Le rSa ou revenu de solidarité active

Le rSa est dans la ligne de mire du président-candidat Nicolas Sarkosy. Examen des bénéficiaires et des avantages de ce dispositif solidaire.

Nicolas Sarkosy veut remettre en question l'attribution à 1,15 million de foyers du revenu de solidarité active.

Le rSa est attribué aux foyers qu'ils soient constitués d'une personne seule, d'un couple ou d'une famille, disposant de ressources insuffisantes pour se nourrir, se loger et se vêtir décemment. Pour les barèmes voir www. rsa - revenu-de-solidarite - active .com .

Bénéficier du rSa n'est pas une situation enviable, c'est un droit que les conseils généraux (départements) sont amenés à appliquer.Bien souvent, les bénéficiaires ont payés ou payent encore des impôts qui alimentent ce type de dispositif.

Les personnes qui reçoivent ce revenu doivent en échange s'engager à chercher un emploi, ou si des difficultés ponctuelles ou plus tenaces les en empêchent, s'engager à prendre des mesures pour s'insérer dans une vie sociale plus active, puis retourner à l'emploi dès que possible.

Les bénéficiaires sont donc considérés comme des adultes responsables, et c'est tant mieux. Mais ils ne peuvent pas être rendus responsables également du taux de chômage et des difficultés économiques que rencontre la France actuellement. Si tel était le cas, alors nous n'aurions pas besoin de président, si les français les plus pauvres étaient si impliqués dans le dynamisme de notre économie, alors ils pourraient également en être les principaux acteurs; voyons les donc capables de déplacer des montagnes...

Les bénéficiaires

Ces personnes sont souvent dans des situations familiales ou personnelles particulièrement pénalisantes, voir handicapantes ; il y a parmi elles des femmes enceintes sans logement, des personnes dépressives, abimées par une vie déjà difficile. Des jeunes qui malgré des projets très enthousiastes, peinent à trouver leur place. Ils ont choisi une filière sans savoir à quel métier elle correspondait, ou bien ce métier ne les attire plus, en ont-ils le droit ?

Nicolas Sarkozy a trouvé une frange de la population qui doit payer une dette: celle contraire à l'effort, au mérite. Il propose que les bénéficiaires du rSa vivent sans aucune ressource si ils, elles refusent par deux fois un emploi correspondant décemment à leurs capacités, si ils, elles ne sont pas prêts à offrir sept heures de leur temps à pratiquer des travaux d'intérêt général (encore une punition).

Voir l’article du Monde.fr daté du 7/03/2012 et intitulé Nicolas Sarkozy veut modifier en profondeur le rSa.

Les avantages

De nombreux dispositifs accompagnent la réinsertion socio-professionnelle des bénéficiaires. Ils participent à une réunion obligatoire de deux jours durant laquelle ils sont informés de leurs droits et de leurs devoirs. Pour ceux qui sont inscrits au pôle emploi, ils s’engagent à assister à tous leurs rendez-vous ainsi qu’à ne pas oublier de se réactualiser. Dans tous les départements sauf dans le Val de Marne, le rSa peut être suspendu en cas de manquement à ces deux obligations ainsi que si la déclaration de revenu trimestrielle ne parvient pas à temps à la CAF ; des assistantes sociales, des fonctionnaires de la sécurité sociale, de la CAF (Caisse d’Allocations Familiales) animent ces réunions .Au bout de ces deux jours, les nouveaux allocataires signent un contrat de réinsertion, projet dans lequel ils expriment leurs aspirations au bonheur.

Ils sont ensuite aidés financièrement pour réparer leur véhicule et se rendre à leur travail, s'acheter des habits pour honorer un travail, suivre une formation qualifiante...

Des accès gratuits à la culture (cinéma, expositions, théatre,..) et au sport leur sont proposés.

Peut-être serait-il judicieux de permettre à la France et à ceux qui vivent sur ce territoire de retrouver un taux d'emploi viable. Où est le Ministère chargé de la création des emplois de demain?

Si le futur président doit avoir une priorité, si il ne doit remplir qu'une seule promesse, c'est peut-être celle de ne plus détruire aucun emploi.

Sur le même sujet