Wolof et autres langues du Sénégal

Quelles langues parle-t-on au Sénégal ? Wolof, français mais aussi diola, mandingue, poular, sérère, soninké... sans parler des autres !
906

Un Sénégalais grandit avec la langue de son ethnie. Il s’initie au wolof "dans la rue" pour communiquer avec ceux qui ne sont pas de son ethnie. Et à l’école, il apprend à lire et à écrire en français. Pour le voyageur, comment ne pas perdre son latin ?

Le wolof au Sénégal et ailleurs, hier et aujourd’hui

Le wolof domine les conversations à Dakar et dans les villes. C’est la langue maternelle de 40% de la population et 80% des habitants du Sénégal parlent wolof. On parle aussi wolof en Gambie, au sud de la Mauritanie et dans quelques régions du Mali, de la Guinée, de la Côte d’Ivoire et du Gabon.

Cette langue est surtout parlée: peu de personnes savent l’écrire en dehors des linguistes et autres spécialistes. Pourtant, une tradition graphique en caractères arabes appelée wolofal existe depuis le XIe siècle. Et après les prémisses établies par des voyageurs et des explorateurs, des missionnaires ont mis au point une écriture en caractères latins au XVIIe siècle. Aujourd’hui, en tant que langue véhiculaire interethnique, le wolof semble la langue la plus "chouchoutée" par les chercheurs africanistes.

Langue officielle et langues nationales du Sénégal

Mais le wolof est très peu enseigné dans les écoles du Sénégal. La langue officielle du pays est le français, un choix fait au moment de l’indépendance en 1960. Conserver la langue du colonisateur semblait alors la meilleure option dans la mesure où elle était déjà bien installée dans les écoles, les administrations et les médias.

En 1971 et 1985, des décrets paraissent pour promouvoir les langues nationales, dans un but d’alphabétisation à grande échelle. L’idée est de faciliter l’accès à l’éducation en développant un enseignement dans les langues les plus répandues. Wolof, diola, mandingue, poular, sérère, soninké sont reconnues comme langues nationales du Sénégal car elles ont un système d’écriture défini. Les textes précisent que toute langue qui sera codifiée pourra également accéder à ce statut.

Cependant, les tentatives d’enseignement en langues nationales se soldent par des échecs du fait du manque de moyens, d’organisation et de suivi. On assiste à des situations burlesques où des professeurs et des instituteurs mutés dans une région dont ils ne connaissent pas la langue doivent l’enseigner à des enfants dont c’est la langue maternelle… Donc : "retour" au français !

Par conséquent, les Sénégalais qui ont fréquenté l’école connaissent le français, même s’ils ne l’utilisent généralement pas dans la vie courante. Le voyageur peut facilement se faire comprendre, mais ses interlocuteurs ne seront pas toujours à l’aise pour s’exprimer dans la langue de Molière.

La variété des langues du Sénégal

Si le wolof est la langue la mieux partagée du Sénégal, les accents varient d’un endroit à l’autre, d’une ethnie à l’autre. Les conversations étant agrémentées de nombreux termes français, avec une prononciation spécifique (aksidaa pour accident par exemple), le voyageur peut saisir quelques mots, en étant attentif.

Par ailleurs, chaque ethnie à sa propre langue… avec des variantes ou des dialectes selon les régions, ou même d’un village à l’autre. Le sérère de Mar-Lodj n’est pas celui de Fadiouth , ni même de Mar-Fafaco qui est le village voisin !

Les spécialistes estiment qu’il y a une quarantaine de langues au Sénégal. L’ atlas de l’Unesco en comptabilise quinze en danger, dont le mënik, la langue des Bédiks , et le kobiana, en danger critique d’extinction puisque parlé par 400 locuteurs seulement.

Pratiquer les langues du Sénégal : conseils au voyageurs

Face à cette diversité, le voyageur peut être dérouté. De plus, il n’est pas toujours évident de s’initier à une langue avant de se rendre dans un pays étranger. Mais formuler quelques mots et expressions suscitera le respect de vos interlocuteurs et les fera surtout beaucoup rire… ce qui est sans doute le meilleur moyen d’établir des liens !

Pour le wolof, le diola et le mandingue, on trouve des dictionnaires en bibliothèque à consulter avant de partir, et il existe des petits guides de conversation au format pratique. Internet offre peu de ressources dans ce domaine. En ce qui concerne les autres langues, il faudra apprendre sur place…

Voici une première leçon express pour savoir demander "comment ça va" et répondre "ça va" en différentes langues du Sénégal :

  • en wolof : Na nga def ? / Maa ngi fi rèkk.
  • en sérère : Nafio ? / Méhémèn.
  • en poular : MbaaDa tampéré ? / Diaamtan.
  • en diola : Kasumay ? / Kasumay.

En savoir plus

Le wolof de poche , Assimil, 2004. Bon petit guide de base à emporter en voyage.

Dictionnaire français-wolof , Mamadou Cissé, Langues & mondes / L’asiathèque, 1998. Ouvrage exposant les principes de la langue (grammaire, conjugaison, vocabulaire), avec un lexique français-wolof intégrant les termes proches du français.

Dictionnaire wolof-français et français-wolof , Jean-Léopold Diouf, Karthala, 2003. Ouvrage de référence pour les linguistes.

Mini-dictionnaire wolof-français et français-wolof en ligne. Très succinct…

Wikipédia en wolof

Sur le même sujet