Michael Jackson et l'affaire Arvizo

Éclaircissements sur le procès de 2005 impliquant le Roi de la Pop, accusé de pédophilie : un réel abus envers Gavin ou bien un complot contre la star ?
Advertisement

Courant 2003 éclatait une affaire impliquant Michael Jackson et le jeune Gavin Arvizo. Le procès qui suivit fit l'objet d'une médiatisation sans précédent. Les véritables enjeux et le dénouement furent peu documentés, laissant l'opinion publique dubitative.


Un jeune cancéreux veut rencontrer son idole

Courant 2002, Gavin Arvizo, enfant des quartiers défavorisés de Los Angeles, demanda à rencontrer Michael Jackson par l'intermédiaire du propriétaire de la Laugh Factory, où il avait suivi des cours de comédie.

L'enfant de 11 ans souffrait d'un cancer en stade terminal. N'écoutant que l'élan de son cœur, le chanteur lui téléphona à l'hôpital. Comme promis, dès que Gavin put sortir, il l'accueillit dans sa propriété de Neverland, avec sa famille.

Le Roi de la Pop fit tout ce qui était en son pouvoir pour redonner le sourire à Gavin et lui apporter du réconfort.

Les gamins adoraient rejoindre la star dans sa "chambre" (en réalité une suite de deux étages avec cinéma et jeux vidéo). Les propres enfants de Michael Jackson étaient de la partie. Ils finissaient souvent par s'endormir sur place. Michael cédait son lit et dormait par terre, ce qui 

Sur les conseils de ses proches, méfiants vis-à-vis des intentions de la mère de Gavin (Janet), le Roi de la Pop demanda à la famille Arvizo de quitter Neverland.


La famille Arvizo se retourne contre Michael Jackson

Gavin guérit de sa maladie et Janet, très reconnaissante de la générosité de Michael Jackson , l'encensa dans un premier temps.

Ayant tiré avantage des largesses du chanteur... et de sa carte bancaire, elle montra un visage différent quand elle comprit qu'elle perdrait sa "poule aux œufs d'or" en quittant Neverland. Quinze jours après, elle accusait le chanteur d'attouchements sur son fils.

Interviewés par la CSW, Gavin, son frère et sa sœur nièrent toute forme de comportement déplacé de la part de Michael Jackson.

Ensuite interrogé par le shérif, Gavin raconta le contraire. Sur ces allégations, le procureur Thomas Sneddon obtint un mandat de perquisition et 80 policiers de Santa Barbara firent un raid surprise à Neverland en novembre 2003.

Des disques durs d'ordinateurs furent saisis, ainsi que des cassettes vidéo, de nombreux livres, revues et courriers...


Le passé suspect de la famille Arvizo

En se retournant contre Michael Jackson, Janet Arvizo espérait obtenir une forte somme d'argent, comme l'avait fait la famille Chandler une dizaine d'année plus tôt. Cette fois-ci, la star opta pour un procès, qui débuta en janvier 2003.

Le brillant avocat Thomas Mesereau n'eut aucune difficulté à démontrer que la famille Arvizo était une «habituée des dénonciations calomnieuses rapportant gros».

En 2001, interpelée en flagrant délit de vol dans un magasin, la mère avait faussement accusé de violences le personnel de sécurité. Elle empocha tout de même plus de 130 000 dollars.

Gavin avait rencontré plusieurs célébrités comme Jay Leno, George Lopez, Jim Carey, Chris Tucker et Louise Palanker. Plusieurs déclarèrent avoir été dupés ou escroqués par la famille Arvizo.

D'importantes aides, censées financer les soins médicaux du jeune cancéreux, furent utilisées par les parents dans l'achat de biens coûteux (home-cinéma, voiture...).


Thomas Mesereau démonte les arguments bancales

Lors du procès, Janet Arvizo porta une dizaine d'accusations contre Michael Jackson, qui s'avérèrent toutes fausses. En cas d'abus réel, il semble évident qu'aucun parent ne se risquerait à perdre sa crédibilité en brodant une série de mensonges pour étayer son grief.

Les témoignages du réquisitoire, contradictoires et incohérents, furent un à un démontés ou réfutés par les contre-interrogatoires. Des centaines d'enfants furent interviewés parmi ceux qui avaient côtoyé la star: aucun ne se plaignit d'actes inappropriés.

Quant au procureur Tom Sneddon, il tenta de fabriquer de fausses preuves , d'après le juge William Wagener. Malgré cela, aucun élément qui puisse corroborer les accusations ne fut trouvé dans les propriétés perquisitionnées ni dans les effets saisis ; aucune trace d'ADN compromettante.

Deux assistants sociaux des services de protection à l'enfance vinrent rappeler que Gavin leur avait affirmé n'avoir subi aucun geste déplacé. «Michael est le mec le plus cool au monde» avait-il certifié.


Michael Jackson innocent : une victoire au goût amer

Le procès dura cinq mois, avec la comparution de plus de 140 témoins.

C'est toujours très élégant, mais amaigri, que Michael Jackson comparut le jour du verdict, avançant soutenu par ses parents.

Le 13 juin 2005, il fut acquitté à l'unanimité, sur tous les chefs d'inculpation et déclaré innocent: une victoire judiciaire totale, certes, mais la vie privée de la star avait été étalée, salie.

Michael Jackson se plaignit des mauvais traitements de la police : une épaule disloquée, des poignets blessés par des menottes trop serrées, un enfermement dans des WC répugnants.

Avec Neverland, le Roi de la Pop avait recréé la magie d'une enfance perdue. Il redonnait le sourire à des centaines de bambins malades ou défavorisé. Après le procès, il quitta définitivement ce lieu de rêves brisé.

A lire :

Le complot contre Michael Jackson , d'Aphrodite Jones.

Advertisement
1

Michael Jackson