L'IMC, remplacé par un nouveau mode de calcul du poids idéal?

L'indice de masse corporelle n'est pas fiable à 100%, il pourrait être remplacé par l'indice de masse adipeuse, une nouvelle échelle de poids.
04 Mar
324

Une récente étude présente l'indice de masse adipeuse (IMA), un calcul qui estime le pourcentage de graisse corporelle d'une personne.

L'indice de masse corporelle (IMC), le calcul de la masse corporelle

L'IMC représente une méthode facile pour obtenir son indice de masse corporelle. Ce rapport entre le poids et la taille était considéré comme une mesure fiable et facile permettant de déterminer l'adiposité corporelle (pourcentage de masse grasse). Malgré tout, le calcul de la masse corporelle via l'IMC a ses contraintes et défauts, il est surtout imparfait. Si nous nous trouvons face à une personne maigre, mais très musclée, elle peut avoir un IMC élevé. Le calcul IMC révèle un sur-poids, qui n'en est pas un... On observe là une limite importante de la méthode de calcul du pourcentage de graisse corporelle.

L'IMC existe depuis les années 1840, les résultats n'apparaissent pas assez précis pris individuellement. Son évaluation de la masse de graisse corporelle est imprécise notamment en ce qui concerne les personnes très musclées.

Les diktats de l'IMC, ou une classification de santé à obésité

La formule de calcule de l'IMC est la suivante: poids en kg divisé par le carré de la taille en mètres.

Ainsi les « normes » de l'IMC sont les approximativement les suivantes:

  • IMC de moins de 25: poids normal, bonne santé
  • IMC au dessus de 30: surpoids
  • IMC au dessus de 32: obésité à forte obésité.

L'IMA, l'indice de masse adipeuse: une nouvelle échelle de risque d'obésité

Ce nouvel indice, s'appuie sur la mesure précise de la circonférence des hanches. L'équipe du chercheur Richard N. Bergman, Professeur de médecine et président de la Keck school of medicine de l'University of Soutern California à Los Angeles a analysé les données d'environ 1700 américains d'origine mexicaine. Les chercheurs ont constaté que la circonférence de la hanche et la hauteur sont étroitement liés à la graisse corporelle. L'équipe de recherche a validé l'IMA dans une deuxième étude en analysant les données d'environ 220 Afro-Américains.

L'IMA pour calculer la masse corporelle: plus besoin de monter sur la balance

Les constatations liées à l'étude ont permis de développer une équation pour calculer l'indice de masse adipeuse:

IMA= ((circonférence des hanches en cm)/(taille en cm)1.5 exposant)– 18)).

Les contraintes d'un nouveau mode de calcul de la masse corporelle

L'IMC est une valeur reprise dans de nombreuses recherches, ce qui pose véritablement un problème. Par exemple, une étude récente à révélé que les personnes obèses (IMC de 30 et +) sont trois fois plus susceptibles de mourir de la grippe H1N1 que les personnes de poids normal (*).

L'IMC constitue donc une valeur de référence, qui, si elle était abandonnée, rendrait pratiquement obsolète une quantité considérable de recherches médicales antérieures.

Les limites actuelles de l'IMA (Indice de Masse Adipeuse)

L'équation a été validée pour des populations afro-américaines et hispaniques. D'autres travaux doivent être mis en oeuvre pour déterminer si elle est valable pour les Caucasiens et d'autres groupes ethniques.

En outre, le calcul obtenu ne permet pas de distinguer la localisation des graisses dans le corps, notamment celles qui pourraient représenter un danger pour la santé. L'équipe poursuit ses recherches afin de déterminer dans quelle mesure l'IMA pourrait prédire les risques de santé comme des problèmes de coeur ou de diabète.

Stigmatisation de l'obésité, discrimination liée au poids, un problème sociétal dangereux

Ce nouveau mode de calcul paraît moins péremptoire dans sa classification de la personne en surpoids, voire obèse. Elle aurait l'avantage d'être moins stressante pour les personnes.

En effet, une enquête dirigée par les chercheurs de l'Université de Perdue (**), aux Etats Unis démontrent que les personnes ayant de l'embonpoint, se déclarent victimes de discrimination de poids. S'en suit alors, un état de stress pouvant mener à une dépression. L'équipe de recherche a déterminé que cet état de victimisation était lié au fait que les gens se sentent en surpoids ou obèse. Les résultats de l'étude suggèrent que les préjugés contre les personnes en surpoids ont un impact sur leur santé. Ils ont ainsi observé une stigmatisation de l'obésité sur la santé.

Notre société valorise la minceur et ne cesse d'alerter les individus sur les dangers de l'obésité. Ainsi, beaucoup se soucient de leur poids, surveillent leur poids, calculent leur IMC. Lorsque ce résultat conduit à une classification d'obésité, l'impact est plus important que l'on peut le penser. La personne en vient à se détester, se sentant exclue d'une société qui prône la minceur, voire la maigreur. Ces facteurs apparaissent aggravant et exacerbent le déclin de la personne.

Les conclusions alarmantes de l'étude menée par Markus Schafer, de l'université Purdue (**) suggèrent que beaucoup de personnes obèses intériorisent les préjugés et la stigmatisation dont ils sont victimes. Le stress induit est important et affecte leur santé.

A lire:

Maigrir, perdre du poids, en mangeant des piments ou des poivrons

Sources:

  • Richard N. Bergman, Darko Stefanovski, Thomas A. Buchanan, Anne E. Sumner, James C. Reynolds Nancy G. Sebring, Anny H. Xiang et Richard M. Watanabe,Journal obesity, A Better Index of Body Adiposity (un meilleur indice de masse adipeuse) 3 mars 2011
  • (*) myhealthnewsdaily.com, Extremely Obese People Face Increased Risk of Dying From H1N1 Flu, 7/01/2011
  • (**) Markus Schafer, Does Perceived Weight Discrimination Affect Identity and Physical Health?, Social Psychology Quarterly Mars 2011 74 : 76 - 97

Sur le même sujet