizza à 600.3 milles de l'arrivée

6. Servanne Escoffier, Saint-Malo 2015 à 849,9 milles de l'arrivée

7. Gilles Lemarié, Défi Cancale , à 882 milles de l'arrivée

IMOCA

1. Roland Jourdain, Veolia Environnement à 151,2 milles de l'arrivée

2 Armel Le Cléac’h, Brit Air à 82.9 du leader

3. Jean-Pierre Dick, Virbac Paprec 3 à 86,6.

4 Marc Guillemot Safran : 104.9

5. Vincent Riou, PRB à 123.5

Class Multi 50

1. Lionel Lemonchoix, Prince de Bretagne à 370 milles de l'arrivée

2. Lalou Roucayrol, Région Aquitaine – Port Médoc à 54,3 du leader

3. Philippe Laperche, La mer révèle nos sens à 189,8

Class40

1.Thomas Ruyant, Destination Dunkerque à 965.2 milles de l'arrivée

2. Yvan Noblet, Appart City à 93.1 milles du leader,.

3. Samuel Mansardé, Vecteur Plus à 105.6

Catégorie Rhum

1. Andrea Mura, Vento Di Sardegna à 1262 milles de l'arrivée

2. Luc Coquelin, Pour le rire Médecin à 118.2 du leader,

3. Julien Mabit, Monopticien.com à 176.5

http://www.routedurhum-labanquepostale.com

Sur le même sujet