Montebourg : l'homme qui peut tout faire basculer au PS

Arnaud Montebourg a créé la surprise à la primaire socialiste. En effet, arrivé en troisième position avec 17% des suffrages, il devient l'homme à séduire.

Dimanche 9 octobre était le jour J pour les socialistes. Le premier tour de la primaire s'est déroulé hier et a inondé nos écrans toute la soirée. Retour sur une première élection "citoyenne".

2 500 000 votants

C'est environ le nombre de personnes qui se sont déplacés pour participer à la primaire. Un chiffre salué par de nombreuses personnalités, de gauche surtout. Pourtant ce chiffre est loin de représenter une victoire. En effet, en 2007, ce sont 17 millions de français qui ont voté pour Ségolène Royal. Cela signifie que seulement 11% des votants de 2007 sont revenus en 2011.

Il ne faut pas non plus oublier que nous sommes 43,2 millions d'inscrits sur les listes électorales ; cela représente donc 4,5%. Comment parler de victoire dans ce cas-là ? Il faudrait plutôt parler des 95% de Français qui ne se sont pas déplacés et qui ne sont pas forcément des électeurs de droite. Le vrai message de ces primaires ne serait-il pas celui là ?

Le trio inattendu

Quoi qu'il en soit, la primaire a créé la surprise. Le 5 octobre, Opinion Way publiait son dernier sondage pré-primaire. Celui ci comme beaucoup d'autres annonçait un duo de têtes avec François Hollande a plus de 40%, Martine Aubry à moins de 30%, Ségolène Royal et Arnaud Montebourg à égalité avec 11% et enfin, Manuel Valls à hauteur de 6% et Jean-Michel Baylet à 1%. Personne n'avait prévu la place d'Arnaud Montebourg qui cumule à 17% et donc se hisse à la troisième place.

Arnaud Montebourg, le joker

Eliminé de la course à la primaire, Arnaud Montebourg est celui qui peut faire toute la différence entre François Hollande et Martine Aubry. Manuel Valls s'est déjà prononcé sur la question avec un appel au rassemblement derrière François Hollande. Ségolène Royal, très émue par sa défaite, fait encore durer le suspense.

Le choix de Montebourg

Lui qui pourtant n’avait pas exclu de ne pas faire de choix lundi, entre les deux candidats, a affirmé : "Je suis un dirigeant politique, je suis capable de faire des choix et je ferai certainement un choix", a-t-il lancé sur Europe 1. Il semblerait donc que le troisième homme envoie une lettre ouverte aux deux finalistes avant leur débat de mercredi. Hier, sur le plateau du 20h de France 2, Arnaud Montebourg a affirmé qu’il voulait que les candidats reprennent certains grands axes de sa campagne. Il prendrait sa décision finale, à l’issue du dit débat avec ses « amis ».

La lettre

Hier, Arnaud Montebourg rendait officielle la lettre ouverte destinée à Martine Aubry et François Hollande. Dans ce courrier, il demande aux deux candidats de reprendre certaines de ces idées. Une requête légitime selon lui au vue du score de la primaire. Il y expose principalement trois points :

  • l’idée d’une VIe république qui se concrétise par une évolution des distributions des pouvoirs,
  • une mise sous tutelle du système financier
  • et enfin, un protectionnisme européen.

Ce soir aura lieu le dernier débats entre les deux candidats restants, la dernière ligne droite est engagée. Arnaud Montebourg devrait proclamer son attachement à l’un des candidats dès demain.

Sur le même sujet