Pôle emploi : une fabrique à chômeurs ?

C'est la question que peuvent se poser les demandeurs d'emploi, parfois très qualifiés. Témoignages.

Pôle emploi, c'est cette grosse machine, résultat de la fusion entre les assédics et l'ANPE, voulue par la majorité présidentielle pour plus d'efficacité. Les débuts chaotiques d'il y a deux ans ont été largement relayés par les médias : personnels non formés, manque de moyens... Les rouages de la machine ont mis du temps à se huiler.

Mais qu'en est-il aujourd'hui, alors qu'on nous annonce que le chômage est en baisse depuis quatre mois consécutifs ? Nous avons poussé les portes d'un centre Pôle Emploi de la banlieue parisienne. Témoignages de chercheurs d'emploi.

Caissière un jour, caissière toujours.

"Vous êtes caissière, Mademoiselle". Voilà ce qu'une directrice d'un centre Pôle emploi a dit, les yeux dans les yeux, à une jeune femme venue s'inscrire. Jusque-là rien d'anormal, sauf que Magalie*, 25 ans, est titulaire d'un Bac+4 en histoire, et qu'elle a enchaîné les stages dans les revues spécialisées.

Seulement voilà, l'erreur de Magalie est d'avoir été caissière pour payer ses études. Non qu'il y est du mal à être caissière, tout le monde le concevra. Mais à quoi bon avoir arpenté les couloirs de la fac quatre années durant ?

Caissière un jour, caissière toujours, donc.

Chômeur option canapé

Delphine, elle, s'est présenté à Pôle emploi pour son premier entretien avec un conseiller. Après un CDD d'un an qui ne s'est pas prolongé, Delphine avait droit à l'allocation ARE (le nouveau mot pour "assédics").

Le hic : Delphine venait de trouver un stage de plus de deux mois, remunéré donc à hauteur minimum de 417,09 euros. Sa conseillère, après s'être renseignée auprès de sa direction, a fait comprendre clairement à Delphine qu'elle n'aurait pas droit à son allocation si elle poursuivait ce stage.

"Il faut être disponible, Mademoiselle". Et la conseillère de préciser que même une activité bénévole devait être très réduite. Option canapé, s'il vous plaît.

Nous retrouvons Delphine quelques jours plus tard : elle a arrêté son stage, les 400 euros et des poussières ne pouvant évidemment pas payer le loyer. Elle a même déjà reçu une offre Pôle emploi, qu'elle nous montre. "CDD. Durée : 1 jour. Temps hebdomadaire de travail : 1 heure. Rémunération : 9 à 12€. Poste : Client mystère"...

Une autre jeune femme en recherche d'emploi confie qu'elle est venue remettre en mains propres son dossier qui a déjà été perdu deux fois... Voilà qui pourrait expliquer la baisse du chômage ?

Que se passe-t-il à Pôle emploi ?

Le CESE (Conseil Economique, social et environnemental) a rendu un rapport accablant ce mercredi 15 juin, sur la fusion ANPE/Assédics. Cette assemblée constitutive indépendante en fait un bilan sévère.

"La mission d'accompagnement des demandeurs d'emploi demeure très insuffisante et le service aux entreprises encore perfectible".

"Inachevée" et "peu préparée", voilà comment le CESE qualifie la machine Pôle Emploi. Le rapport de 124 pages peu élogieuses souligne également la fragilité psychologique de certains agents depuis la fusion.

Après avoir poussé les portes de Pôle emploi, force est de constater que, conseillers et chercheurs d'emploi disent d'une même voix que les chiffres ne reflètent pas leur réalité. Les uns sont débordés, les autres condamnés à rester "disponibles". Les chercheurs d'emploi ne peuvent chercher par eux-mêmes une formation (hormis les peu nombreuses proposées par Pôle emploi), sous peine de se voir retirer leur allocation. Une formation ou un stage pourraient pourtant ouvrir les portes de l'entreprise à ces demandeurs d'emploi.

Pôle emploi, une fabrique à chômeurs ? Pas tout à fait. Une conseillère, à l'accueil ce jour-là, avoue qu'elle est professeur anglais de formation, mais que, ne trouvant pas de travail dans sa région, elle a fini par postuler à Pôle emploi... Ironie du sort, quelques mois plus tard, la trentenaire monte à Paris pour un CDD chez ceux qui devaient lui trouver du travail.

Pôle Emploi Recrute !

*Les prénoms ont été changés.

Sur le même sujet