Inanna, la déesse sumérienne

Divinité féminine majeure de Mésopotamie, Inanna apparaît dans de nombreux textes mythologiques sumériens
80

Inanna était l’équivalent de la déesse sémitique Ishtar-Astarté. Plus tard, elle fut assimilée à Aphrodite et à Vénus. C’était la divinité féminine la plus importante de Mésopotamie et du Proche-Orient ancien. Elle était une déesse de la fécondité et de l’amour, mais était aussi une guerrière.

Physique et caractère

Les dieux sumériens avaient une apparence humaine et également des qualités, des défauts et des passions humaines. Ce qui les distinguait des hommes était l’immortalité et leurs pouvoirs surnaturels.

En ce qui concerne Inanna, son physique était celui de la femme par excellence. Elle était représentée jeune, belle et sensuelle. Cependant, son caractère était loin d’être charmant. En effet, elle était perfide, colérique et capricieuse, comme en témoignent ses actions dans les récits mythologiques.

Uruk

Inanna était la déesse protectrice de la ville d’Uruk (l’actuelle Warka, en Irak) . Elle y avait son temple principal, l’Eanna.

Lors de chaque nouvelle année, un mariage sacré était célébré entre le roi de la cité, jouant le rôle de l’amant Dumuzi, et la déesse, par l’intermédiaire d’une prêtresse de son temple. Cette cérémonie se déroulait au palais. Une fois l’union accomplie, la foule entrait pour apporter des offrandes, des musiciens accompagnaient les festivités et un banquet était servi.

Ce mariage sacré fut également pratiqué dans d’autres villes sumériennes. Le rite est décrit de manière détaillée dans l’hymne royal à Iddin-Dagan (troisième roi de la dynastie d’Isin, 1974-1954 av. n. ère).

Enmerkar

Enmerkar fut l’époux d’Inanna et un roi mythique d’Uruk, selon les textes mythologiques sumériens. Il aurait régné 420 ans! Une épopée lui fut consacrée, dans laquelle il affronte le seigneur d’Aratta, dans l’Est de l’Iran.

Dumuzi

Dumuzi fut aussi l'époux d’Inanna dans d'autres mythes. Il était un dieu berger, protecteur des troupeaux, et sans doute aussi un dieu de la végétation.

Chez les peuples sémites, et en particulier chez les Akkadiens, il se nommait Tammuz et fut associé à la constellation d’Orion. Son nom fut utilisé pour désigner un mois d’été. Aujourd’hui encore, Tammuz est le nom d’un mois en arabe.

Dans l’Orient méditerranéen, notamment à Byblos, il devint Adonis, dieu de la végétation qui meurt et ressuscite chaque année.

Dans l’épisode de la descente aux Enfers d’Inanna, conservée dans une version sumérienne et une version akkadienne, elle réserva un sort peu enviable à Dumuzi. Celle-ci voulait prendre possession du domaine de sa sœur Ereshkigal. Elle descendit aux Enfers et fut mise à mort, puis ressuscitée, mais pour pouvoir quitter le «pays sans retour», elle devait trouver quelqu’un qui l’y remplacerait. Elle choisit alors d’y envoyer son amant.

Sur le même sujet