Faut-il privilégier les livrets d'épargne réglementés ?

A travers cet article, vous pourrez en apprendre plus sur les livrets d'épargne réglementés en France, leurs avantages et leurs limites.

Les livrets défiscalisés

L'épargnant français dispose d'un certain nombre de supports d'épargne réglementée, que l'on appelle aussi des livrets défiscalisés dans la mesure où ils ne sont pas soumis à l'impôt sur le revenu. Parmi ces supports figurent le livret A, le livret jeune, le compte épargne logement (CEL), le plan d'épargne logement et le livret de développement durable.

Le livret A et et le livret jeune

Le livret A est un compte d'épargne défiscalisé destiné aux particuliers. Le livret jeune en constitue une variante réservée aux 12-25 ans. Les deux livrets peuvent d'ailleurs se combiner, mais seul un livret A est autorisé par personne physique.

Les livrets jeunes sont très intéressants pour les personnes qui peuvent en bénéficier, dans la mesure où les intérêts sont exonérés d'impôts et où il s'agit à la fois d'un placement disponible et sécurisé. L'épargnant est sûr de retrouver son capital, puisque le taux est indexé sur celui du livret A et donc légèrement supérieur à l'inflation. De plus, les banques offrent un supplément de rémunération qui en fait le plus intéressant des livrets défiscalisés.

Le CEL et le PEL

Le compte épargne logement et le plan épargne logement sont deux supports d'épargne réglementés et destinés à la réalisation d'un projet immobilier : soit l'achat d'une résidence principale, soit sa rénovation. Le CEL est plus souple, en ce qu'il constitue un placement à plus court terme, tandis que la durée d'épargne d'un PEL est en principe de 10 années, avec une durée minimale de 4 ans, de sorte qu'il s'agit d'un placement à long terme.

Le plafond du PEL, élevé, puisqu'il se monte à 61 200 euros, est l'un de ses principaux intérêts, les plafonds des livrets défiscalisés étant par ailleurs très bas. Si un prêt épargne logement est demandé à l'issue du placement, une prime d'Etat est accordée, à hauteur de 1525 euros. Le plafond du PEL permet à l'épargnant de prévoir un achat immobilier important, en principe, nous l'avons dit, une résidence principale, mais le PEL peut aussi servir une stratégie d'investissement, par l'achat de parts de SCPI.

Le taux du LDD

Le taux du LDD est le même que celui du livret A. Il y a cependant une différence avec ce dernier. Le LDD est défiscalisé, en ce sens que l'épargnant n'est pas soumis à l'impôt sur le revenu, mais il faut néanmoins verser les prélèvements sociaux. De plus, le plafond du LDD, à 6000 euros, est bien plus bas. Néanmoins, le LDD constitue un complément intéressant au livret A, les placements défiscalisés étant rares.

Il faut noter que le LDD s'appelle ainsi car les sommes placées par l'épargnant seront investies dans des entreprises impliquées dans le développement durable, par exemple des entreprises de bâtiment qui se dédient au BBC.

Faut-il privilégier les livrets d'épargne réglementés ?

Evidemment oui, puisque les autres supports d'épargne ou d'investissement subissent des prélèvements importants, que vous déclariez vos intérêts avec vos revenus, ou que vous optiez pour le prélèvement libératoire. Il n'en demeure pas moins qu'il s'agit de placement dont les montants sont assez restreints et qu'il faudra vraisemblablement les combiner à d'autres supports.

Sur le même sujet