Après Fukushima et le Golfe du Mexique peut-on manger du poisson?

Consommer des produits de la mer et autres dérivés (sushis, surimi...) provenant des océans Pacifique et Atlantique est-il sans danger pour la santé?
12 Mai
15

Océans et mers sont de plus en plus pollués, et les catastrophes écologiques survenues en 2010 et 2011 portent à s'interroger sur la consommation des produits de la mer. Les mers, les océans sont loin d'être statiques et les informations obtenues suite à l'accident nucléaire de Fukushima au Japon sont inquiétantes.

Rappelons également la gigantesque marée noire produite par la plate-forme pétrolière de BP dans le Golfe du Mexique. Selon les scientifiques, il faudra une décennie pour rétablir l'écosystème. Les consommateurs peuvent légitimement s'inquiéter des conséquences sur les aliments issus de la mer, entre autres.

Réouverture de la dernière zone de pêche fermée du Golfe du Mexique

Selon tvnouvelles.ca , ce site situé à l'est de la Louisiane accueille de nouveaux les pêcheurs, presque un an jour pour jour après la catastrophe. Après avoir effectué une analyse sur les thons et les espadons, il semblerait qu'aucune trace de pétrole ou de produits chimiques n'ait été relevée. Dès février 2011, une vaste zone de pêche située au large de la Louisiane permettait à nouveau la pêche à la crevette rouge royale, rapportait Maxisciences . Rappelons que seulement sept mois après la plus grande marée noire jamais connue, le Golfe du Mexique avait été presque entièrement ré-ouvert à la pêche, hormis dans les zones précitées. Par ailleurs, TF1 nous informe que BP s'apprête à relancer ses forages dans le Golfe du Mexique, après avoir accepté de nouvelles normes de sécurité.

Fukushima, une zone largement contaminée, des aliments impropres à la consommation

L'accident nucléaire au Japon est loin d'être terminé. En effet, Dans un article du 12 mai 2011, Le Monde nous apprend que de l'' eau contaminée provenant d'une fuite d'un réacteur se déverse dans l'océan . Tepco, l'opérateur nucléaire japonais, a annoncé ses précédents résultats d'analyse de sédiments marins. A 15 km des côtes, des taux records de césium ont été détectés dans la mer. A ceci, Greenpeace répond que les mesures effectuées ne concernaient que de l'eau de mer, ce qui est insuffisant. En effet, l'Acro précise que les êtres vivant dans la mer ont «tendance à concentrer les radioéléments», qu'un facteur de concentration doit être appliqué. Lorsqu'il y a pollution «ces êtres vivants seront alors plus pollués que la mer». Dans une dépêche du 12 mai, l' AFP nous apprend que Greenpeace a relevé un taux de radioactivité dépassant largement les limites légales (10.000 Becquerel par kilogramme) sur dix échantillons d'algues prélevés dans l'océan, jusqu'à 60 km au large de Fukushima. Rappelons que les normes de sécurité sont de 2.000 Becquerel par kilogramme pour l'iode-131 et de 500 Becquerel/kg pour le césium-137. Malgré cette contamination radioactive avérée de l'écosystème marin, il est prévu une reprise de la pêche d'algue, le long de la côte de Fukushima le 20 mai 2011, nous rapporte l'AFP.

L'eau souterraine a été également contaminée, de l 'iode radioactive a été détectée dans l'eau du robinet . Lait, légumes sont contaminés (voir les aliments concernés ) ainsi que des produits marins dans la préfecture d'Ibaraki, selon le ministère de l'éducation et de la recherche. Toujours selon l'ACRO «L'AIEA a annoncé que les rejets radioactifs en mer de Fukushima pourraient atteindre la côte nord-américaine d'ici un à deux ans, emportés par le Kuroshio (courant marin du Pacifique Nord).»

Consommer sushis, surimi et autres dérivés des produits de la mer

Les tendances culinaires sont aux produits de la mer. Ils sont réputés pour leurs vertus diététiques et devenus synonymes, pour bien des consommateurs, de bienfaits pour la santé. On le constate avec l'extrême popularité des sushis. Les industries agro-alimentaires ne cessent d'innover dans la transformation des produits de pêches, répondant ainsi à l'engouement des consommateurs envers les produits de la mer.

Rapide tour d'horizon de produits connus, issus d'aliments de la mer:

  • Les sushis sont généralement composés de poissons crus, de fruits de mer, d'algues, souvent assaisonnés de riz vinaigré et de Wasabi un raifort japonnais (voir le glossaire du sushi ).
  • Le surimi est composé de chair de poisson blanche (entre 20 et 40% en général) comme le colin d'Alaska, le merlan bleu, de sardines, ou de poissons achetés à bas prix (donc non identifiés). Le surimi est une préparation parfumée au crabe, soit grâce à un additif 100 % chimique, soit par broyage de carapaces de crustacés.
  • Les cakes, les terrines de poisson ou de crustacés sont composés de divers poissons, de crustacés, d'algues, de laitues de mer. Pour des questions de coûts, certains industriels fabriquent ces préparations avec des poissons de bas prix. On ne connait donc pas en détail la composition ni l'origine de ces produits transformés (voir la réglementation sur l'étiquetage **).

Selon le Figaro , la baisse de fréquentation des restaurants Japonais est significative (20 à 30%). Effectivement, depuis l'accident nucléaire, les Français craignent d'ingérer des aliments radioactifs. Le quotidien précise toutefois que peu d'aliments de la mer Japonais sont importés en France (hormis les algues et le Wasabi). En outre, il rappelle que la CEE a ordonné le contrôle renforcé des produits japonnais. La CEE a en effet pris des dispositions d'urgence relatives aux importations de denrées alimentaires. suite à ce grave accident (*).

Comment réduire la radioactivité, l'iode, le césium contenu dans les aliments?

Le 11 avril 2011, le quotidien Yiomuri publiait un article visant à réduire le taux de contamination des aliments, de l'eau . Ainsi, on apprend à la lecture de l'article que laver les légumes à l'eau bouillante peut réduire entre 40 à 80 % la présence de substances nocives. Les légumes à feuilles paraissent être les plus sensibles à la pollution radioactive, celle-ci adhère sur toutes les faces, il est donc recommandé de les laver dans une cuvette ou autre récipient.

De plus en plus d'aliments de la mer proviennent des pays asiatiques, notamment de la Chine (voir l'exemple du Canada ), or ces zones sont proches de l'accident nucléaire. Alors, aujourd'hui, disposons-nous véritablement d'informations fiables nous permettant de manger du poisson issus de ces zones géographiques, à court ou à moyen terme? Rien c'est certain..

Sources:

(*) RÈGLEMENT D'EXÉCUTION (UE) No 351/2011 DE LA COMMISSION du 11 avril 2011 modifiant le règlement (UE) no 297/2011 i mposant des conditions particulières à l’importation de denrées alimentaires et d’aliments pour animaux originaires ou en provenance du Japon à la suite de l’accident survenu à la centrale nucléaire de Fukushima (Texte présentant de l'intérêt pour l'EEE)

(**) CLCV, Réglementation sur l'étiquetage, Mention d’origine étendue , 17/03/2011

(**) Europolitique, Les députés restent fermes sur l’étiquetage d’origin e , 19/04/2011

Acro, Centrale Nucléaire de Fukushima dai-ichi, résumé des nouvelles , mis à jour

Greenpeace, Japon – Crise nucléaire : suivi et veille quotidienne

Fisheries Agency, Results of the inspection on radioactive materials in fisheries product (Résultats -en anglais- de l'inspection au niveau de la radioactivité dans les produits de la pêche, suite à l'accident survenu à la centrale nucléaire de Fukushima , 11/05/2011

Sur le même sujet