Nuit Blanche 2011: visites insolites dans les nouveaux quartiers

Pour sa 10e édition le 1er octobre, la Nuit Blanche parisienne investit de nouveaux quartiers et se place sous le signe du temps dans toutes ses acceptions

La création contemporaine, et notamment les arts plastiques, sont à l’honneur de cette 10e édition de la Nuit Blanche à Paris qui rend hommage aux grands courants artistiques qui les ont précédés et ont laissé leurs traces dans des quartiers investis par les artistes du temps passé : Paris romantique, Paris impressionniste, Paris des Modernes et des Surréalistes… sont revisités cette année par l’art contemporain qui prend ses quartiers dans les foyers majeurs de ces grands courants artistiques : Pigalle, Montmartre et les Batignolles.

La Nuit Blanche 2011 dans les nouveaux quartiers, demandez le programme !

Le cœur de la manifestation, précédemment établi autour du Marais et de l’Hôtel de Ville, accueille pour cette 10e édition trois nouveaux parcours au nord :

  • Les Batignolles et Pigalle
  • La Nouvelle Athènes-Saint-Georges
  • Montmartre - Anvers

Les Batignolles et Pigalle

  • Au square des Batignolles, les super-héros, de Superman au Père Noël, de Harry Potter à Sherlock Holmes ou à Blanche-Neige, prennent vie dans la tradition des tableaux vivants : C’est le spectacle « Arrghh, Boïng, … Zzzzz », mis en scène par Fabrice Hyber, Lion d’Or de la Biennale de Venise, auteur de la métamorphose du Musée d’Art Moderne de Paris en « hybermarché » en 1995.
  • Au lycée Chaptal, Jacques Monory, artiste influencé par le pop-art américain, présente à 19h son film « Ex » : course contre le temps, pessimisme humoristique et angoisse de la mort sont illustrés d’images publiques et privées.
  • Au Théâtre Ouvert de la Cité Véron, Katie Paterson, artiste écossaise, explore notre relation à la nature et au cosmos : sa vidéo « Earth-moon-earth » est une rétrospective humaine, soutenue par la « Sonate au Clair de Lune », envoyée en morse à la surface de la Lune en 2007, et dont les ondes de retour sur terre ont donné naissance à une nouvelle et étrange partition.

La Nouvelle Athènes- Saint-Georges

  • A l’ESMOD, Ecole internationale de mode, rue de la Rochefoucauld, la Japonaise Sachiko Abe présente « Cut Papers », ou l’art de la découpe du papier par séquences performances d’1h30, entrecoupées de pauses de 30 minutes. Réflexion sur le temps qui passe, dans la mécanique des gestes : ciseaux qui tranchent, feuillent qui tombent… la répétition, l’obsession, des thèmes chers à l’artiste.
  • Au lycée Edgar Quinet, rue des Martyrs, place à « Dance/All night Paris », œuvre de Mélanie Manchot, artiste allemande. A la fois démonstration cinématographique et expérience participative, ce rendez-vous avec la danse incitera les spectateurs à s’essayer à de multiples disciplines : rock, french-cacan, lindy-hop, valse, tango, hip-hop, danse orientale… pour danser jusqu’au bout de la nuit.

Montmartre-Anvers

  • Steve Mac Queen sera à la Cigale ! Non, pas le fantôme de l’acteur… mais l’artiste plasticien, qui présentera sa vidéo « Girls Tricky » : un portrait puissant du musicien Tricky, producteur de trip-hop, filmé en plein travail.
  • Au Square Louise Michel, au métro Anvers, Renaud Auguste-Dormeuil présente « I will keep a light burning », inauguré à Rome en janvier dernier pour le 400e anniversaire de la présentation de son télescope par Galilée : une carte du ciel illuminée de 500 bougies, exacte réplique du ciel d’avril 1661. Renaud Auguste-Dormeil est lauréat du Prix Meurice en 2009 pour son œuvre « Black out ».
Tout le programme de la Nuit Blanche 2011

A découvrir :

Expo Fra Angelico au Musée Jacquemart-André

Expo Cézanne au Musée du Luxembourg

Sur le même sujet