Uluru : un voyage au cœur de l'Australie aborigène

Uluru, ou Ayers Rock, est une formation rocheuse située dans le désert rouge australien. Sa beauté et ses légendes attirent les voyageurs du monde entier.

Uluru (prononcez "oulourrou") est, en réalité, le nom aborigène d'une formation rocheuse en grès qui culmine à 348 mètres d'altitude, également connue sous le nom d’Ayers Rock. Cette montagne est classée sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco et fait partie du Parc national Uluru-Kata Tjuta, qui couvre une superficie de 1326 km². Ce parc se situe au milieu du désert australien, dans l’Etat du Territoire du Nord. Les monts Kata Tjuta et Uluru sont des lieux de cultes sacrés pour les peuples aborigènes.

Aux alentours d’Alice Springs, les touristes affluent nombreux dans ce "no man’s land"

Il est nécessaire de relativiser les distances dans un pays aussi grand que l'Australie: Uluru se trouve à 450 km d'Alice Springs (la seule ville du centre rouge), ce qui est peu pour les Australiens. Le parc constitue la seule réelle attraction touristique de cette partie de l’Australie marquée par un vide humain. Pour plus de 400 000 touristes par an, il est l'occasion d’expérimenter l’"Outback"australien, ces grands espaces ruraux du centre du pays.

Découvrir Uluru, c’est d’abord faire un roadtrip sur une route en ligne droite qui n’en finit plus, croisant les "road trains"(ces camions extrêmement longs qui parcourent le désert tirant parfois jusqu’à 8 remorques), le tout dans un paysage magnifique, aride, où l’horizon semble infini. Si l’on ne croise pas l’Homme, on rencontre en revanche des serpents, des kangourous, des dingos, des émeus et d'autres animaux surprenants. On ressent un incroyable sentiment d’humilité face à l’infiniment grand et la beauté pure de la nature trouble les yeux et le cœur.

Une aventure en terre aborigène

Le Parc national d’Uluru fait partie des terres qui ont été restituées aux aborigènes en 1985. Il reste cependant loué par le gouvernement pour une durée de 99 ans pour la somme symbolique de 1 dollar australien. L’entretien du site se fait en respectant le plus possible les rites aborigènes. Il existe certains endroits autour des monts où il est par exemple interdit de prendre des photos car ce sont des lieux sacrés. Lorsque l’on marche à travers Kata Tjuta ou Uluru, il est donc primordial de préserver la nature.

Il existe des zones dans lesquelles il est interdit de pénétrer et c’est respecter le culte des peuples aborigènes que de respecter ces interdictions. L'une des randonnées possible consiste à grimper au sommet d’Uluru. Son ascension est cependant déconseillée, car elle est en contradiction avec les croyances des Aborigènes qui ne s’autorisent pas eux-mêmes à gravir leur montagne sacrée. Si l’on souhaite respecter leurs cultes, il est donc de se contenter de marches autour de la montagne, toutes aussi envoûtantes.

Uluru et Kata Tjuta, une visite au coeur de l’Histoire des peuples aborigènes

Au cours des ballades et découvertes dans le parc, il sera très facile de trouver des informations et des explications sur ce qui nous entoure. On nous raconte les légendes de la création de ces lieux et les histoires notables qui les ont rendus célèbres dans la culture aborigène. On peut également bénéficier de visites guidées en se renseignant auprès du centre culturel, qui regroupe lui-même tout ce qu’il faut savoir sur l’histoire d’Uluru.

Il s'agit d'une réelle introduction à la très secrète culture des peuples aborigènes. On découvre par exemple les moyens qu’ils ont de se nourrir (ce qui peut sembler impressionnant dans ce désert), les rôles de chacun au sein du groupe, ou encore leur vie de nomades. On apprend également que, pour eux, l’Homme appartient à la terre et non l’inverse. Voilà pourquoi ils n’ont jamais cultivé la terre et utilisent uniquement de ce que la nature leur offre. Ce lieu est empreint de spiritualité presque palpable et nous plonge aux Temps du Rêve , la représentation de la Création chez les Aborigènes.

Il est possible de se loger à l’intérieur du parc, à Ayers Resort, afin d’étaler sur plusieurs jours la visite des lieux. Il faut également savoir que les mouches peuvent poser un réel problème: elles viennent par dizaines sur votre visage, il est donc fortement conseillé de se munir d’un filet. Enfin, si vous avez fait le chemin jusqu’à Uluru, il est incontournable, avant de revenir sur Alice Springs, de faire un détour (de 300 km) par Kings Canyon et ses parois de 110m surplombant la rivière Kings Creek, dans le Parc national de Watarrka, un autre lieu magique.

Sur le même sujet