Visiter le Mont Saint-Michel en navettes hippomobiles dès 2012

Site touristique de province le plus visité de France, le Mont Saint-Michel est en phase de réhabilitation. En 2012, on y accède en navettes attelées.
5

Révolution au Mont Saint-Michel depuis le printemps 2012: après la réhabilitation de la baie, qui s'inscrit dans le cadre d’une "Opération Grand Site", un nouveau projet a vu le jour en 2012. Depuis cette année, il est possible de rallier la "Merveille de l’Occident" en "Maringotes", des voitures attelées de chevaux de trait. 350 000 personnes devraient pouvoir être transportées chaque année pour visiter la 8e merveille du monde, classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1979.

Le Mont Saint-Michel : une histoire vieille de 13 siècles

En 709, Aubert, évêque d’Avranches, reçoit pour mission de l’Archange Michel de construire une église sur le site. Plus tard, une communauté de bénédictins s’y installe.

Au XIe siècle, l’église abbatiale voit le jour puis, deux siècles plus tard, l’ensemble gothique.

La guerre de Cent Ans oblige à protéger le Mont de constructions militaires. Le site devient lieu de pèlerinage: des milliers de pèlerins affluent vers l’abbaye pour chercher protection et soutien auprès de l’Archange Michel.

Depuis 2001, l’abbaye est habitée par les frères et sœurs des Fraternités monastiques de Jérusalem, qui perpétuent leur vocation de prière et d'accueil.

Le site a été classé au Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco en 1979.

L’"Opération Grand Site": redonner à la baie du Mont Saint-Michel son caractère maritime

Dès 1995, l'Opération Grand Site, initiée par le ministère de l’Ecologie et du Développement durable, s’est structurée autour d’un chantier titanesque: la réhabilitation du caractère maritime de la baie - fortement dégradée par une surfréquentation touristique - et son désensablement.

Il s’agit de chasser au moins la moitié des 3 millions de m³ de sédiments au large du Mont et de détruire les parkings existants ainsi qu'une partie de l’actuelle digue-route polluée par les pots d’échappement de 1000 véhicules par heure en haute saison, afin de restituer 15 hectares à la nature et de valoriser la traversée entre le continent et le Mont.

Les travaux permettront aussi aux marées et aux courants du Couesnon de revenir à l’assaut du Mont, comme cela était le cas autrefois.

Les travaux, engagés en 2005, devraient s’achever en 2015.

Accéder au site en navettes automobiles et hippomobiles

Des navettes automobiles d’une capacité d’une centaine de places - les "Passeurs" - en cours de construction, transportent désormais gratuitement et 18 heures par jour les visiteurs depuis le printemps 2012, du barrage de la Caserne jusqu’au pied du Mont Saint-Michel par la digue-route, qui sera fermée aux véhicules particuliers.

Ces derniers doiventt laisser leurs voitures sur un nouveau parking en cours de construction, dont l’insertion dans l’environnement a été particulièrement soignée par la plantation de 5000 arbres et 40 000 arbustes.

De l’air… et du silence: tels sont aussi les objectifs de cette réhabilitation du Mont Saint-Michel, pour le plaisir et la quiétude des touristes qui découvriront un site nouveau.

Mais la véritable curiosité est sans nul doute les navettes hippomobiles "Maringotes" attelées de percherons, cobs normands et postiers bretons qui, depuis ce printemps, transportent les touristes.

Choisis pour leur endurance et leur capacité à tracter des charges lourdes (près de 5 tonnes), ces chevaux de trait, entraînés dès à présent sur l’hippodrome d’Agon-Coutainville, tirent des véhicules d’un nouveau genre jusqu’au pied du Mont. On attend 350 000 voyageurs par an, qui pourront aussi profiter d’une balade de 30 minutes depuis le nouveau barrage du Couesnon jusqu’au pied du Mont Saint-Michel.

Plus d’infos : Mont Saint-Michel

Sites touristiques de Normandie , Sur les traces des personnages célèbres de Normandie

Sur le même sujet