Visiter la Turquie autrement

La Turquie ne se limite pas à ses célèbres stations balnéaires de Bodrum, Antalya ou Marmaris. Elle possède d'innombrables sites historiques et naturels.
43

Si beaucoup de touristes choisissent la Turquie comme destination de vacances, ils se rendent majoritairement dans les stations balnéaires et visitent peu les sites culturels et les paysages multiples que propose ce vaste pays.

Quand des excursions sont organisées au départ de ces villes côtières vers des sites historiques, elles ne prévoient généralement que très peu de temps sur place, ce qui ne peut satisfaire un passionné. La Turquie mérite pourtant qu’on prenne le temps de la visiter hors des sentiers battus, car partout il y a des traces du passé ou des panoramas extraordinaires à explorer.

L’histoire de la Turquie est très riche, depuis l’Antiquité hittite, ourartéenne, grecque et romaine jusqu'au Moyen-Âge byzantin et à l’empire ottoman, en passant par le royaume arménien et celui de Commagène. Voyager à travers les différentes régions du pays permet donc de varier les découvertes.

Les multiples visages de l’histoire en Turquie

La côte égéenne regorge de sites archéologiques antiques livrant au visiteur leur histoire grecque et romaine. Les plus célèbres sont Troie, Ephèse, Pergame ou encore Didyme.

Istanbul, qui fut fondée sous le nom de Byzance et qui devint Constantinople lorsque l’empereur romain Constantin le Grand décida d’en faire sa nouvelle capitale, resta le siège du pouvoir byzantin jusqu’à l’arrivée des Ottomans, qui prirent la ville en 1453. Ceux-ci décidèrent aussi d’en faire leur capitale, sous ce nom, qu’elle porte encore aujourd’hui. En revanche, elle a perdu son statut de centre du pouvoir lorsqu’Atatürk choisit Ankara comme nouvelle capitale de la Turquie moderne.

Ces nombreux siècles d’histoire ont laissé une empreinte indélébile dans la métropole qui s’étend sur les rives du détroit du Bosphore: des citernes romaines, ou des vestiges de l'hippodrome et des mosaïques du palais de Constantin, jusqu’aux mosquées ottomanes et au palais de Topkapi, en passant par Sainte-Sophie (Aya Sofya) et l’église byzantine de Saint-Sauveur en Chora .

Dans l’est du pays, la région de Van vous permettra de découvrir les vestiges du royaume d’Urartu , qui connu son apogée à la fin du Ier millénaire av. n. ère. Le Nimrud Dag et ses colosses de pierre, mausolée du roi Antiochos de Commagène qui vécu à l’époque hellénistique, mérite aussi un détour. Les mosaïques de l’antique cité de Zeugma , aujourd’hui submergée par les eaux du barrage Atatürk, sont exposées dans le musée de Gaziantep et sont également à voir en Turquie de l’est.

Au départ d’Adana, la capitale de la Cilicie, il y a moyen de se rendre à Antakya, l’antique Antioche, située sur l’Oronte . En outre, la Cilicie propose au visiteur plusieurs forteresses (croisées, arméniennes et byzantines)

Les merveilles naturelles de la Turquie

Les paysages montagneux sont nombreux en Turquie. Le célèbre mont Ararat , un volcan éteint, sur lequel l’arche de Noé est censée s’être échouée selon la Bible, attire de nombreux touristes.

Les gorges du Tigre peuvent être admirées dans le village d’Hasankeyf, qui est considéré comme l’un des plus beaux villages de Turquie.

La Cappadoce et ses villes troglodytes sont parmi les endroits les plus célèbres de Turquie. Ce sont des volcans qui ont créé ce paysage extraordinaire. Certaines églises troglodytes sont décorées de fresques, qui méritent aussi le détour.

Le site de Pamukkale compte sans doute parmi les plus exceptionnels du pays. Ses concrétions de calcaire blanc attirent les foules. Ce sont des sources chaudes qui sont à l’origine de ces cascades pétrifiées. Les Romains fondèrent une cité thermale à cet endroit, Hiérapolis. Le site est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

Dans l’est de la Turquie, se trouve le plus grand lac salé du pays, le lac de Van.

En Cilicie, deux immenses gouffres naturels (gouffre du Paradis et gouffre de l’Enfer), situés à proximité de Silifke, vous surprendront.

Choisir sa région

Il est impossible de visiter totalement la Turquie en une ou deux semaines. Il est donc préférable de choisir une région et de la visiter en profondeur au cours de son séjour, puis de consacrer un nouveau voyage à une autre région et ainsi de suite.

Il est conseillé de consacrer au moins une semaine pour visiter chacune des régions suivantes:

  • Istanbul (les visites qui vous attendent à Istanbul sont nombreuses et variées: le palais de Topkapi, les citernes de Constantin, la place de l’hippodrome, la tour Galata, Sainte-Sophie, la Mosquée bleue, Süleymaniye et d’autres mosquées réalisées par le célèbre architecte Sinan, le musée archéologique, la forteresse de Yedike, le Bosphore, etc.)
  • La capitale Ankara (l’antique Ancyre) et sa région (le musée des civilisations anatoliennes, le mausolée d’Atatürk, les villes de Gordion et Hattusa)
  • La Cappadoce
  • La Cilicie
  • Antalya et sa région ( les cités antiques de Sagalassos, Pergè, Aspendos, Myra et Thermessos, Konya, le berceau des derviches tourneurs)

  • La côte égéenne
  • L’est de la Turquie (Kurdistan et Arménie historique)

Organiser son voyage

Un certain nombre d’agences proposent des voyages culturels (Clio, Ictam, Marco Polo, Terre Entière, Transorient, etc.) avec un guide professionnel. Certes, ce type de voyage est cher, mais la qualité est assurée, tant pour les conditions de logements et de transports que pour les visites.

Si votre budget est réduit ou que vous ne souhaitez pas voyager en groupe, même de petite taille, il est tout à fait possible d’organiser soi-même son voyage. Il est aisé de louer une voiture et de voyager seul en Turquie.

Pour cela, une connaissance minimale de l’anglais est nécessaire, ainsi qu’un ou deux bons guides de voyages, tels le Lonely Planet (et éventuellement le Routard pour plus d’adresses de logements et de lieux pour se restaurer).

Sur le même sujet