L'immobilier sous François Hollande, ça donnera quoi ?

La France vient de changer de Président, que deviendra le marché immobilier avec ce changement de politique annoncé.

On attendait la fin des élections présidentielles, à présent on y est ! François Hollande a été élu nouveau président de la République de France, et ce dernier à des plans précis pour l’immobilier français, sur plusieurs points différents de promesses électorales de Nicolas Sarkozy. Le socialiste a abordé tout au long de sa campagne les problèmes les plus cruciaux du marché de l’immobilier . Il a en particulier donné l’impression d’avoir saisi la nécessité de rediriger les efforts politiques et financiers vers l’aide aux ménages les plus fragiles. Il préconise donc un système social d’ensemble capable de refaire de l’immobilier et de l’accès au logement une question qui trouve de bonnes réponses. Les faits coïncideront-ils réellement avec les promesses ? Attendons de voir !

Les réformes socialistes de François Hollande

Le Crédo du nouveau président vis-à-vis du logement n’est pas loin de celui-ci : halte aux logements trop chers ! C’est clairement ce qu’espéraient les nombreux particuliers ayant adopté une attitude attentiste durant tout le long de l’année 2012. A présent, les élections sont arrivées à leur terme et les ménages français n’attendent qu’à voir enfin les prix de logements et des loyers baisser de manière considérable et durable.

Pour ce qui est des loyers, le nouveau président de la République s’est fixé comme objectif de contrôler un peu plus l’évolution des loyers. Il compte mettre fin aux agissements parfois douteux remarqués dans le déroulement des investissements locatifs. Les différentes mesures qui seront mises en place à cet effet incluront un plafonnement des loyers à ne pas dépasser selon chaque type de logement loué, et selon la localisation de ce logement. Même les biens immobiliers les plus surévalués seront touchés par cet aménagement nécessaire, afin d’aboutir à une souplesse du marché immobilier français. A préciser que sont concernés par ces décisions les locations tout autant que les projets de relocation.

Aussi, François Hollande a prôné, au cours de sa campagne électorale, l’accès au logement pour tous à des prix plus accessibles. Cela devrait se faire notamment par le renforcement de la création de logements sociaux , d’HLM, pour le plus grand nombre de ménages. A cette fin, il compte également réaliser le même projet qu’avait Nicolas Sarkozy, concernant la vente de terrains appartenant à l’Etat français.

Il semblerait alors que l’attentisme des foyers français doive finalement être satisfait par ces différentes mesures de relance. IL s’agit de la baisse des prix que la plupart des ménages attendait. Et, si l’on en croit le nouveau chef d’Etat, le marché de l’immobilier aura de nouveau de beaux jours devant lui, en tout cas du coté des demandeurs de logement au moins.

Du point de vue de l’aide à l’acquisition de logement, des changements doivent aussi être faits.

Par exemple, le prêt à taux zéro ne sera certainement plus ce qu’il était ; c’est-à-dire n’incluant que l’acquisition des logements neufs et ne s’adressant qu’aux seuls primo-accédants. On ne connait pas encore de manière très détaillée quelles seront les décisions du nouveau gouvernement à ce sujet. Seulement, on sait au moins qu’il changera d’appellation pour prendre celui de « prêt à taux zéro conforté », et qu’il sera d’abord orienté vers la classe moyenne ainsi que les jeunes actifs.

La loi sceller quant à elle devrait être supprimée en fin 2012.Par tous ces changements, Hollande devrait pouvoir montrer le souci qu’il a le plus mis en avant pour ce qui est du secteur de l’immobilier, celui du soutien prioritaire à ceux qui en ont le plus besoin.

On remarque que ces améliorations immobilières, parmi tant d’autres, du socialiste Hollande, s’adressent à l’ensemble d’une population qui attend une évolution positive dans son sort économique et financier.

C’est un pari d’une très grande envergure puisque dans ce cas-ci, c’est le peuple français, et non pas un groupe restreint, qui pourra juger par lui-même de la réussite ou de l’échec du président. En effet, il ne s’agit en aucun cas de changements flous dans le marché immobilier , mais de réformes devant avoir des effets facilement et rapidement palpables.

Attendons de voir.

Sur le même sujet