Van Gogh et la Provence : la révélation artistique

C'est en Provence que Vincent Van Gogh produit ses plus grandes œuvres qui sont aujourd'hui admirées dans les musées du monde entier.
11

En Février 1888, après un séjour de près de 2 ans à Paris où il séjourne chez son frère Théo, Vincent Van Gogh décide de quitter la grisaille de la capitale pour rejoindre la Provence. Ce séjour à Arles est une véritable révélation pour le peintre qui affirme son style artistique unique connu et reconnu de tous aujourd'hui.

Le séjour de Van Gogh en Provence : l’explosion de la couleur dans sa peinture

Avec quelques sous en poche, Van Gogh rejoint le midi de la France au début de l’année 1888. L’artiste est immédiatement séduit par les paysages et la lumière vive qu'offre le printemps provençal de cette région. Ainsi, il écrit dans sa correspondance avec son frère Théo que le midi est « le pays des tons bleus et des couleurs gaies. ».

Les couleurs de la palette de l’artiste changent et sont franchement plus lumineuses et plus franches : les jaunes francs côtoient les bleus profonds et les verts intenses.

L’influence du Japon dans la peinture de Van Gogh au cours de son séjour en Provence

Van Gogh montre de manière général un très grand intérêt pour l’art et la culture japonaise. Au cours de son séjour à Arles au Printemps de l’année 1888, l’artiste retrouve de nombreuses références à l’art japonais dans les paysages provençaux qu’il découvre. Il écrira d’ailleurs dans l’une de ses lettres adressée à son frère Théo : « Je voudrais que tu passes quelques temps ici, tu sentirais la chose au bout de quelques temps, la vue change, on voit avec un œil plus japonais, on sent autrement la couleur. ».

Ainsi, l’artiste retrouve une touche d’inspiration japonaise au travers des nombreux vergers en fleurs de la région. Il crée alors une série de toiles sur le thème des vergers en fleurs qui fait référence aux arbres fragiles et fleuris représentés sur les estampes japonaises.

Van Gogh peint également une série de ponts qui reprend le modèle des célèbres ponts japonais si chers à la culture asiatique.

L'idée lumineuse de Van Gogh : représenter l'obscurité

A Arles, Van Gogh abordera un thème fondamental dans son œuvre : celui de la représentation du paysage la nuit, thème qui pose le questionnement artistique suivant : comment représenter l’obscurité ?

Au cours de l'été 1888, alors qu’il se promène de nuit aux Saintes-Marie-de-la-mer, le peintre est attiré par le spectacle insolite des lumières des lampadaires qui se reflètent dans l’eau. Il a alors l’idée de peindre et représenter des paysages nocturnes juste éclairés par la lumière des étoiles et celle artificielle des lampadaires.

Suite à cette expérience, il écrit une nouvelle fois à son frère que, la nuit, le ciel est « d’un bleu profond », les nuages « d’un bleu encore plus profond », les étoiles sont « claires et diamantées », la mer est d’un « outre-mer très profond ».

Ainsi, l'artiste peint Terrasse du café le soir : sous un ciel étoilé, le café est vivement éclairé par un bec de gaz dont la lumière jaune-rougeâtre contraste avec les bleus de la nuit.

C'est au cours de son travail nocturne que l'artiste produit sa plus célèbre oeuvre : la nuit étoilée qui représente le Rhône de nuit. Les contrastes de cette toile entre les bleus-nuit et les couleurs scintillantes des étoiles sont surprenants et remarquablement esthétiques.

La désillusion artistique de Van Gogh à l’origine du célèbre épisode de l’oreille coupée

En rejoignant Arles, le peintre a un projet ambitieux : celui de réunir une grande communauté d’artistes afin de mettre leur expérience et leur savoir en commun afin de faire évoluer les concepts artistiques.

Ainsi, Van Gogh qui admire énormément Gauguin souhaite que ce dernier quitte la Bretagne où il séjourne et le rejoigne à Arles. Gauguin qui n’apprécie pas la peinture de Van Gogh hésite beaucoup et rejoint finalement Van Gogh à Arles en Octobre 1888. Gauguin au cours de son séjour à Arles n’épargne pas beaucoup l’artiste et lui fait beaucoup de remarques négatives à propos de sa peinture. Très vite, Van Gogh, très sensible, se montre irrité et la collaboration des deux artistes se révèle être un désastre. Gauguin décide de quitter Van Gogh évoquant leur incompatibilité de caractère. Van Gogh voit alors ses rêves s’enfuir et son désordre mental s’en voit accentué. Le 23 Décembre au soir, pour montrer son ressentiment à Gauguin, Van Gogh se coupe le lobe de l’oreille gauche. Il est interné le lendemain et se retrouve dans un profond isolement. Il écrira à son frère Théo : « je n’ose plus proposer à d’autres peintres de venir me rejoindre après ce qui m’est arrivé. Ils risquent de perdre la raison, comme moi. ».

Le séjour de Van Gogh en Provence reste une période très productive et ambitieuse au cours de laquelle l’artiste va trouver son style désormais connu et reconnu par tous.

Sur le même sujet